>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

A. Lange & Söhne, montre Cabaret Tourbillon
Actualités

A. Lange & Söhne, montre Cabaret Tourbillon

Monday, 07 April 2008
fermer
Editor Image
Peter Braun
Rédacteur en chef Armbanduhren et Armbanduhren Katalog

“Ce n’est pas le peu de temps que nous avons à disposition qui compte mais le peu de chose que nous en faisons.”

Sénèque

« Mon cœur appartient aux roues, aux roues qui tournent dans une montre, une moto ou une voiture. »

Lire plus

CLOSE
6 min de lecture

A. Lange & Söhne présente un délicat mécanisme de tourbillon enchâssé dans le boîtier rectangulaire de la montre Cabaret. Fidèles à leur tradition, les ingénieux maîtres horlogers saxons l’ont doté d’une particularité, certes infime, mais ô combien raffinée : ce tourbillon peut être arrêté et mis à l’heure à la seconde près.

Les artisans de Saxe ne sauraient se satisfaire de l’esthétique pure : depuis toujours, les élégantes montres-bracelet griffées A. Lange & Söhne se distinguent par un petit raffinement technique – qui fait souvent une grande différence. Elles dissimulent généralement un mystérieux mécanisme, fruit de savantes réflexions, dont les avantages ne tardent pas à sauter aux yeux de l’heureux possesseur de l’objet. La nouvelle montre Cabaret Tourbillon ne déroge pas à la règle.

Étonnamment peu d’artisans horlogers revendiquent la qualité première de leur tourbillon.
La précision avant tout

Les amateurs d’art horloger savent depuis longtemps que le tourbillon a été inventé pour compenser les effets éventuels de la gravitation terrestre sur la marche du mouvement, à une époque où les montres étaient portées dans une poche de gilet, toujours en position verticale. Si, aujourd’hui, les montres-bracelet à tourbillon suscitent un engouement intact, elles n’en souffrent pas moins d’un problème d’identité, brillamment dissimulé par le pouvoir de fascination que continue d’exercer ce mécanisme de haute précision. Étonnamment peu d’artisans horlogers revendiquent la qualité première de leur tourbillon, à savoir la précision extrême qui avait été à l’origine de sa mise au point. Jusqu’il y a quelques mois encore, peu d’acquéreurs se souciaient de l’impossibilité de régler avec précision sur un signal horaire officiel une montre réputée pour sa régularité de marche rigoureuse. Contrairement aux chronomètres à échappement classique, il est en effet impossible d’arrêter et de remettre instantanément en mouvement un tourbillon.

Comment immobiliser un tourbillon ?

Cette question en suspens qui traverse les deux cents ans d’histoire du tourbillon défiait le talent des horlogers de Glashütte, en Saxe, qui ont finalement trouvé une solution.

Il leur a d’abord fallu rejeter l’idée d’arrêter mécaniquement la cage de tourbillon complète. Avec cette approche relativement simple, le balancier perdrait de l’amplitude jusqu’à risquer l’arrêt et relancer son oscillation exigerait une impulsion extérieure. Cette option écartée, la seule alternative viable pour préserver l’énergie potentielle du spiral durant la procédure de blocage était de provoquer un arrêt direct et instantané du balancier à l’intérieur de la cage elle-même. C’était là l’unique moyen de s’assurer que le balancier recommencerait immédiatement à osciller dès que le « frein » serait relâché.

Plus facile à dire qu’à faire ! Comment, en effet, arrêter le balancier oscillant à l’intérieur de la cage tournante d’un tourbillon alors qu’un des trois piliers de la cage s’interpose toutes les 20 secondes ? Tous les spécialistes de ce type d’échappement avaient jusqu’ici capitulé devant la difficulté, laissant aux ingénieurs de A. Lange & Söhne le soin d’apporter une réponse… plus de deux siècles après la géniale invention.

Tirer la couronne déclenche une action mécanique complexe qui aboutit à l’immobilisation instantanée du balancier par l’intervention d’un levier d’arrêt doté d’un double bras ressort en forme de V venant appuyer sur sa serge extérieure. Cette action pouvait être empêchée dans le cas où l’un des bras du V viendrait à toucher l’un des trois piliers de la cage de tourbillon. C’est pourquoi le délicat frein ressort bipartite en acier a été monté sur charnière à un point de rotation du levier d’arrêt. De la sorte, même si un bras du ressort touche un pilier de la cage, l’autre s’abaisse sur la serge du balancier et l’arrête aussi sûrement que le feraient les deux bras.

La courbe asymétrique des deux extrémités du ressort a été définie au terme d’une longue série de tests. Cette géométrie particulière leur garantit d’exercer une pression optimale quelle que soit la position du frein ressort par rapport au balancier. La courbure des extrémités empêche en outre qu’elles s’engrènent accidentellement lors du blocage et de la libération du balancier.

Un cadre révélateur

Alors que le mécanisme tournant est savamment mis en scène dans une ouverture pratiquée côté cadran, les deux extrémités du ressort en acier bleui n’apparaissent qu’à un œil exercé. Il est évident en revanche que la complication s’immobilise dès que l’on tire sur la couronne, une innovation dont l’utilité n’échappera pas au possesseur de la montre. Car l’invention brevetée permet enfin de mesurer avec précision la régularité de marche optimisée du tourbillon.

Mais la montre Cabaret Tourbillon réserve encore d’autres surprises aux amateurs d’horlogerie : le double barillet du mouvement à remontage manuel, calibre L042.1, nouvellement conçu, dispose, remonté à fond, d’une réserve de marche de cinq jours ou 120 heures. Un indicateur de réserve de marche à « 4 heures » constitue un contrepoint visuel aux petites secondes à « 8 heures ». Placée sous l’index 12, la célèbre grande date Lange, qui fait presque figure de marque de fabrique, attire le regard.

Au revers de la montre, le fond en verre dévoile le mouvement, fabriqué selon les critères techniques et esthétiques les plus sévères et dont la finition aboutie témoigne du soin apporté au détail. La platine trois quarts en maillechort minutieusement décoré se trouve rehaussée de six chatons en or vissés. Trois autres chatons ornent les ponts gravés à la main de la roue intermédiaire et du tourbillon ainsi que l’autre pont de tourbillon en finition polie côté cadran. Les pivots de l’axe du balancier sont suspendus entre deux contre-pivots en diamant qui rappellent la perfection des montres de poche de qualité 1A autrefois fabriquées par Lange.

Haut de page