>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

A. Lange & Söhne ose l’acier avec son Odysseus
Nouveautés

A. Lange & Söhne ose l’acier avec son Odysseus

mardi, 05 novembre 2019
Par Ashton Tracy
fermer
Ashton Tracy

Lire plus

CLOSE
5 min de lecture

Que vous soyez pour ou contre le premier modèle sport en acier de A. Lange & Söhne n’a finalement que peu d’importance. Le fait est que cette montre existe aujourd’hui et que les amateurs l’attendaient depuis longtemps.

De toute évidence, elle était au stade conceptuel depuis quelque temps déjà. Fruit de réflexions intenses et d’un travail de longue haleine, elle est enfin là : la nouvelle A. Lange & Söhne Odysseus, une montre en acier inoxydable « sportive et élégante » avec son bracelet acier intégré. D’un diamètre de 40,5 mm pour une épaisseur de 11,1 mm, elle est pour l’instant proposée en une seule version avec un cadran bleu doté d’index bâton luminescents survolés par des aiguilles en or blanc également luminescentes. La montre arbore une petite seconde à 6 h, ainsi que le jour et la date du mois. Un nouveau mouvement vient « motoriser » cette Odysseus, soit le calibre manufacture automatique L155.1 Datomatic à 312 composants et 31 rubis pour 50 heures de réserve de marche.

Le nouveau calibre L155.1 Datomatic

De mon point de vue, c’est toujours une bonne chose de voir une manufacture créer un mouvement spécifique pour une montre donnée. Si un tel niveau d’attention et de soin est porté à un garde-temps, c’est qu’il est destiné à de grandes choses. Le nouveau mouvement Datomatic (contraction de « date » et « automatique ») de A. Lange & Söhne est visuellement plaisant, disposant de finitions extrêmement soignées et d’une architecture typique de la Maison avec ses ponts en maillechort. De plus, il n’utilise qu’un seul chaton en or vissé pour fixer le rubis positionnant l’arbre de la roue d’échappement, les autres rubis étant ajustés par friction, comme c’est le cas du mouvement L086.1, que l’on retrouve dans la Saxonia et qui a servi d’inspiration. Le calibre est doté d’un rotor central à remontage unidirectionnel avec masse centrifuge en platine. La finition rhodiée, en contraste flagrant avec les ponts, ne rend peut-être pas vraiment justice à la montre.

La plus grande déception avec ce mouvement vient de la réserve de marche.

Le L155.1 Datomatic dispose également d’un pont de balancier à deux fixations et non d’un « coq moderne » à une seule fixation, comme c’est généralement le cas chez A. Lange & Söhne. Ce type de pont, caractéristique des calibres contemporains, offre une meilleure rigidité au balancier. On notera également que la fréquence passe de 21’600 à 28’800 alternances/heure, un choix judicieux étant donné le côté « sportif » de la montre. Une telle fréquence permet au balancier de récupérer plus rapidement son oscillation en cas de choc, gage d’une plus grande précision. La grande déception avec ce mouvement vient de la réserve de marche. Le L086.1 offre une réserve impressionnante de 72 heures, en passe de devenir le nouveau standard dans l’industrie, alors que le Datomatic n’offre qu’une autonomie de 50 heures.

Un bracelet étudié

Le boîtier de l’Odysseus, une construction en trois éléments étanche à 120 mètres (12 bars), dispose d’une couronne vissée. Il arbore également deux poussoirs étanches taillés en biseau pour régler la date et le jour. Quant au fond de la boîte en verre saphir, il permet d’admirer les contours du mouvement. Le cadran bleu, la seule couleur disponible pour le moment, offre une grande date à 3 h et un grand jour à 9 h, en parfait équilibre. Les caractères se distinguent admirablement en blanc sur le fond bleu. Les index facettés ressortent clairement et paraissent plus proéminents sur le tour d’heures positionné en périphérie, en contraste avec la finition glacée de partie centrale du cadran. Il en ressort un effet de profondeur tout à fait admirable. La petite seconde à 6 h est une réplique du cadran principal. Les aiguilles des heures et des minutes sont en or blanc, tout comme celle des secondes.

Odysseus © A. Lange & Söhne
Odysseus © A. Lange & Söhne

Enfin, venons-en au bracelet à finition grainée et polie, très bien intégré aux attaches. La finition est tout simplement spectaculaire. Le fermoir est frappé d’un large logo circulaire qui peine à convaincre. Il trouve toutefois sa justification par le fait qu’il s’agit d’un bouton permettant d’ajuster parfaitement la montre au poignet. Les deux poussoirs latéraux servant à l’ouverture du bracelet semblent néanmoins volumineux. Peut-être verrons-nous bientôt une Odysseus sur bracelet cuir avec boucle déployante.

Calibre L155.1 Datomatic © A. Lange & Söhne
Calibre L155.1 Datomatic © A. Lange & Söhne

Au final, est-ce que A. Lange & Söhne sera capable d’entrer en compétition avec Audemars Piguet et Patek Philippe dans le registre de la montre sport chic ? Seul le temps le dira. Mais que vous l’aimiez ou la détestiez, la A. Lange & Söhne Odysseus va assurément faire sa place au soleil.

Haut de page