>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Au poignet, le souvenir d’Elvis, de Paul Newman ou de...
Modes & Tendances

Au poignet, le souvenir d’Elvis, de Paul Newman ou de Jackie…

vendredi, 11 octobre 2019
Par Flavia Giovannelli
fermer
Flavia Giovannelli

Lire plus

CLOSE
8 min de lecture

Dans la mouvance du vintage qui déferle sur la Haute Horlogerie, hommage doit être rendu aux modèles iconiques de célébrités disparues. Les marques revisitent d’ailleurs volontiers les mythes d’autrefois. Tandis que la cote de modèles originaux atteint des sommets aux enchères.

Qui n’a pas rêvé de s’approprier un peu de l’aura de Paul Newman, de Marlon Brando, de Steve McQueen, d’Audrey Hepburn, de Liz Taylor, d’Andy Warhol ou même de Neil Armstrong ? Selon ses goûts, son genre ou sa personnalité, un de ces noms au moins sera évocateur. Les marques de Haute Horlogerie l’ont d’ailleurs compris depuis longtemps. Elles y étaient même prédisposées, surtout si leurs racines remontent loin dans le temps. Car c’est en livrant des modèles aux grands de ce monde que les grands horlogers se sont fait un nom.

Marlon Brando
Marlon Brando

Breguet avait pour clients toutes les têtes couronnées d’Europe au XVIIIe siècle, sans oublier l’empereur Napoléon Bonaparte. Plus tard, Winston Churchill a lui aussi voué une passion pour la marque fondée par l’inventeur du tourbillon. En 2017, on voit même Gary Oldman, qui incarne l’homme d’État britannique dans le film Les Heures sombres, porter une réplique de la montre de poche No 765, créée exclusivement pour le tournage. Cet exemple, parmi d’autres, illustre bien les liens très particuliers qui existent entre l’univers de la Haute Horlogerie et les célébrités qui ont marqué leur époque.

Ces chers anniversaires

Les grandes maisons sont d’ailleurs de plus en plus enclines à cultiver ce fantasme, en revisitant une collection, en célébrant l’anniversaire d’un modèle associé à une star ou à un événement brillant. Indéniablement, ce rattachement particulier offre un « plus » aux montres et permet d’occulter le fait que nous trouvons désormais l’heure partout. Jamais un téléphone portable ne vendra du rêve ou sera porteur d’une telle charge émotionnelle. Cette année encore, Omega a par exemple rappelé en toute logique que Neil Armstrong portait une Speedmaster lorsqu’il a effectué son premier grand pas pour l’humanité. Pour le cinquantenaire de l’expédition lunaire, la marque biennoise a célébré ce souvenir à Cap Canaveral, tout en lançant le modèle Speedmaster Apollo 11, édition limitée 50e anniversaire.

Speedmaster 50e anniversaire d'Apollo 11 édition limitée © Omega
Speedmaster 50e anniversaire d'Apollo 11 édition limitée © Omega

Parfaitement contemporaine à sa rivale liée aux missions vers la lune, la Monaco de TAG Heuer a célébré elle aussi ses 50 ans en 2019. Avec un lancement ce printemps de nouvelles éditions de cette montre légendaire, TAG Heuer a ensuite organisé une série d’événements dans le monde entier et en lui consacrant un livre. Au passage, il convient de relever que le modèle n’avait pas été exempt de critiques à l’origine pour son design trop radical. Sa forme carrée, son cadran bleu métallique, les aiguilles rouges et bleu clair ainsi que la couronne sur le côté gauche de la Monaco heurtaient. Nul doute que son association aux sports automobiles voulue par Jack Heuer a joué un rôle déterminant pour en faire une montre de légende. En 1971, Steve McQueen l’a d’ailleurs portée dans le film Le Mans, référence indispensable pour le grand public. Après une période toutefois moins faste dans les années 1980, la Monaco a été relancée en 1998 avec, cette fois, un succès immédiat. Preuve en est que même les modèles plus illustres portés par les célébrités du moment doivent parfois attendre leur heure de gloire.

La jetset vote Piaget

Dans un autre registre, la maison Piaget est également l’une de celles qui ont beaucoup fréquenté le milieu des stars et de la jet-set, grâce notamment à Yves Piaget, patron infatigable pour ce qui est de faire connaître internationalement le nom de la Maison qu’il a dirigée dès les années 1960. En précurseur, il a su multiplier les amitiés avec des personnalités ou des artistes marquants. Une première collaboration avec Salvador Dalí a vu le jour en 1967. Piaget a ainsi décroché le droit exclusif de monter les Dalí d’Or en montres, bijoux et accessoires, soigneusement numérotés. Par la suite, Andy Warhol, le dandy incontournable des années 1970, deviendra à son tour un grand collectionneur de la marque. Il possédait sept montres Piaget, dont un modèle au cadran noir et bracelet cuir datant de 1973 qui a été réédité dernièrement sous le nom de « Piaget Vintage Reedition ».

Yves Piaget a été l’un des premiers patrons de manufacture à cultiver les amitiés avec des personnalités pour la faire connaître dans le monde entier.
Yves Piaget a été l’un des premiers patrons de manufacture à cultiver les amitiés avec des personnalités pour la faire connaître dans le monde entier.

Parallèlement, Piaget créait déjà des modèles séduisants pour femme. Jackie Kennedy ne s’y est pas trompée et possédait une montre Piaget avec un cadran en jade et une lunette sertie de 24 diamants et 4 tourmalines avec un bracelet décor palace. Ce modèle a d’ailleurs été revisité récemment. On peut le voir dans le film Jackie, où Natalie Portman tient la vedette. La liste ne serait pas complète sans la croqueuse de diamants Liz Taylor, qui avait craqué pour trois montres Piaget : une manchette et deux montres joaillières. Ajoutons encore Miles Davis, qui portait une Piaget Polo en or jaune sertie de diamants avec un mouvement squelette, et Jerry Lewis avec son modèle en or jaune de forme (trapèze) et cadran en lapis-lazuli.

Qu’elles soutiennent aujourd’hui des artistes, des sportifs ou des personnalités scientifiques, les belles manufactures ont bien des raisons de faire revivre ces figures du passé. On pourrait même dire qu’elles assurent une partie de leur avenir !

Les enchères solides de ces dernières années attestent d’un fort engouement pour les montres de personnalités historiques connues.
Paul Boutros
L’avis de l’expert

En décembre, la maison de ventes aux enchères Phillips, en association avec Bacs & Russo, mettra en vente une montre exceptionnelle ayant appartenu à Marlon Brando, soit une Rolex GMT-Master qu’il portait dans Apocalyse Now signée de sa main. En prévision de ce qui devrait être un moment phare des ventes de cette saison d’hiver, Paul Boutros, responsable du marché américain et de la stratégie internationale chez Phillips, nous livre son avis sur la cote des montres ayant appartenu à ces personnages mythiques.

Ces dernières années, on a vu des résultats exceptionnels pour des montres ayant appartenu à des célébrités. Comment l’expliquez-vous ?

Les collectionneurs d’aujourd’hui sont très attirés par les montres vintage, qui les transportent dans une ère dont ils ont la nostalgie. Ils ont grandi en admirant des personnalités particulières, ont été influencés par des événements historiques majeurs ou ont écouté des chansons qui restent dans leurs mémoires. La rareté joue aussi un rôle dans cette chasse. Des montres telles que la Rolex « Paul Newman » Daytona ou cette fameuse Rolex GMT-Master de Marlon Brando ont été vues par des milliards de cinéphiles. Elles ont donc, elles aussi, acquis un statut mythique et deviennent l’ultime trophée à conquérir.

Quels sont les modèles les mieux vendus ?

La montre-bracelet Omega d’Elvis Presley, que Phillips a vendue en 2018 pour un montant de 1,8 million de dollars, a été le résultat le plus haut jamais atteint par un modèle de cette marque. On peut également citer, parmi les montres importantes ayant marqué l’histoire des enchères, des modèles ayant appartenu à John F. Kennedy, Paul Newman, Steve McQueen, Eric Clapton, Winston Churchill et Babe Ruth.

En va-t-il de même pour les modèles féminins ?

Oui, et à ce titre il faut mentionner la Marie-Antoinette de Breguet, fruit de 44 ans d’effort à l’époque. Elle est considérée comme la montre la plus compliquée jamais réalisée. Volée à un musée de Jérusalem en 1983, elle a été entièrement reconçue par Breguet. Finalement, le modèle original a été retrouvé en 2007. On peut imaginer que si cette montre apparaissait dans une vente, son prix atteindrait des sommets. Dans un autre genre, on peut aussi évoquer les modèles Tank de Cartier ayant appartenu à Jackie Onassis ou la magnifique montre-bijou Patek Philippe de la collection Catherine Deneuve.

Haut de page