>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Audemars Piguet: nouveaux modèles de quantième perpétuel...
Nouveautés

Audemars Piguet: nouveaux modèles de quantième perpétuel Royal Oak

Wednesday, 16 September 2015
Communiqué de presse
fermer
Communiqué de presse
Communiqué de presse

Sed posuere consectetur est at lobortis. Duis mollis, est non commodo luctus, nisi erat porttitor ligula, eget lacinia odio sem nec elit. Vestibulum id ligula porta felis euismod semper. Cum sociis natoque penatibus et magnis dis parturient montes, nascetur ridiculus mus.

Lire plus

CLOSE
3 min de lecture

Depuis sa fondation, il y a plus de 140 ans, Audemars Piguet n’a eu de cesse de concevoir des montres d’exception à quantième perpétuel.

L’une des plus anciennes montres à quantième perpétuel exposées au musée Audemars Piguet a été conçue avant même la fondation de l’entreprise. La première version de la montre école de Jules Louis Audemars date d’avant la fondation d’Audemars Piguet, en 1875. Il l’a ensuite inlassablement transformée pendant près de vingt ans. Véritable chef d’œuvre, cette montre de poche à complications en or rose 18 carats combine un mécanisme de répétition des quarts et une très rare fonction de seconde morte indépendante.

Au cours des années 1910 et 1920, Audemars Piguet a commencé à produire des montres de poche à quantième perpétuel stylisées, uniques en leur genre, qui se distinguaient des modèles produits par les autres grandes marques suisses. Les toutes premières montres-bracelets à quantième perpétuel ont fait leur apparition courant 20e siècle, mais ces modèles d’exception étaient dépourvus de l’indication des années bissextiles qui caractérisait les montres de poche dont ils s’inspiraient.

À la fin des années 1970, la crise du quartz frappe de plein fouet l’industrie horlogère et sonne le glas de nombreuses manufactures traditionnelles. Celles qui parviennent à résister doivent totalement réformer leur processus de fabrication et de commercialisation. Audemars Piguet fait alors partie des rares horlogers suisses traditionnels à poursuivre la fabrication de chefs d’œuvre mécaniques et même à innover dans ce domaine.

Un parfait équilibre et une lisibilité optimale des indications du quantième perpétuel.

L’une des plus grandes nouveautés horlogères de l’époque est la montre-bracelet automatique à quantième perpétuel la plus plate au monde, commercialisée en 1978. Développée dans le plus grand secret, cette montre révolutionnaire extra-plate (3,95 mm) bat au rythme de l’exceptionnel calibre 2120 lancé en 1967.

C’est notamment grâce au succès de ce nouveau calibre à quantième perpétuel qu’Audemars Piguet a pu traverser cette crise du quartz et même entrer dans une nouvelle ère de croissance. À l’époque, seules deux marques proposaient des montres-bracelets à quantième perpétuel. Le succès de ces nouveaux modèles a sonné le renouveau d’Audemars Piguet, qui s’est attelée à la réinvention de nombreuses autres complications classiques.

Pendant les années 1980, 1990 et 2000, Audemars Piguet a produit un large éventail de montres à quantième perpétuel reprenant différents codes esthétiques, de la Royal Oak et la Royal Oak Offshore aux modèles Jules Audemars et Tradition.

En 2015, le Quantième perpétuel Royal Oak revient sur le devant de la scène avec un design, une taille et un calibre entièrement nouveaux. Confirmant la nouvelle taille de boîte lancée en 2012, le nouveau Quantième perpétuel Royal Oak affiche désormais un diamètre de 41 mm tout en restant extrêmement fin.

Cette boîte de plus grande dimension met en valeur le cadran à motif « Grande Tapisserie », qui assure également un parfait équilibre et une lisibilité optimale des indications du quantième perpétuel.

Le cadran propose par ailleurs toutes les indications traditionnelles d’un tel modèle : jour, date, mois, années bissextiles, et en plus, une phase de lune astronomique.

Offrant une mesure du temps supplémentaire, les 52 semaines de l’année sont indiquées sur un réhaut extérieur par une aiguille centrale correspondante.

Le nouveau calibre 5134 à remontage automatique s’inspire largement de son prédécesseur, le calibre 2120, mais il est plus grand, pour s’ajuster à la nouvelle boîte de 41 mm. Son mouvement de 4,31 mm d’épaisseur aux finitions méticuleuses peut être admiré à travers le fond saphir avec traitement anti-reflets.

Haut de page