>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Aurel Bacs et les « fous » de vintage
Points de vue

Aurel Bacs et les « fous » de vintage

mercredi, 23 novembre 2016
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
4 min de lecture

Le 12 novembre dernier, la maison de ventes aux enchères Phillips adjugeait une Patek Philippe en acier de 1943 pour 11 millions de francs, record absolu pour une montre-bracelet. Aurel Bacs, l’homme qui tenait le marteau, était à la Dubai Watch Week. Entretien.

En 13 minutes, la réf. 1518 de Patek Philippe, un chronographe à calendrier perpétuel et phases de lune en acier de 1943 existant en quatre exemplaires, s’est envolée à 11 millions de francs. Un nouveau record absolu pour une montre-bracelet, surpassant et de loin les 7,3 millions obtenus par une autre Patek Philippe, la réf. 5016, vendue à Only Watch en 2015. Explications du commissaire-priseur Aurel Bacs.

Patek Philippe réf. 1518
Chronographe à calendrier perpétuel et phase de Lune Patek Philippe réf. 1518 en acier de 1943, adjugé CHF 11 millions (lot 38, est. CHF 3 millions).
Est-ce que vous vous attendiez à un tel résultat ?

J’avais évidemment une idée du montant que pouvait atteindre une telle pièce. Une estimation qui a d’ailleurs évolué au fil des semaines et des inscriptions des collectionneurs à la vente. Je dois cependant bien avouer que j’ai été moi-même très surpris par ce résultat, qui a dépassé mes attentes de plusieurs dizaines de pourcents.

Une explication ?

C’est une question de passion et d’émotion. On ne peut pas l’expliquer autrement. Rationnellement, on peut en effet observer ce qui se passe dans d’autres secteurs – celui de l’art notamment – ou tirer des parallèles avec d’autres montres-bracelets qui ont été adjugées pour des montants conséquents, toutefois guère au-delà des 4 et 6 millions. Mais à ces niveaux, on tombe clairement dans l’émotionnel. C’est d’ailleurs ce qui fait toute la beauté de cet univers de collectionneurs où l’on ne peut pas tout expliquer. Ce que l’on peut dire finalement, c’est que les montres qui performent sont des pièces de qualité. Et « qualité », dans le vintage, regroupe plusieurs choses : l’originalité, un élément essentiel, l’histoire, à la fois de la pièce et de son propriétaire, l’état de la montre et l’esthétique. Intervient enfin le phénomène de rareté selon la loi de l’offre et de la demande.

Cet engouement souligne la recherche de valeurs traditionnelles dans un monde en crise et en profonde mutation.
Aurel Bacs
Mais pourquoi, de nos jours, le « vintage » suscite-t-il un tel engouement ?

C’est effectivement un phénomène que l’on observe partout. Et pour ce qui est de l’horlogerie, on peut en effet se demander pourquoi les amoureux du vintage achètent des montres bourrées de handicaps alors qu’une pièce contemporaine sera parfaite et couverte par une garantie. Comme une étude menée par une université aux États-Unis tend à le démontrer, cet engouement souligne la recherche de valeurs traditionnelles dans un monde en crise et en profonde mutation. Il marque un respect de l’objet, du fait main, à un moment où nous sommes envahis de produits jetables. Du coup, ils deviennent des objets phares auxquels on s’attache en sachant qu’ils sont là pour durer.

En va-t-il de même avec l’horlogerie ?

Pour moi, l’horlogerie a vécu une période charnière, une forme de rupture qui me fait dire qu’il y a un « avant- » et un « après-années 1980 ». Avec le renouveau de la montre mécanique et l’augmentation des volumes, l’industrialisation est passée par là, synonyme de chaînes d’usinage sur machine CNC ou de conception assistée par ordinateur, pour prendre deux exemples. Cela ne signifie pas que tout est à jeter après les années 1980, mais les manufactures ont changé de niveau en termes de technologie. En conséquence, les perspectives changent également si l’on considère les produits.

Aurel Bacs
« Vintage » veut donc dire que c’était mieux avant ?

Ce n’est clairement pas une menace en termes comparatifs. Cela dit, il s’agit de relativiser. Si l’on prend le résultat cumulé des enchères réalisées par la totalité des Maisons actives dans l’horlogerie, on arrive à un chiffre d’affaires annuel de l’ordre du milliard qu’il faut diviser par deux pour tenir compte des enchères sur des pièces contemporaines. Or ces 500 millions représentent à peine 1,5 % du marché de détail des grandes manufactures de la branche. Nous sommes donc clairement dans un marché de niche. In fine, les personnes qui achètent une montre mécanique à 10 000, 20 000 ou même 100 000 francs, que cherchent-elles ? De la précision, une étanchéité à toute épreuve, des complications, ou bien est-ce du romantisme, de la sensualité, de l’exclusivité ? À mon avis, les objets de luxe ou plutôt les objets qui dépassent nos besoins quotidiens, car je n’aime pas parler de « luxe », doivent être stimulants, satisfaisants, intemporels. Et les montres vintage classiques remplissent ce rôle à merveille !

Haut de page