>SHOP

Restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2018 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Baselworld, les 10 coups de cœur du FHH Journal
Baselworld

Baselworld, les 10 coups de cœur du FHH Journal

lundi, 16 avril 2018
Par La rédaction
Fermer
La rédaction

Lire plus

CLOSE
7 min de lecture

Après avoir arpenté les allées, scruté les nouveautés 2018 et épluché les détails techniques, les membres du FHH Journal ont fait leur choix. Voici Baselworld en 10 modèles empreints d’émotion.

Bulgari Octo Finissimo Automatique sablée

La meilleure photo au monde ne saurait rendre parfaitement compte du magnifique design contemporain de l’Octo Finissimo. Pour en apprécier l’architecture complexe, il faut absolument la prendre en main et l’admirer sous toutes ses facettes. Adoucis par le traitement sablé de l’or rose qui en révèle la chaleur et la lumière dans un très léger scintillement, le boîtier et le bracelet souple se portent comme une seconde peau. D’autant qu’à ce traitement de surface très réussi Bulgari ajoute le mouvement automatique le plus plat au monde. Finesse, élégance, modernité… L’Octo Finissimo n’en finit pas de nous étonner ! (Marie de Pimodan)

Octo Finissimo Automatique sablée © Bulgari
Octo Finissimo Automatique sablée © Bulgari
Zenith Pilot Cronometro Tipo CP-2 Flyback

Tant qu’à faire dans le vintage, autant y aller « franco ». Avec cette Cairelli revisitée, du nom du chronographe produit par Zenith dans les années 1960, commandé par l’intermédiaire du distributeur romain A. Cairelli à raison de 2’500 exemplaires par l’armée italienne, on se retrouve avec un garde-temps tout de sueur et de larmes au poignet. Un de ces modèles avec lesquels il fait bon vivre et qui prennent la patine du temps avec boîtier en bronze et mouvement El Primero pour alimenter la nostalgie. Du robuste, quoi, mais avec un brin de sensibilité. (Christophe Roulet)

Pilot Cronometro Tipo CP-2 © Zenith
Pilot Cronometro Tipo CP-2 © Zenith
Patek Philippe Chronographe à quantième perpétuel référence 5270P

Le chronographe à quantième perpétuel est la marque de fabrique de Patek Philippe. Cette idylle débute en 1941 avec la référence 1518. Mais c’est avec la référence 5270, dévoilée en 2011, que la marque genevoise va marquer les esprits grâce à une montre 100 % manufacture. Même si le modèle de cette année n’a rien de révolutionnaire, son nouveau cadran saumoné et sa robe de platine ont su séduire les geeks de l’horlogerie. (Alex Ballmer)

Après des fonctions comme le chronographe, le double fuseau horaire (Travel Time) et le Quantième Annuel, Patek Philippe introduit sa première grande complication dans la collection Nautilus, avec ce Quantième Perpétuel réf. 5740/1G-001.
Après des fonctions comme le chronographe, le double fuseau horaire (Travel Time) et le Quantième Annuel, Patek Philippe introduit sa première grande complication dans la collection Nautilus, avec ce Quantième Perpétuel réf. 5740/1G-001.
Tudor Black Bay GMT

Une grande nouveauté fait son entrée chez Tudor : la fonction GMT ! Voyageuse dans l’âme et déjà sous le charme de la Black Bay, je vais assurément profiter de ce nouvel affichage simultané de trois fuseaux horaires dans ma découverte de nouveaux horizons. Son cadran et sa couronne grande taille hérités des premières montres de plongée de la marque affirment un côté sport classique qui me fait chavirer. Et tout cela pour un prix qui sonne comme une invite à ouvrir très vite son porte-monnaie. (Isabelle Zakher)

Black Bay GMT © Tudor
Black Bay GMT © Tudor
Nomos Glashütte Autobahn

Nomos, la petite marque saxonne qui monte, qui monte, a carrément décidé de prendre l’autoroute vers le succès avec son nouveau modèle Autobahn ! Son cadran profond, tout en galbe, présente la course de l’aiguille des heures sur un anneau façon compte-tours avec un effet de nuit saisissant. Tout, dans l’esthétique de cette montre signée Werner Aisslinger, rappelle l’univers des vieilles voitures de course. Le moteur n’est pas en reste puisque la montre est équipée du nouveau calibre automatique DUW 6101, un concentré du meilleur de l’horlogerie de Glashütte dans 35,2 mm de diamètre pour seulement 3,6 mm de hauteur. (Emmanuel Schneider)

Autobahn © Nomos
Autobahn © Nomos
Omega CK2998

Créée en 1959, l’Omega CK2998 ressort cette année dans une version dotée d’une échelle pulsométrique. De quoi constater que mon pouls s’est accéléré à la vue des trois sous-cadrans et de la lunette en céramique polie avec son échelle pulsométrique en émail blanc. Un des plus beaux chronos 2018 à mes yeux. (Gregory Gardinetti)

Omega Speedmaster CK2998
Omega Speedmaster CK2998
Patek Philippe Aquanaut Chronographe référence 5968A-001

Ce n’est pas parce qu’un golfeur professionnel porte une chemise voyante qu’il ne maîtrise pas parfaitement son swing. Dans le même ordre d’idées, le bracelet orange acidulé de l’Aquanaut Chronographe n’enlève rien à son héritage horloger. Et celui-ci inclut la traditionnelle roue à colonnes associée à un embrayage vertical intégrée dans le mouvement chronographe CH 28-520 de cette Patek. La forme presque ronde de l’Aquanaut, signature du modèle, se répète au niveau du compteur de chronographe, encore reprise par le motif du cadran et du bracelet en caoutchouc afin de créer un flux visuel. La fonction chrono est peut-être limitée avec un seul compteur 60 minutes, mais, pour moi, il s’agit avant tout d’une montre de style. Encore un mot : virez la date ! (Sandra Petch)

Aquanaut réf. 5968A-001 en noir © Patek Philippe
Aquanaut réf. 5968A-001 en noir © Patek Philippe
Junghans Meister Chronoscope Terrassenbau

D’abord, cette marque allemande peu connue en Suisse conserve cette part de mystère qui rend la découverte de ses modèles assez excitante. Installée depuis près de 160 ans à Schramberg, en Forêt-Noire, Junghans incarne « l’autre région de la montre germanique » à côté de Glashütte. Une histoire d’autant plus remarquable que la marque continue à produire ses propres mouvements. Mais c’est surtout le design qui plaît dans ce modèle anniversaire des 100 ans du bâtiment en terrasse de la manufacture. Nés dans les années 1950, ce cadran et cette glace bombés ont été pensés pour affiner un mouvement chronographe relativement épais. La disposition particulière des compteurs participe, elle aussi, à l’esthétique tout à fait spéciale de cette montre, aussi douce à l’œil qu’au toucher. Sans oublier le prix : 2’345.- CHF pour le modèle acier. (Fabrice Eschmann)

Meister Chronoscope Terrassenbau © Junghans
Meister Chronoscope Terrassenbau © Junghans
Omega Speedmaster « Dark Side of the Moon » Apollo 8

Omega enrichit sa collection Speedmaster avec cette « Dark Side of the Moon » Apollo 8. Les reliefs de la lune, que le mouvement de cette montre lunaire redécoré au laser reproduit avec élégance, sont du plus bel effet. Le calibre, squeletté pour l’occasion, donne à voir la surface éclairée de la lune côté cadran et sa face sombre côté fond, celle réservée aux astronautes. Côté matériaux, la céramique noire donne un rendu exceptionnel. Il n’y a plus qu’à écouter Pink Floyd en contemplant ce magnifique cadran pour atteindre le septième ciel !

Speedmaster « Dark Side of the Moon Apollo 8 » © Omega
Speedmaster « Dark Side of the Moon Apollo 8 » © Omega
H. Moser & Cie Venturer Small Seconds XL Purity

Sa sobriété, ses lignes épurées et son bleu profond sonnent comme un hymne à la beauté. Au-delà du plaisir à l’admirer, elle indique ce que les Italiens qualifieraient de Solotempo, « seulement le temps ». En effet, les heures, minutes et secondes seules s’affichent sur un cadran qui évoque l’univers infini. L’essentiel et rien d’autre ! (Gianfranco Ritschel)

Venturer Small Seconds XL Purity © H. Moser & Cie
Venturer Small Seconds XL Purity © H. Moser & Cie
Haut de page