>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Belle et sage Théodora
Points de vue

Belle et sage Théodora

jeudi, 03 février 2011
fermer
Editor Image
Franco Cologni
Président du Comité Culturel de la FHH

“Le talent nécessite toujours de l’effort, de l’engagement, des heures passées à perfectionner un geste qui devient, jour après jour, un don.”

Entrepreneur dans l’âme, Franco Cologni, pourtant homme de lettres, s’est rapidement lancé dans les affaires pour devenir un personnage clé du groupe Richemont.

Lire plus

CLOSE
3 min de lecture

Théodora est un nom d’impératrice. La plus célèbre souveraine de l’Empire byzantin, épouse de Justinien Ier, s’appelait Théodora. Elle est passée à la postérité non seulement pour sa beauté mais aussi pour sa sagesse. Belles et sages, telles sont aussi les initiatives de la Fondation Théodora : celle-ci n’a rien à voir avec Constantinople, elle s’occupe de rendre le sourire aux enfants qui passent beaucoup de temps à l’hôpital. Les faire rire, leur apporter un peu de sérénité contribue beaucoup à leur guérison. Et allège en tout cas la douleur d’une situation souvent déchirante.

Pour aider la Fondation Théodora à poursuivre ses activités, le Comité des exposants du Salon International de la Haute Horlogerie a mis sur pied une récolte de fonds à l’occasion du traditionnel cocktail du jeudi : un don de 30 francs a été demandé aux invités – à verser élégamment par bulletin de versement. Le cocktail a eu lieu et attiré énormément d’invités : mais le montant récolté ne s’élève pour l’heure qu’à 27’000 francs. Soit 300 donateurs. Pour la première fois depuis bien des années, j’étais présent et j’ai vu beaucoup plus de monde que cela. Que devons-nous en penser ? Qu’il y avait là plus de pique-assiette que de généreux donateurs ? Que l’univers de la Haute Horlogerie se rappelle l’heure du cocktail mais omet de mesurer les longues heures de souffrance d’un enfant seul dans un hôpital ?

Quand on visite une exposition, on paie habituellement un billet d’entrée. Or, les invités au cocktail ont eu la possibilité de visiter une exposition véritablement hors du commun, avec toutes les nouveautés 2011, les plus belles et les plus précieuses. Je me permets donc d’émettre une suggestion pour le prochain cocktail de bienfaisance : subordonnons l’élégance à la fonctionnalité et demandons à tous les participants de verser leur contribution sur place.

Ce n’est pas de la pédanterie, c’est de l’honnêteté et de la correction : des qualités qui devraient être innées mais qu’il vaut la peine, dans certains cas, de « stimuler » avec une touche de discrétion. De petits efforts peuvent contribuer de façon déterminante à des gestes impossibles sans eux. Tous ceux qui se passionnent pour la mécanique horlogère et ses complications savent bien que lorsque les petits engrenages ne fonctionnent pas comme ils doivent, la qualité des matériaux et la perfection du design ne servent à rien. Si chacun de nous fait son devoir, les aiguilles tournent. Et, pour les enfants de la Fondation Théodora, c’est peut-être un sourire de plus.

Haut de page