>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Bovet se démocratise
Nouveautés

Bovet se démocratise

vendredi, 18 septembre 2015
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
3 min de lecture

Avec la gamme 19Thirty, inspirée d’un chronomètre de poche maison des années 1930, Bovet présente sa première montre en acier et attaque le marché à la base de la pyramide de produits.

Tout y est. Ces 19Thirty, nouvelle collection présentée par Bovet 1822 en cette fin d’été, offrent au regard l’ensemble des codes chers à la Maison. Des finitions perlées et Côtes de Genève circulaires aux ouvertures pratiquées sur le cadran, de la symétrie des compteurs aux courbes du boîtier, tout a été mûrement réfléchi pour que ces premières montres en acier de la Maison n’aient pas à rougir face à leurs augustes prédécesseurs. L’inspiration y est certainement pour quelque chose. Pascal Raffy, propriétaire de la marque, est en effet allé puiser dans les trésors de sa collection privée pour en ressortir un chronomètre « chevalet », soit l’une des toutes dernières montres de poche manufacturées par Bovet dans les années 1930, une époque où la montre-bracelet commençait à devenir conquérante. La collection 19Thirty lui emprunte ainsi chiffres et aiguilles, non sans reproduire une esthétique épurée mise en évidence par les deux boîtes qui animent la ligne : le boîtier Fleurier avec couronne et bélière à 12 h, une des signatures Bovet, et le boîtier Dimier plus traditionnel avec quatre cornes et couronne à 3 h.

Tout a ainsi été mis en œuvre pour faire de ces 19Thirty des montres aussi précises qu’élégantes.
L’obsession chronométrique

Ce mariage de l’acier avec un calibre à remontage manuel « simple », petite seconde et réserve de marche de 7 jours pour un seul barillet, démontre la volonté de Bovet d’alimenter sa pyramide de produits côté entrée de gamme. Ce qui explique par ailleurs la rapidité de réaction de la Maison, qui aura commencé à plancher sur le projet en début d’année seulement. L’évolution conjoncturelle de ces derniers mois n’est probablement pas totalement étrangère à cette stratégie qui permet à Bovet de proposer dans ses réseaux de vente cette collection 19Thirty en même temps que sa présentation officielle. Et ce, alors que l’Amadeo Fleurier Braveheart part en campagne pour récolter l’un des lauriers du Grand Prix d’Horlogerie de Genève. Une Braveheart tourbillon volant minutes rétrogrades à double affichage des secondes pour une réserve de marche de 22 jours, protégée par six brevets, qui démontre la palette des savoirs de la Maison.

Malgré ce grand écart, une même obsession anime la Maison quel que soit le garde-temps, celle des performances chronométriques de ses calibres. Tout a ainsi été mis en œuvre pour faire de ces 19Thirty des montres aussi précises qu’élégantes. La collection est proposée en 18 références avec cadran noir, bleu ou ivoire, avec chiffres arabes, romains ou chinois et deux boîtiers. La version chinoise fait bien évidemment référence à l’histoire de la marque, incontournable dans l’Empire du Milieu au début du XXe siècle. Un clin d’œil fort bienvenu sur l’actuel marché chinois.

Haut de page