>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Bovet termine avec brio sa trilogie astronomique
Nouveautés

Bovet termine avec brio sa trilogie astronomique

vendredi, 22 juin 2018
Par La rédaction
fermer
La rédaction

Lire plus

CLOSE
5 min de lecture

En 2016, Bovet dévoilait le tourbillon Récital 18 Shooting Star au boîtier asymétrique caractéristique. Un an plus tard suivait le Récital 20 Astérium combinant ce nouveau design de boîtier avec une lecture intuitive des informations astronomiques. Le tourbillon Récital 22 Grand Récital vient aujourd’hui compléter cette trilogie poétique relevant du grand art horloger.

La représentation cinématique des trois astres – Soleil, Terre, Lune – est connue sous le nom de Tellurium-Orrery. Le soleil est ici représenté par le tourbillon volant dont le pont de cage évoque les flamboyants rayons. L’imposante Terre hémisphérique est en rotation autour de son propre axe et indique les heures sur un cycle naturel de 24 H. Enfin une lune sphérique orbite autour de la Terre selon la durée précise de sa période synodique soit en 29.53 jours. Afin d’exalter la splendeur de notre étoile, la cage du tourbillon a été rehaussée et surplombe la surface du mouvement. Sa construction inédite et brevetée, caractérisée par un point de fixation au milieu de son axe, garantit une chronométrie exemplaire avec élégance et transparence. Les cinq bras du pont de cage en titane enveloppent l’organe régulateur. Cette représentation tridimensionnelle de notre étoile met en exergue le berçage manuel des cinq bras de ce pont qui illumine le décor céleste du garde-temps. Les soixante secondes de sa révolution lui permettent d’indiquer les secondes par un index fixé directement sur la roue de cage et parcourant un secteur gradué pour vingt secondes sur cent-vingt degrés.

Tourbillon Récital 22 Grand Récital © Bovet 1822
Tourbillon Récital 22 Grand Récital © Bovet 1822

La Terre est représentée par un hémisphère à la surface duquel sa cartographie d’abord gravée est ensuite peinte à la main. Océans, reliefs, déserts et forêts y sont minutieusement détaillés. En plus de la difficulté à réaliser son œuvre sur un support hémisphérique, l’artisan applique une technique dévoilée par Bovet en 2017 qui consiste à intégrer des matières luminescentes à une peinture miniature d’art. De cette sorte, la Terre s’illumine d’autant que l’environnement du garde-temps est sombre. Le travail de l’artisan se poursuit par l’une des étapes les plus délicates qui consiste à appliquer plusieurs couches successives de laque transparente à la surface du globe avant de polir sa surface. Pour un réalisme exacerbé, l’artiste peint ensuite nuages et courants aériens à la surface du globe. Distants de la surface terrestre par l’épaisseur des différentes couches de laque, les nuages semblent ainsi réellement flotter dans les airs. La Terre tourne naturellement en 24 heures et en sens antihoraire afin de respecter la réalité. A la base du globe, une graduation permet d’afficher l’heure par un index tridimensionnel en titane poli situé entre le tourbillon et le globe terrestre.

Cette rare combinaison d’informations fait l’objet de l’un des cinq brevets présents dans le mouvement de ce Grand Récital.

La lune est représentée par une sphère qui parcourt une orbite complète en exactement 29.53 jours correspondant à la période synodique de notre satellite naturel. Par le mécanisme de précision qui anime la lune, l’indication de sa phase, lisible également sur la bague concentrique à la Terre, accuse un décalage d’un seul jour tous les 122 ans. La sphère est divisée en deux zones. L’une d’elle est noire et la seconde est gravée selon les reliefs sélénites. Les parties gravées de cette seconde moitié sont emplies de matière luminescente. On peut ainsi distinguer clairement quelle partie de la lune reçoit directement la lumière du soleil. Cette rare combinaison d’informations fait l’objet de l’un des cinq brevets présents dans le mouvement de ce Grand Récital.

Harmonisant les volumes de cette mise en scène spatiale, les indications des minutes rétrogrades et de la réserve de marche s’affichent sur des secteurs hémisphériques dont la courbure résonne avec celle du globe terrestre. Leurs centres sont occupés par des loupes en saphir qui magnifient les mécanismes qu’elles surplombent et semblent ainsi repousser les limites spatiales du boîtier. Enfin, un guichet circulaire est positionné sur la gauche de la cage du tourbillon. Sa lunette métallique porte également une loupe qui permet de lire la date affichée sur un disque de verre circulant sur la partie inférieure du mouvement. Pour mettre en évidence la date, une bague usinée directement dans une matière luminescente solide souligne le pourtour intérieur du guichet. Il se positionne symétriquement à la bague supérieure du cône et au mobile de réserve de marche réalisée dans le même matériau.

Tourbillon Récital 22 Grand Récital © Bovet 1822
Tourbillon Récital 22 Grand Récital © Bovet 1822

Une grande glace saphir s’ouvre sur la surface arrière du mouvement. On y découvre un vaste pont décoré de Côtes de Genève circulaires centrées sur l’axe du tourbillon. Différents guichets y sont ouverts sur l’indication des heures, des jours, du mois et du cycle bissextile. Le pont guide le disque de verre de la date qui s’affiche ainsi sur les deux faces du mouvement. Cette combinaison d’informations révèle que les horlogers de Bovet ont opté pour un quantième perpétuel en guise de cerveau mécanique. Ce choix permet de garantir la précision optimale pour animer l’ensemble des fonctions affichées par le Tellurium. Bien que fournissant des informations complémentaires utiles, le quantième perpétuel est dédié au réglage précis du garde-temps et c’est la raison pour laquelle il occupe cette face du mouvement.

Haut de page