>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2018 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Carrera, le chrono mythique des pilotes de course
Histoire & Pièces d'exception

Carrera, le chrono mythique des pilotes de course

mercredi, 12 septembre 2018
fermer
Editor Image
Marie de Pimodan-Bugnon
Journaliste indépendante

“Il faut absolument être moderne.”

Arthur Rimbaud

De la passion, beaucoup de curiosité et une bonne dose d’émerveillement ! La recette essentielle pour raconter les mille et une facettes de l’horlogerie…

Lire plus

CLOSE
7 min de lecture
TAG Heuer Carrera
TAG Heuer
Fabio Teta
Les meilleurs arguments de la Carrera ? Une redoutable précision chronométrique et un design sportif particulièrement acéré qui ont contribué à l’écriture de l’une des plus belles pages de l’histoire horlogère du XXe siècle.
Commandez-là

La simplicité de ses lignes et sa lisibilité exemplaire ont fait de ce chronographe créé en 1963 une véritable star des circuits automobiles. Cinquante-cinq ans plus tard, la Carrera s’impose comme la collection vedette de TAG Heuer.

C’est l’histoire d’une montre aux mille visages. Une épopée de 55 ans émaillée de grandes heures de gloire et de chapitres plus sombres. Propulsée en 1963 sur les plus prestigieux circuits automobiles au poignet des as du volant, la Carrera fait aujourd’hui figure de pilier incontournable des collections de TAG Heuer. De ses tout premiers succès dans les paddocks parfumés au kérosène à ses déboires face aux champions du quartz, de sa mue technique à la montre connectée du futur, la Carrera aborde tous les virages de l’histoire et fonce dans les lignes droites sans dévier de sa trajectoire.

Heuer Carrera, 1965
Heuer Carrera, 1965

Le tout premier chronographe Carrera est bien loin des chronos au design technique et puissant qui ont enrichi la collection phare de TAG Heuer ces dernières années. Fonctionnel, lisible, épuré au moment de sa création, il prend le contre-pied de la tendance générale, qui privilégie alors des cadrans de chronographes plutôt complexes sur lesquels le tachymètre, le télémètre et autres échelles destinées à mesurer la vitesse ou la distance sont associées sans que l’on se soucie véritablement de leur lisibilité. Quand Jack Heuer, en grand amateur de course automobile, ambitionne de concevoir une montre pour les pilotes, il est inspiré par les noms qui ont bercé sa jeunesse, par les lignes claires et simples de Le Corbusier, Charles Eames, Eero Saarinen ou Oscar Niemeyer. Son objectif : créer un chronographe ergonomique, facile à utiliser, lisible immédiatement, même lancé à pleine vitesse. Le cadran révolutionnaire de la montre sera la clé de sa réussite. Pour la première fois, la bague fixant le cadran au boîtier arbore l’échelle des secondes avec pour effet un affichage agrandi et une lisibilité décuplée.

« La montre des pilotes »

Pour le choix du nom, Jack Heuer vise là aussi dans le mille. Carrera : la première fois qu’il entend ce mot faisant référence à la légendaire course sur route Carrera Panamericana, qui se déroulait pendant une semaine au Mexique dans les années 1950, Jack Heuer est conquis. « J’ai aimé non seulement sa sonorité mais aussi ses multiples significations, à savoir “route”, “course” et “carrière”, se souvient-il. Dès mon retour en Suisse, je me suis empressé de déposer le nom “Heuer Carrera”. » Tous les éléments d’un immense succès étaient d’ores et déjà réunis.

Dès 1969, la Carrera aborde le premier tournant important de son histoire en embarquant à son bord le fameux calibre 11 à micro-rotor.

L’accueil des pilotes de course est sans réserve. Et, dès 1969, la Carrera aborde le premier tournant important de son histoire en embarquant à son bord le fameux calibre 11 à micro-rotor. Une prouesse technique pour Heuer, qui figure alors parmi les rares fabricants capables de concevoir et produire un chronographe à remontage automatique aussi innovant. En visionnaire convaincu, Jack Heuer propulse la Carrera dans le monde du sponsoring. Niki Lauda, Clay Regazzoni, Jacky Ickx, Mario Andretti, Jo Siffert, Emerson Fittipaldi, Ronnie Peterson… C’est au poignet de ces champions du bitume que la Carrera prendra son envol. D’autant que, à partir de 1971, Jack Heuer lance une nouvelle tradition en offrant à chaque nouveau pilote de l’écurie Ferrari un chronographe Carrera en or, gravé à son nom au dos du boîtier. « Cela a contribué à booster les ventes, souligne Jack Heuer dans son ouvrage The Times of my Life. Aujourd’hui, ces chronographes personnalisés sont très recherchés par les collectionneurs. » À titre d’exemple, l’un de ces modèles surnommé « la montre des pilotes » offert en 1972 au pilote suédois Ronnie Peterson a été adjugé CHF 225’000 aux enchères en 2016. Une belle performance pour cette référence dont la valeur n’excédait pas les CHF 1’000 à l’époque !

Heuer Carrera, 1969
Heuer Carrera, 1969
Des années quartz aux montres connectées

Au début des années 1970, la route semble toute tracée pour la Carrera. Et pourtant… Son design se transforme. La mode est aux cadrans fumés, aux boîtiers bicolores, aux formes asymétriques. Et la Carrera n’échappe pas à la règle. On la découvre alors dans un boîtier tonneau et, sur le cadran, là où s’inscrivaient ses lettres de noblesse, « Automatic chronograph », prend désormais place la mention « Quartz ». Le modèle court à sa perte. Tout comme l’entreprise Heuer, qui jette l’éponge en 1982. Deux années plus tard, le groupe Piaget, qui la rachète, possède également le fabricant de mouvements Nouvelle Lémania. Une aubaine pour la Carrera, qui renaîtra de ses cendres en 1984, un mouvement Lémania 5100 en guise de moteur.

Parmi les modèles iconiques de ces 20 dernières années, on retiendra la Carrera Calibre 360 Concept, premier chronographe de poignet mécanique précis au 1/100 de seconde.

Mais le bilan de la crise du quartz est lourd. Et il faudra attendre 1996 et le regain d’intérêt pour les montres mécaniques ou vintage pour que la Carrera fasse son vrai retour sur la scène horlogère. Elle s’impose depuis lors comme un best-seller de TAG Heuer mais également comme une championne de précision sur le circuit horloger. Parmi les modèles iconiques qui ont marqué les 20 dernières années, on retiendra la Carrera Calibre 360 Concept, premier chronographe de poignet mécanique précis au 1/100 de seconde lancé en 2005. En 2010, la Carrera est à nouveau en pole position pour accueillir le calibre 1887, un mouvement de chronographe développé en interne sur une base Seiko. En 2011, la marque choisit à nouveau cette collection pour incarner son sens de l’innovation avec le Carrera Mikrograph, chronographe à double oscillateur précis au 1/100 de seconde, suivi un an plus tard par le Carrera Mikrogirder, offrant une précision au 5/10’000 de seconde.

TAG Heuer Carrera Mikrogirder, 2012
TAG Heuer Carrera Mikrogirder, 2012

Virtuose de la précision, la Carrera évolue aujourd’hui en véritable vedette au sein des collections de TAG Heuer. Dans sa version chronographe, habillée de technicité, la Carrera abrite le savoir-faire mécanique de la marque, incarné par le mouvement Heuer 01. Elle décline également son identité à travers des modèles jour/date ou GMT. Son esthétique et ses codes ont également servi d’inspiration pour créer la montre connectée Connected Modular. Cinquante-cinq ans après son lancement, le cadran classique de la Carrera rayonne en version digitale. La collection star de TAG Heuer est toujours dans le circuit.

TAG-Heuer_Carrera-Heuer-02_breaker
Shop your content

TAG Heuer Carrera

TAG Heuer Carrera
TAG Heuer
Haut de page