>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Cartier à Londres
Economie

Cartier à Londres

mercredi, 22 avril 2009
Par Michael Balfour
fermer
Michael Balfour

Lire plus

CLOSE
6 min de lecture

Le premier magasin londonien de Cartier ouvre modestement ses portes au 4 New Burlington Street dans le quartier de Mayfair en 1902. Sept ans plus tard, la boutique déménage dans de splendides locaux au 175-176 New Bond Street sous la direction de Jacques alors âgée de 22 ans, petit-fils de Louis François Cartier, fondateur de la société.

Cent ans plus tard, le QG de Cartier est toujours à New Bond Street. C’est d’ailleurs là que la famille Cartier finalise, en 1974, la vente de Cartier Londres à un groupe d’investisseurs privés réunis par Joseph Kanoui. Aujourd’hui, Cartier UK Limited fait partie du groupe Richemont. Le nombre de célébrités de toutes classes sociales et de toutes nationalités qui ont franchi les portes élégantes du magasin historique de Bond Street dépasse largement celui qu’ont pu connaître les autres boutiques de la marque de par le monde. On compte notamment Sa Majesté La Reine, qui a été accueillie en privé dans la belle salle à manger boisée du premier étage. Cartier dispose d’ailleurs du statut de fournisseur officiel de la cour grâce à Son Altesse Royale, le prince de Galles, et Arnaud Bamberger en est le titulaire désigné.

Directeur opérationnel de Cartier pour le Royaume-Uni et l’Irlande, il est notre M. Cartier, ambassadeur officiel de la marque. Il a été nommé à Londres en 1997 après avoir été directeur des ventes internationales à Paris. Sept directeurs font parties de son Conseil : marketing, ventes au détail, ventes en gros, service clientèle, logistique, ressources humaines, finances et service de presse. Anna Garrett est la dernière venue et pourvoie ce dernier poste.

Arnaud Bamberger, Directeur opérationnel de Cartier pour le Royaume-Uni et l'Irlande © Cartier
Arnaud Bamberger, Directeur opérationnel de Cartier pour le Royaume-Uni et l'Irlande © Cartier
80 employés dans le secteur de la vente au Royaume-Uni

Le service de presse et de communication chez Cartier est un lieu très animé. Chaque année, il est impliqué dans de nombreux types d’événements qu’il sponsorise : le Cartier International Polo, à l’issue duquel la Reine en personne remet les prix en compagnie d’Arnaud Bamberger, le Goodwood Festival of Speed et le Cartier Racing Awards. Cela pourrait surprendre certains que Cartier soit également un sponsor associé du salon international Frieze Art Fair qui se déroule chaque année. Cela prouve seulement l’étendue des marchés touchés par les montres, la joaillerie et les autres accessoires de luxe de Cartier. Les acheteurs peuvent les trouver dans les huit magasins Cartier au Royaume-Uni, notamment dans la nouvelle boutique ouverte en Irlande (Brown Thomas), et dans les 120 autres points de vente répartis dans ces pays, comme chez Harrods et Selfridges, à Londres. Après mûre réflexion, Cartier a choisi de ne pas s’installer dans le nouveau et gigantesque centre commercial de Westfield dans l’ouest de Londres et ne prévoit actuellement pas d’autres ouvertures de boutique dans le pays.

Bien sûr, cela semble logique dans le climat économique actuel. Mais Cartier sait pertinemment que le segment de marché occupé par ses produits de luxe reste relativement stable. C’est pourquoi la société a nommé des directeurs commerciaux pour répondre aux besoins spécifiques de ses clients les plus importants. Cartier compte 80 employés dans le secteur de la vente au Royaume-Uni et 120 dans les autres services.

« Cartier est Cartier »

Pour expliquer la situation financière actuelle de Cartier au Royaume-Uni, Arnaud Bamberger se tourne d’abord vers l’année 2008 : « Nous avons fait de bonnes affaires durant cet exercice grâce à des commandes spéciales et des ventes de haute joaillerie. Le premier semestre a été exceptionnellement bon pour nous, suivi d’un ralentissement raisonnable vers la fin de l’année, mais sans aucun déclin spectaculaire auquel nous aurions pu nous attendre. Concernant l’année 2009, nous faisons attention à nos prévisions budgétaires, à nos dépenses courantes et nous mettons en place des mesures de réduction des coûts. Toutefois, Cartier est Cartier et nous pensons que nos clients nous resteront fidèles. »

Notre nouvelle collection de haute horlogerie a fait sensation.
Arnaud Bamberger

Le secteur horloger, qui occupe une place importante chez Cartier, a préparé le SIHH de Genève avec la plus grande attention, Salon International de la Haute Horlogerie qui, cette année, s’est tenu en janvier. « Cette édition a été raisonnable bonne pour nous et si toutes les commandes que nous avons enregistrées au cours du Salon sont confirmées, nous devrions bien nous porter. Notre nouvelle collection de haute horlogerie a fait sensation et nous sommes persuadés que ces nouveaux modèles nous permettront d’augmenter nos parts de marché », explique Arnaud Bamberger.

La Légion d’honneur

Cette nouvelle collection est constituée de la Santos 100 Squelette, de la Santos 100 Tourbillon volant en or rose, de la Rotonde de Cartier Chronographe central, de la Rotonde de Cartier Tourbillon Chronographe monopoussoir, de la Tank américaine Tourbillon volant en or blanc et de la Ballon bleu de Cartier Tourbillon volant en or blanc. La montre Ballon bleu de Cartier vient d’ailleurs d’être lancée au Royaume-Uni dans une version en acier inoxydable.

Comme Arnaud Bamberger le rappelle de manière péremptoire : « Cartier est Cartier ». Lui qui assure la réussite financière de Cartier Londres depuis 1997, contribuant à faire de la société la marque la plus prestigieuse au monde, comme beaucoup s’accordent à le dire. Son pays natal, la France, n’est pas d’ailleurs restée insensible à ses mérites. Le mois dernier, l’ambassadeur français à Londres a décoré Arnaud Bamberger de la médaille de Chevalier de l’Ordre national de la Légion d’honneur. « Félicitations mon vieux ! »

Auteur de Cult Watches : The World’s Enduring Classics, publié ce mois-ci en format de poche, Merrell, Londres and New York. Traductions française et italienne : Montres Cultes : Les Classiques Intemporels, La Bibliothèque des Arts ; Orologi: tutti i modelli che hanno fatto la storia, De Agostini

Haut de page