>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2020 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Cartier, si… masculin
Nouveautés

Cartier, si… masculin

mardi, 26 janvier 2010
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
5 min de lecture
C

Là où on ne l’attendait pas, le « joaillier des rois » affirme son identité dans le segment de la Haute Horlogerie destinée aux aficionados masculins de belles mécaniques. Avec cette unité de style propre à la marque.

Cette année, Cartier franchit une nouvelle étape dans la conquête de l’univers masculin avec sa montre Calibre de Cartier, une création armée du premier mouvement mécanique à remontage automatique développé à l’interne. « Baptisé 1904 MC en hommage à une date fondatrice de l’histoire horlogère de Cartier, le premier mouvement automatique 100% maison perpétue la vitalité d’une horlogerie guidée par la volonté d’aller plus loin, expose la « le joaillier des rois ». Une conquête du temps qui prend tout son sens en 1904 lorsque Louis Cartier crée pour son ami aviateur Alberto Santos-Dumont l’une des toutes premières montres-bracelets lui permettant de lire l’heure en plein vol tout en gardant les mains sur les commandes. »

Même nos premiers modèles destinés aux hommes, comme la Ballon Bleue, étaient déclinés en plus petites tailles, expressément pour la clientèle féminine.
Carole Forestier-Kasapi
Un « tracteur » maison

Plus d’un siècle plus tard, cet attachement à l’univers masculin retrouve toutes ses lettres de noblesse auprès de la Maison. « Jusqu’ici, Cartier était clairement associé à une offre destinée essentiellement aux femmes, expose Carole Forestier-Kasapi, Responsable Création Mouvements de Cartier. Même nos premiers modèles destinés aux hommes, comme la Ballon Bleue, étaient déclinés en plus petites tailles, expressément pour la clientèle féminine. Avec la Calibre, nous allons un pas plus loin car cette pièce de 11 ½ lignes à petite seconde et quantième à guichet ne sera présentée qu’en une seule taille, soulignant le changement de mentalité au sein de la marque. »

Ce premier mouvement automatique a d’ailleurs été conçu comme un « tracteur » maison pouvant servir de base aux développements futurs des pièces de Haute Horlogerie. « Autant dire une projet stratégique qui s’est rapidement imposé comme une priorité, poursuit Carole Forestier-Kasapi. Techniquement, nous avons voulu réaliser un calibre à tout faire. C’est pourquoi nous l’avons doté d’un double barillet afin de disposer de plus d’autonomie ou de tout le couple nécessaire si l’on y ajoute des complications. En un mot, ce mouvement est un grand « basic » avec tous les avantages que cela représente pour les développements futurs. Développements qui nous occupent déjà maintenant dans la mesure où nous préparons actuellement les collections 2013 et 2014. »

Une réinterprétation des grands classiques

Là où l’on n’attendait pas la Maison, dans cet univers masculin qui semblait réservé à la concurrence, Cartier s’est donc imposé avec toute la force voulue, se donnant clairement les moyens de ses ambitions avec un style à nul autre pareil. Aujourd’hui la marque compte ainsi une vingtaine de personnes dans son département Développement Mouvements et une 12 d’ingénieurs en recherche et développement. « Nous n’avons toutefois pas du tout l’intention de nous lancer dans la course aux superlatifs, commente Carole Forestier-Kasapi. Cartier ne fera jamais la montre la plus compliquée ou la plus plate par exemple. La Maison a comme leitmotiv de réinterpréter les grands classiques et de proposer des versions originales dans l’univers des complications. La Santos Squelette ou la Rotonde Centrale de l’an dernier en sont de très bonnes illustrations, tout comme la Rotonde de Cartier tourbillon volant squelette ou la Tortue quantième perpétuel que nous présentons cette année. Il y a une certaine magie qui se dégage de ces modèles, même si les complications restent classiques comme d’ailleurs pour la Rotonde de Cartier Astrotourbillon, mon coup de cœur de l’année tant cette pièce technique est capable de susciter l’intérêt de personnes qui, a priori, n’ont pas d’atomes crochus avec la Haute Horlogerie. »

Là encore, nous ne sommes pas dans la course à l’exploit.
Carole Forestier-Kasapi

Cela n’empêche pas davantage Cartier de s’engager dans des chemins côtoyant la recherche fondamentale, comme le démontre la récente présentation de la ID One, une montre « sans réglage ». « Là encore, nous ne sommes pas dans la course à l’exploit, conclut Carole Forestier-Kasapi. Mais nous avons des forces dans la recherche et Cartier a décidé de les mettre à profit pour exposer sa vision de l’horlogerie de demain. En ce sens, la ID One est une véritable « concept watch » qui ne sera probablement jamais commercialisée sous la forme que nous avons présentée mais qui sert de base de travail pour explorer les nouvelles technologies. Des technologies qui nous permettront de réaliser une montre qui n’aura besoin d’aucun réglage. Philosophiquement, voilà une démarche qui fait véritablement du sens dans l’univers horloger. »

Haut de page