>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Cassandre 2012
Points de vue

Cassandre 2012

mercredi, 04 janvier 2012
fermer
Editor Image
Franco Cologni
Président du Comité Culturel de la FHH

“Le talent nécessite toujours de l’effort, de l’engagement, des heures passées à perfectionner un geste qui devient, jour après jour, un don.”

Entrepreneur dans l’âme, Franco Cologni, pourtant homme de lettres, s’est rapidement lancé dans les affaires pour devenir un personnage clé du groupe Richemont.

Lire plus

CLOSE
4 min de lecture

Fichu métier que celui de Cassandre ! Vous souvenez-vous de cette histoire qui nous vient de la mythologie ? Princesse troyenne, fille de Priam et d’Hécube, Cassandre fut dotée d’un pouvoir prophétique par le dieu Apollon qui voulait conquérir son amour. Mais lorsqu’elle eut reçu ce don, Cassandre refusa de se donner au dieu qui, très fâché, lui cracha sur les lèvres, la condamnant ainsi à n’être jamais crue.

Loin de moi l’idée de prophétiser des malheurs mais je crois qu’un coup d’œil prudemment positif sur 2012 peut s’avérer pour le moins salutaire, sinon sage, de la part de qui s’attend à un sort rayonnant ou de qui prévoit au contraire des temps semés d’angoisses.

Nous n’avons pas encore les résultats définitifs de l’année qui s’est conclue le 31 décembre mais je pense que la valeur des exportations, selon les statistiques de la Fédération de l’industrie horlogère suisse, atteindra les 18 milliards de francs sans problème, soit une augmentation de quelque 20% par rapport à 2010. Donc, tous contents : c’est le bonheur. Surtout pour les entreprises et les marques qui se consacrent aux montres de luxe et à la Haute Horlogerie.

A la lecture de ces résultats, on croirait presque que les turbulences dont on parle tant et dont tout le monde se préoccupe ne touchent pas le ciel bleu de la Suisse.

C’est là que Cassandre entre en scène : quand on parle de ventes à l’exportation, il est clair qu’on ne parle pas des ventes au client final. Il faudra donc voir combien les stocks pèseront sur le marché à la fin de l’année ; autrement dit, combien de montres resteront invendues. Une donnée qui dépendra évidemment du client final, de ses ressources, de sa disponibilité économique et psychologique à investir dans un nouveau joyau de Haute Horlogerie.

Les experts ne s’exposent guère dans leurs prévisions pour 2012, sinon pour manifester un optimisme modéré, tempéré par une recommandation de prudence. De mon côté, je serais content si l’année nouvelle se traduisait par une simple croissance physiologique d’environ 5%. Pas exaltante mais rassurante. Et je ne parle volontairement pas de déflation ni de récession dans la mesure où les prévisions semblent bien annoncer une averse plutôt qu’un orage torrentiel.

Les marchés asiatiques, et singulièrement la Chine, continueront à consommer. Le rôle croissant de l’Asie pourrait peut-être s’imposer, un peu aux dépens des marchés traditionnels comme l’Europe et les Etats-Unis. Le Japon résiste et gardera de toute manière un certain poids, vu que les effets du tsunami et de la catastrophe nucléaire sont déjà absorbés. Quant aux Emirats arabes, ils consolideront leur position.

En Europe, le risque de stagnation, sinon de décroissance des ventes, reste important : les problèmes socio-économiques de cette partie du monde sont désormais bien connus. Il faut cependant leur ajouter un problème psychologique que l’on n’évoque pas assez : d’un côté, nous constatons l’affaiblissement de la petite et moyenne bourgeoise, de l’autre, nous assistons au lynchage des riches qui commencent à craindre de s’exposer. Or, la montre est évidemment un accessoire qu’on exhibe et qui est, en soi, très éloquent.

Heureusement, l’Asie, avec ses hausses de ventes à deux chiffres, permettra de boucher les trous. Espérons que les voyages des Asiatiques se poursuivront et que le yuan conservera un cours de change favorable.

Conclusion : quand je me fais Cassandre, je ne prétends pas prédire un drame mais faire une prévision prudente qui se concrétisera positivement. Bien sûr, comme dans toute œuvre lyrique, le scénario peut toujours comporter quelques morts et blessés, mais je souhaite qu’il n’y en ait pas dans le monde de la Haute Horlogerie car, qu’ils soient petits ou grands, la perte serait douloureuse.

On n’écouta pas Cassandre et les Troyens firent entrer le cheval chargé de guerriers achéens. Je souhaite simplement qu’un appel à la prudence et à l’optimisme, pour modeste qu’il soit, connaisse une meilleure issue. Et que l’issue soit favorable à tous ceux qui mènent jour après jour la difficile bataille de l’excellence et de la recherche – des gens qui méritent vraiment de croître et de prospérer, même en temps de crise.

Haut de page