>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Ce que veulent les collectionneurs de montres (V)
Regards de connaisseurs

Ce que veulent les collectionneurs de montres (V)

mardi, 26 février 2019
Par Victoria Townsend
fermer
Victoria Townsend

Lire plus

CLOSE
6 min de lecture

Cinq collectionneurs provenant des quatre coins du monde nous expliquent ce qui les décide à acheter (ou non). Robert M. Brenner, un physicien de la région de Boston, a ouvert le bal. Turonny Fuad, un entrepreneur de Singapour, conclut notre aperçu au travers des yeux de ces aficionados de l’horlogerie.

Sur les réseaux sociaux, l’heure est aux récriminations de la part d’internautes émanant de la « communauté horlogère ». Ils s’interrogent sur la provenance interne ou externe des mouvements et composants d’une montre, sur la transparence des marques et même sur l’utilité des stars, ces ambassadeurs qui font monter les prix des montres neuves. En effet, il semblerait que les connaisseurs expérimentés soient légèrement affectés par ces « petites anicroches », à même toutefois d’influencer leurs achats de montres de première et seconde mains basés sur des années d’expérience. De leur côté, les collectionneurs moins chevronnés auraient plutôt tendance à privilégier des pièces plus excentriques à trouver auprès des horlogers indépendants. Cinq collectionneurs du monde entier nous font part de leur parcours et expliquent les débuts de leur collection et comment elle a évolué. Ces portraits s’accompagnent pour chacun d’une photo de « la » montre, s’il ne devait en rester qu’une.


 

Singapour – Turonny Fuad, entrepreneur
Renouveler ma collection de montres représente une grande partie du plaisir.

Pour l’entrepreneur Turonny Fuad, qui dirige sa propre société commerciale basée à Singapour, constamment « renouveler ma collection de montres représente une grande partie du plaisir ». Son intérêt pour les montres a commencé lorsqu’il était petit garçon, en observant la collection de son père, composée « principalement de Rolex et de Lange ». Il a porté des « Swatch en grandissant », jusqu’à ce qu’il ait été en mesure de se payer sa première montre de luxe – une TAG Heuer quartz. Cependant, en réalisant que cela allait être un hobby onéreux, « j’ai arrêté d’acheter en me contentant d’admirer à distance. » Jusqu’à il y a de cela trois ans, lorsqu’il faisait du lèche-vitrines chez un dealer de montres local, il a vu pour la première fois une F.P.Journe Resonance. « J’en suis tombé amoureux, et je me suis rendu compte que je devais en posséder une. Ce n’était pas quelque chose que je pouvais m’offrir sur le moment, mais cela a rallumé l’étincelle de mon intérêt pour la collection de montres de luxe. »

Aujourd’hui, il aime garder entre « 15 et 18 » montres dans sa collection, qu’il vend ou échange lorsqu’il devient « désenchanté ou se lasse de certains modèles ». Depuis Tudor jusqu’à Rolex, en passant par Panerai, A. Lange & Söhne, Ressence, MB&F, Patek Philippe, Audemars Piguet, F.P.Journe, IWC, H. Moser & Cie, et plus encore… Avec un calendrier annuel de Laurent Ferrier « à venir très prochainement », il estime qu’actuellement ses montres « composent presque sa collection idéale, en ne négligeant pas l’acquisition future d’encore quelques pièces intéressantes ».

Ce collectionneur a « toujours été attiré par les marques de montres indépendantes », en retenant quasi immédiatement des noms tels que MB&F, HYT, Urwerk… et en admirant le niveau de créativité qui « semble faire défaut aux grandes marques reconnues. J’apprécie également posséder quelque chose qui n’est pas très courant. Cela me rend fier et me procure du plaisir. La première montre que j’ai achetée, qui fait encore partie de ma collection actuelle, est la MB&F LM-101 et, encore aujourd’hui, je ne pourrai pas envisager de m’en séparer ».

Les gens derrière les marques

L’histoire de la marque « n’est pas aussi essentielle que les gens derrière celle-ci. Un très bon exemple serait François-Paul Journe. Sa société reste relativement jeune, mais ce qu’il a accompli demeure incroyable. Sa passion pour l’horlogerie, ainsi que la qualité des produits finaux, sont tout simplement extraordinaires. J’ai le plus grand des respects pour cet homme, et plusieurs de ses montres font partie de ma collection. Je serai toujours fier d’avoir possédé des garde-temps qui portent son nom. »

Et pourtant, un mouvement manufacturé à l’interne n’est pas une priorité. « Je ne m’arrête pas aux rouages internes d’une montre ; je n’essaie même pas de comprendre la différence entre un mouvement créé à l’interne ou non, pour autant que la montre fonctionne convenablement et qu’elle ne me pose pas de problèmes. » Ce qui constitue cependant un élément de la plus grande importance est la transparence de la marque dans le cadre de sa communication : « J’estime qu’une marque désireuse de mériter l’intérêt de la part de ses clients se doit d’être franche et disposée à communiquer de manière claire et limpide », explique-t-il, en ajoutant qu’il serait « extrêmement fâché » (pour ne pas dire furieux) d’apprendre qu’il aurait dépensé son « argent durement gagné pour un produit mis en avant par une marque ayant eu recours à de la publicité mensongère ».

Collection Souveraine Chronomètre Bleu © F.P. Journe
Collection Souveraine Chronomètre Bleu © F.P. Journe

Et bien que l’image de la marque soit importante, « ce qui reste encore plus crucial est la qualité du produit », déclare-t-il, avant d’ajouter que, plutôt que de s’intéresser spécifiquement à une forme, une couleur, ou certaines fonctions, il est plutôt enclin à « rechercher quelque chose de différent, mais qui reste portable ». Ses priorités ont néanmoins évolué depuis le début de sa collection : « Alors que j’avais tendance à avoir un penchant pour les montres à l’esthétique excentrique, ou portant le nom de marques inconnues au bataillon, je réalise à présent que je me dois de rechercher une forme de stabilité au sein de ma collection en termes de conservation de valeur. Ce facteur a détourné mon attention sur des marques telles que Rolex et Patek Philippe, que, je dois l’admettre, j’apprécie plus de jour en jour. » Son choix pour « la » montre est la F.P.Journe Chronomètre Bleu.

Instagram : @horonlogy

Haut de page