>

Restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2017 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Ces montres qui donnent le vertige
Nouveautés

Ces montres qui donnent le vertige

jeudi, 19 janvier 2017
Fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
6 min de lecture

On croyait les Maisons de Haute Horlogerie assagies par un an et demi de conjoncture plus que maussade. Si celle-ci a assurément laissé des traces, elle n’a en rien entamé leur capacité à proposer des pièces proprement étourdissantes. La preuve en quatre exemples qui érigent les montres à sonnerie en Graal horloger.

Il est des journées qui prennent des allures de parcours initiatique pour peu que la conjonction des événements s’y prête. Celle qui a inauguré le Salon de la Haute Horlogerie 2017 pour une partie des représentants médias fait clairement partie de celles-là. Avec un agenda qui avait placé sur leurs premiers pas dans les travées du Salon un panel de Maisons connues pour leurs  incursions dans des territoires micromécaniques réservés aux plus aguerris, les surprises n’étaient pas exclues. Avec un bémol de taille toutefois : la baisse de régime enregistrée depuis fin 2015 devait assurément avoir tempéré les plus hardis avec, pour résultat, une offre clairement orientée vers des produits plus sages, plus accessibles. D’autant que si l’on en juge par les statistiques des exportations horlogères suisses portant sur l’exercice 2016, c’est clairement le segment de la Haute Horlogerie, soit des montres au prix ex-usine de plus de CHF 6000 (> CHF 15 000 au prix de détail) qui ont le plus souffert des revers conjoncturels avec une baisse de l’ordre de 15 %. L’attente était donc d’un optimisme prudent, comme il sied en pareille circonstance.

Sur les cinq Maisons constituant le menu de la journée, quatre d’entre elles sont arrivées avec, dans leur escarcelle, des modèles aptes à faire chanceler le collectionneur le plus averti.

Quelle ne fut donc pas la surprise, au fil des présentations, de voir disséqués des garde-temps hors normes, planant dans des sphères quasi stratosphériques. Sur les cinq Maisons constituant le menu de la journée, quatre d’entre elles sont ainsi arrivées avec, dans leur escarcelle, des modèles aptes à faire chanceler le collectionneur le plus averti. Dans un tel contexte, impossible d’occulter la question du prix : c’est certainement l’une des causes premières du flageolement de genoux programmé. Pour schématiser, il suffit de positionner deux des quatre pièces au niveau du demi-million de francs, un montant qui double pour les deux autres. À ces niveaux, on peut assurément parler de pièces d’exception.

SIHH 2017 Richard Mille RM50-03
Richard Mille RM 50-03 McLaren F1, le chronographe le plus léger au monde de seulement 40 grammes.
Des histoires de vie

Tout a commencé avec la RM 50-03 McLaren F1 de Richard Mille, une montre développée en collaboration avec le célèbre constructeur automobile. Comme rien n’est simple dans une montre Richard Mille, celle-ci ne déroge évidemment pas au principe qui, ici, se traduit par une légèreté extrême : le mouvement ne pèse que 7 grammes et l’ensemble de la montre 40 grammes bracelet compris. Au final, cette RM50-03 est ainsi le chronographe à rattrapante et échappement tourbillon le plus léger jamais construit. Le secret : l’utilisation de graphène, un nanomatériau révolutionnaire 6 fois plus léger mais 200 fois plus résistant que l’acier. Les ingénieurs de la manufacture ont donc réussi le tour de force d’injecter du graphène dans les quelque 600 couches de filaments du carbone TPT utilisé par l’horloger afin d’obtenir un boîtier ultra-résistant. Côté mouvement, c’est le titane grade 5 qui est à l’honneur, associé à la squelettisation accentuée des composants. Au final et sans entrer dans les détails techniques, cette montre, qui sera produite en 75 exemplaires, peut être considérée sans rougir comme un « chef-d’œuvre technique ».

Pour tout horloger un tant soit peu passionné par l’histoire de l’excellence horlogère, la Grande Sonnerie représente un achèvement.
Greubel Forsey

Dans un registre plus classique, Greubel Forsey prenait le relais avec sa Grande Sonnerie. Quelques chiffres pour positionner la pièce : 11 ans de recherche et développement, 935 composants logés dans une boîte 43,5 mm de diamètre pour 16,13 mm de hauteur, 11 systèmes de sécurité d’utilisation et 2 brevets pour un garde-temps qui offre grande et petite sonneries sur timbre cathédrale, répétition minutes à la demande et un échappement à tourbillon 24 secondes incliné. Ce garde-temps, qui sera produit à raison de trois à cinq exemplaires par an selon les capacités de production de la manufacture, représente la montre la plus compliquée sortie des ateliers Greubel Forsey. « Pour tout horloger un tant soit peu passionné par l’histoire de l’excellence horlogère, la Grande Sonnerie représente un achèvement, un sommet qu’une vie ne suffit souvent pas à atteindre », explique la Maison. Greubel Forsey aura mis un peu plus d’une décennie pour matérialiser ce Graal horloger.

SIHH 2017 Cartier Mysterious Double Tourbillon
Montre Rotonde de Cartier Répétition Minutes Double Tourbillon Mystérieux, une prouesse technique qui ne pèse que 50 grammes pour la tête de montre.
Légèreté, volupté

C’était ensuite au tour de Cartier de venir animer les débats avec sa Montre Rotonde Répétition Minutes Double Tourbillon Mystérieux, un garde-temps estampillé du Poinçon de Genève. Comme le détaille la Maison, la conjonction de son mouvement mystérieux et d’une des complications les plus exigeantes du répertoire horloger relève de deux défis : « technique pour le premier, qui rassemble 448 composants dans une boîte de seulement 11,5 mm d’épaisseur ; esthétique pour le second, dans l’ajourage et le rhodiage du mécanisme devant souligner la transparence du double tourbillon et révéler, à la demande, le jeu rythmé de la répétition minutes ». Cartier s’est également livré à un régime minceur. Pour atteindre la meilleure intensité de son, le poids de la montre a été réduit à son minimum, soit 50 grammes pour la tête de montre avec boîtier en titane.

SIHH 2017 Vacheron Constantin - Traditionnelle 6500T-000P-B100
Vacheron Constantin Traditionnelle Répétition Minutes Tourbillon, un nouveau calibre manufacture 2755 TMR pour réunir ces deux complications reines.

Restait à Vacheron Constantin de clore la démonstration avec sa Traditionnelle Répétition Minutes Tourbillon. Également une montre à sonnerie qui ne peut être dissociée cette année du modèle Les Cabinotiers Symphonica Grande Sonnerie 1860, pièce unique et première montre-bracelet grande sonnerie de l’histoire de la Maison. Dans le registre cher à la marque, qui voit sublimées la pureté des formes et la simplicité d’usage appliquée aux montres les plus complexes, Vacheron Constantin a de nouveau frappé un grand coup. La Traditionnelle Répétition Minutes Tourbillon s’inscrit dans la même logique avec un cadran au guillochage unique réalisé main qui ne laisse transparaître que le ballet de l’échappement, laissant au seul propriétaire la connaissance des secrets de son mécanisme. Pour ne pas les trahir, la réserve de marche de 58 heures se positionne au dos.

Haut de page
Haldimann
Actualités
Beat Haldimann, l’art et la manière
mardi, 27 juin 2017
8 min de lecture
14
TAG Heuer Formula 1 Edition Senna 2017
Nouveautés
TAG Heuer – Senna en piste
mardi, 27 juin 2017
La rédaction
3 min de lecture
5
GeorgeClooney
Histoires de montres
George Clooney, ses montres, ses motos, ses amours …
mercredi, 02 mars 2016
Frank Rousseau
11 min de lecture
Histoire & Pièces d'exception
La Rolex « Paul Newman » ou l’inestimable cool horloger
lundi, 07 décembre 2015
Louis Nardin
6 min de lecture
5