>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Chanel s’allie à Audemars Piguet
Economie

Chanel s’allie à Audemars Piguet

dimanche, 06 avril 2008
Par Florence Noël
fermer
Florence Noël

Lire plus

CLOSE
3 min de lecture

La célèbre marque française a fait appel à la manufacture du Brassus pour s’ancrer sur le terrain de la haute horlogerie.

Si la réputation de Chanel n’est plus à faire en matière de haute couture, la maison française a fait ses premiers pas dans l’univers de la haute horlogerie il y a quelques années seulement. Fidèle à sa réputation, la marque a très vite marqué des points. Présenté à Baselworld 2005, le modèle en céramique blanche J12 de Chanel est devenu, en l’espace d’une seule foire, une véritable montre icône.

Un immense succès créatif, auquel la marque se devait d’attribuer une noblesse horlogère dans le segment du très haut de gamme. C’est désormais chose faite grâce à un partenariat annoncé en 2008 avec la prestigieuse manufacture Audemars-Piguet. Une alliance qui a abouti à la naissance d’un nouveau calibre estampillé Chanel, intégré à une J12 automatique trois aiguilles en or jaune et céramique noire.

Techniquement, le calibre développé par Audemars Piguet – 278 composants au total – mérite le détour. La manufacture du Brassus s’est concentrée sur la précision de l’heure en créant un pont de balancier traversant ainsi qu’un grand balancier muni de huit masselottes.

Deux détails qui font la différence, puisqu’ils permettent de régler la marche de la montre sans modifier la longueur du ressort spiral.

En tirant la couronne, le levier stop seconde du balancier est automatiquement activé, entraînant un arrêt immédiat de l’aiguille de secondes et garantissant une mise à l’heure ultraprécise. « Il s’agit d’un hommage aux racines de la tradition horlogère », précise Chanel, qui s’est amusé à enrober la technique d’une allure dans le plus pur style Chanel. Le pont de balancier a ainsi été redessiné par la marque et le rotor en or coiffé de céramique noire. Alignée sur la ligne des J12, l’allure de la montre se veut, elle, très précieuse en alternant la céramique noire avec l’or jaune, appliqué notamment sur la boîte, la lunette et les chiffres.

J12 Haute Joaillerie © Chanel
J12 Haute Joaillerie © Chanel
La perfection du sertissage

Si la marque Chanel s’associe avec un nom prestigieux de l’horlogerie pour parfaire son savoir-faire, la haute joaillerie n’a plus de secret pour elle depuis longtemps. En témoigne une édition limitée de la J12 dévoilée lors de la Foire, qui se sublime de diamants, la pierre préférée de Coco Chanel. « Si j’ai choisi le diamant, c’est parce qu’il représente la valeur la plus grande sous le plus petit volume », expliquait Mademoiselle dans les années 30. Créé pour l’ouverture de la nouvelle boutique de la maison française Place Vendôme, le modèle J12 haute joaillerie s’affiche comme une œuvre d’art exceptionnelle. Au total, 713 diamants parent cette montre en or blanc, pour un poids significatif de 18 carats. Totalement invisible, le sertissage remarquable de cette pièce a été réalisé par les artisans des ateliers de Chanel situés à la Chaux de Fonds. A noter, le bracelet du garde-temps, entièrement serti de 502 diamants baguettes pour un poids de 30 carats. Un travail étonnant et non exclusif : la J12 haute joaillerie a été limitée et numérotée à 12 exemplaires.

Haut de page