>

Restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2017 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Chasse aux bonnes affaires sous le marteau de Sotheby’s
Enchères

Chasse aux bonnes affaires sous le marteau de Sotheby’s

vendredi, 18 novembre 2016
Fermer
Editor Image
Fabrice Eschmann
Journaliste indépendant

“Il faut se méfier des citations sur Internet !”

« Une grande histoire aux multiples auteurs : ainsi en est-il de la vie. Ainsi en va-t-il aussi de l’horlogerie. Sans rencontres, point d’histoire. »

Lire plus

CLOSE
4 min de lecture

Plus du tiers des objets proposés à l’encan le 15 novembre à Genève dataient au plus de 2005. Une bonne occasion pour dénicher les valeurs sûres mais aussi repérer les montres éphémères.

Un peu plus de 7 millions de francs pour 277 lots adjugés : c’est le résultat de la vente aux enchères qu’organisait la maison Sotheby’s, le 15 novembre dernier à Genève. Clôturant la session automnale de quatre jours, la firme a prudemment proposé des modèles récents, voire très récents, après le bide magistral du printemps dernier. Sur 313 pièces mises au catalogue, 110 dataient au maximum de 2005. Parmi ces dernières, trois ont été réalisées en 2015 et une en 2016. Une réalité qui permet de se rendre compte de l’état du marché, à l’heure où les marques ne sont plus maîtres de leurs prix.

Richard Mille Tourbillon
Tourbillon en or blanc RM 001, vendu chez Sotheby’s pour CHF 281 250, près du triple de son estimation haute (lot 55, est. CHF 60 000-100 000).
Richard Mille bien placé

Le lot le mieux vendu est un calendrier perpétuel Patek Philippe réf. 2438-1 en or jaune de 1954, dont le bracelet, réalisé à la main par Gay Frères (Genève), n’existe qu’en quelques exemplaires. Présentée comme la première montre de poignet résistante à l’eau jamais produite en série, toutes marques confondues, cette pièce a été adjugée CHF 336 500 (lot 317, est. CHF 200 000-400 000). Un prix juste dans la cible et sans grande surprise, à l’image de l’ensemble de la vente qui n’a pas déchaîné les passions, hormis peut-être cette Richard Mille de 2001 qui se place en deuxième position dans le classement des meilleures ventes : ce tourbillon en or blanc RM 001 s’est ainsi hissé à CHF 281 250, près du triple de son estimation haute (lot 55, est. CHF 60 000-100 000). Relativement rares aux enchères, les montres Richard Mille dépassent régulièrement les attentes. Un second modèle proposé au catalogue, la RM 004 fabriquée en 2009, a d’ailleurs été retiré de la vente, certainement acquis de gré à gré en coulisse.

Harry Winston
Cette Harry Winston Midnight Big Date de 2015 a changé de mains pour CHF 8 750 (lot 92, est. CHF 5 000-8 000), soit plus que l’estimation, mais deux fois moins que le prix du neuf.

Première pièce réalisée par Richard Mille en 2001, la RM 001 était commercialisée aux alentours de € 200 000. Son adjudication à CHF 281 250 en fait donc une valeur sûre, voire un investissement. Il n’en va cependant pas de même pour toutes les marques, tant s’en faut. Deux modèles Harry Winston Midnight Big Date de 2015 ont ainsi changé de mains pour CHF 10 625 (lot 91, est. CHF 5 000-8 000) et CHF 8 750 (lot 92, est. CHF 5 000-8 000), soit deux fois moins que le prix en boutique, lequel tourne autour de € 20 000 selon les versions. Autre bonne affaire, pour celui qui en a les moyens : une Greubel Forsey Tourbillon 24 Secondes Incliné de 2016 a été adjugée CHF 212 000 taxes comprises (lot 171, est. CHF 150 000-250 000), alors qu’elle est actuellement affichée à € 280 000 en vitrine.

Ulysse Nardin
La trilogie Ulysse Nardin Astrolabium Galileo Galilei, Planetarium Copernicus et Tellurium Johannes Kepler a trouvé preneur pour CHF 68 750 (lot 43, est. CHF 50 000-70 000).
Une trilogie rare

Au chapitre des lots récents toujours, mais relativement rares, la trilogie de montres astronomiques à la base de la relance de la marque Ulysse Nardin, en 1985. Imaginées et développées par l’horloger Ludwig Oechslin, l’Astrolabium Galileo Galilei – inscrite au Guinness des records au titre de montre-bracelet à grandes complications la plus sophistiquée du monde –, la Planetarium Copernicus – première montre à représenter le système solaire dans son intégralité – et le Tellurium Johannes Kepler – représentant la Terre en orbite vue à la verticale du pôle Nord – ont trouvé preneur pour CHF 68 750 (lot 43, est. CHF 50 000-70 000). Là encore, de tels ensembles sont proposés sur Internet à € 240 000.

IWC
L’IWC Grande Montre d’Aviateur Calendrier Annuel Édition « Le Petit Prince », pièce unique avec son mouvement bleuté, a été adjugée CHF 48 750 en faveur de la Fondation Antoine de Saint-Exupéry pour la Jeunesse.

À noter enfin, la vente caritative au profit de la Fondation Antoine de Saint-Exupéry pour la Jeunesse. Le modèle IWC Grande Montre d’Aviateur Calendrier Annuel Édition « Le Petit Prince », pièce unique avec son mouvement bleuté, a été adjugé CHF 48 750. Créée en 2008 par les descendants de l’écrivain et pilote français Antoine de Saint-Exupéry, cette fondation s’engage dans le monde entier, notamment dans la mise en place de programmes scolaires et de formation pour des enfants et des jeunes défavorisés. Cette vente aux enchères était déjà la quatrième organisée par IWC Schaffhausen en collaboration avec Sotheby’s Genève.

tags
Enchères
Rolex et Patek Philippe, stars des enchères
jeudi, 17 novembre 2016
2 min de lecture
Patek Philippe réf. 1518
Enchères
Phillips fait exploser le record pour une montre - bracelet
jeudi, 17 novembre 2016
4 min de lecture
4
GeorgeClooney
Histoires de montres
George Clooney, ses montres, ses motos, ses amours …
mercredi, 02 mars 2016
Frank Rousseau
11 min de lecture
Masterpieces
La Rolex « Paul Newman » ou l’inestimable cool horloger
lundi, 07 décembre 2015
Louis Nardin
6 min de lecture
5