>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Chef d’œuvre de gravure chez De Bethune
Nouveautés

Chef d’œuvre de gravure chez De Bethune

mardi, 19 novembre 2019
Par La rédaction
fermer
La rédaction

Lire plus

CLOSE
2 min de lecture

De Bethune propose une Dream Watch 5 Armilia dans sa collection Maestri’art qui fait honneur au bédéaste François Schuiten. La gravure de cette pièce unique, inspirée d’un dessin de Schuiten, a été réalisée par l’artisane d’art Michelle Roten.

C’est sous la forme d’un dialogue entre les dessins de Schuiten faits d’encre à la plume, et la graveuse suisse réputée Michelle Roten appelée sur ce projet particulier, que la structure de la montre prend vie ou plutôt vient créer un reflet au monde imaginaire d’Armilia créée par François Schuiten, comme si la montre était un vaisseau qui découvre ce monde. Avec l’idée de répondre à une représentation proche de ce qui avait été dessiné, ce n’est pas un hasard si De Bethune a choisi l’or rose 18K. La couleur chaude du métal précieux appelle les couleurs chaudes des dessins de la cité au coucher du soleil.

Maestri’art Dream Watch 5 Armilia © De Bethune
Maestri’art Dream Watch 5 Armilia © De Bethune

Avec Armilia, De Bethune crée une œuvre fascinante qu’elle installe comme un repère à la frontière entre le monde de l’art et celui de l’horlogerie. Armilia est le fruit d’un travail d’extrême miniaturisation de sa mécanique mise toute entière au service du design dont le temps n’est plus qu’un élément. Interprétation de De Bethune comme un clin d’œil ou une signature, une petite sphère bicolore indique les phases de lune. Composée de deux demi-sphères d’acier bleui et de palladium assemblées et polies, elle guide l’œil vers l’affichage digital et minimaliste des heures et des minutes. Le tout est visible au travers d’un verre trempé de forme cabochon taillé à la main dont peu maîtrisent sa réalisation, pour mieux apprécier cette mécanique qui compte le temps, dans ce monde fantasmagorique qui l’appréhende différemment.

Haut de page