>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Chopard joue les caméléons
Economie

Chopard joue les caméléons

lundi, 07 avril 2008
Par Florence Noël
fermer
Florence Noël

Lire plus

CLOSE
4 min de lecture

La maison genevoise avait acquis en 2007 le plus gros diamant caméléon de la planète. Le voici transformé en bague, serti d’une myriade de diamants jaunes. Elégantissime et unique au monde.

« C’est une merveille, non ? » A l’évocation de son diamant caméléon, la co-présidente de Chopard Caroline Gruosi-Scheufele a les yeux qui pétillent. Il faut dire que le « caillou » a de quoi impressionner : déniché en 2007 par la maison genevoise, ce diamant est, avec ses 31,31 carats, le plus gros du monde. Le plus rare aussi. Catégorie infime de diamants verts, cette pierre possède l’extraordinaire propriété de changer de couleur lors qu’on la chauffe quelques secondes ou qu’on la plonge dans l’obscurité totale. D’un joli coloris olive, le diamant passe quasi instantanément à un jaune bronze profond, presque vif. De la même façon qu’un caméléon.

« Il n’est déjà pas habituel de dénicher des diamants verts. Mais un diamant caméléon de cette qualité, c’est tout simplement exceptionnel », explique la créatrice de Chopard. Comment a-t-elle découvert cette gemme ? « Parfois, ce sont les pierres qui viennent à nous », répond-t-elle subtilement.

Un phénomène inexpliqué

Qui ajoute qu’en plus d’être beaux, les diamants caméléons sont entourés d’un véritable mystère. « Personne ne sait à ce jour pourquoi ces diamants changent de couleur », affirme-t-elle. Les scientifiques se penchent sur ce phénomène depuis 1953, date de publication du premier article sur le caméléon. Récemment, les experts ont pu définir une partie du processus qui entraîne cette modification subite de teinte en découvrant que le caméléon se distinguait des autres diamants par une concentration extrême d’hydrogène, d’azote et de nickel. Une formule chimique qui, lorsqu’elle est activée, aboutirait à cette étrangeté.

Un phénomène qui restera exceptionnel, puisqu’il est encore à ce jour impossible de le reproduire en laboratoire. Autant dire que Chopard a eu la main heureuse de tomber carrément sur le plus gros diamant caméléon du monde. « Jusqu’en 2000, la pierre la plus importante répertoriée dans cette catégorie pesait 22,28 carats. Mais celui-ci possède d’autres atouts que son poids », ajoute Caroline Gruosi-Scheufele, expliquant que la pierre ne possède quasiment aucune inclusion. Un fait rarissime pour une gemme de cette taille, qui a valu à ce diamant caméléon d’être étudié par les plus grands gemmologues de la planète pendant de longues années.

La pierre ne possède quasiment aucune inclusion.
Caroline Gruosi-Scheufele
La simplicité de l’élégance

Le voici désormais monté sur une bague et serti d’une myriade de diamants jaune. Présentée à Baselworld 2008, cette pièce exceptionnelle de haute joaillerie mise sur la simplicité. Le meilleur moyen de faire ressortir les multiples éclats de la pierre. Imaginée par Caroline Gruosi-Scheufele, la bague caméléon souligne la forme ovale du diamant par un pavage tout en finesse de petits diamants jaunes, offrant à cette création une élégante délicate et épurée. Ne manquait plus que Marion Cotillard, couronnée en 2008 par l’Oscar de la meilleure actrice et ambassadrice inconditionnelle de Chopard, pour porter cette création devant l’objectif.

Son prix ? « Celui que l’acquéreur souhaitera donner », évince Caroline Gruosi-Scheufele. Difficilement estimable, le diamant caméléon le plus gros de la planète ne devrait pas rester très longtemps dans les coffres-fort de la maison genevoise. L’année dernière, elle avait également acquis un diamant rouge rarissime pour en faire une création tout aussi insolite. Succombant à son charme, un acquéreur s’est annoncé aussitôt. « Le diamant n’est même pas arrivé à Genève », sourit la co-présidente de Chopard.

Haut de page