>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Cinéma: Les 8 têtes d’affiche horlogères du 7e art
Histoires de montres

Cinéma: Les 8 têtes d’affiche horlogères du 7e art

Tuesday, 19 January 2016
fermer
Editor Image
Marie de Pimodan-Bugnon
Journaliste indépendante

“Il faut absolument être moderne.”

Arthur Rimbaud

De la passion, beaucoup de curiosité et une bonne dose d’émerveillement ! La recette essentielle pour raconter les mille et une facettes de l’horlogerie…

Lire plus

CLOSE
7 min de lecture

Monter les marches des festivals ne suffit plus. Ce qui compte désormais pour les horlogers, c’est d’inscrire leur nom en haut de l’affiche. Palmarès des lauréats qui soutiennent activement le cinéma : et les awards sont attribués à…

Chopard avec La Ruée vers l’or

Les directeurs changent, les présidents de jury se succèdent au rythme des saisons, les stars en strass et paillettes prennent de l’âge tandis que d’autres, plus jeunes, se transmettent le relais glamour sur le tapis rouge. Cannes, ses stars, ses films, ses scandales… Et un nom, indétrônable, en haut de l’affiche depuis 1998 : Chopard. En un peu moins de 20 ans, la marque est devenue le partenaire incontournable du Festival de Cannes. Au départ de cette romance, une nouvelle palme entièrement redessinée par Caroline Scheufele, la co-Présidente et Directrice artistique de Chopard, à la demande de Pierre Viot, alors Président du Festival. Depuis, Chopard et la quinzaine cannoise n’ont cessé de resserrer les liens qui les unissent. La maison suisse ne se contente pas d’être partenaire officiel du festival, elle est tout simplement partout. Dans les mains des lauréats, qui reçoivent la précieuse palme et ses mini-répliques façonnées dans les ateliers de la Maison ; au Chopard Rooftop de l’Hôtel Martinez, où la crème du cinéma défile nuit et jour ; à la soirée Gold, l’une des plus courues du Festival ; sur le tapis rouge, au poignet ou au cou des stars ; et, enfin, lors de la remise du Trophée Chopard, qui récompense deux jeunes talents prometteurs. L’horloger-joaillier genevois a en effet créé ce prix en 2001 pour contribuer au rayonnement artistique de la manifestation. Un excellent moyen d’affirmer son soutien à la création cinématographique et sa légitimité dans ce domaine.

Glasshütte Original avec L’Ours

Cinq ans de collaboration pour Glasshütte Original et la Berlinale permettent à la manufacture d’être dix jours durant, au mois de février, sous les feux de la rampe. Avec Venise et Cannes, le festival de Berlin est l’une des plus importantes rencontres internationales de cinéma. En plus des temps forts que sont la remise des récompenses suprêmes, Ours d’or, Ours d’argent et Grand Prix, une distinction spéciale est décernée par Glasshütte Original. La manufacture y remet en effet, en partenariat avec le Perspektive Deutsches Kino, une bourse de 15 000 euros destinée à aider un jeune cinéaste allemand dans la réalisation de son projet.

Raconter une histoire est un élément essentiel ancré dans tout ce que nous faisons.
Georges Kern
IWC Schaffhausen avec Le monde ne suffit pas

Au palmarès des horlogers les plus impliqués, IWC figure en bonne place parmi les lauréats. De New York à Zurich en passant par Londres, Dubai, Pékin et, depuis l’année dernière, Singapour et Angoulême, la marque multiplie les apparitions en tant que Festival-Time partner officiel. Un engagement qui, en marge des incontournables paillettes, défend les talents de demain. En témoigne, le prix IWC Filmmaker Award, qui soutient financièrement les projets de cinéastes en devenir. « Je suis ravi d’encourager les jeunes talents prometteurs de l’industrie cinématographique, explique le CEO d’IWC, Georges Kern. Raconter une histoire est un élément essentiel, profondément ancré dans tout ce que nous faisons, tout comme l’excellence dans l’exploit technique, deux choses également indissociables du grand cinéma. »

Jaeger-LeCoultre avec Le Roi Lion

La Grande Maison se taille la part du lion dans le domaine du sponsorship de manifestations cinématographiques depuis dix ans. Les premiers liens de Jaeger-LeCoultre se sont tout d’abord noués avec le plus ancien festival de cinéma au monde, la Mostra de Venise. « Ce partenariat nous a permis de réaliser les affinités que peut entretenir une manufacture comme la nôtre avec l’univers du cinéma, de la réalisation de films, précise Isabelle Gervais, Directrice des relations publiques et des partenariats chez Jaeger-LeCoultre. Nous sommes de chaque côté des inventeurs. » Au fil des ans, la stratégie du tapis rouge s’est manifestement renforcée pour la maison horlogère qui soutient officiellement des manifestations à Toronto, Los Angeles, New York et San Sebastian. Mais, loin des paillettes et des feux de la rampe, l’engagement va bien au-delà d’une pure opération marketing. Jaeger-LeCoultre soutient chaque année depuis trois ans un artiste en résidence pendant six semaines à New York, en partenariat avec le Film Society du Lincoln Center. La marque remet en outre un prix à un réalisateur à Los Angeles et Shanghai, ville dans laquelle la maison horlogère a contribué à la restauration de films anciens. « Nous ne multiplions pas les initiatives par plaisir. L’idée est d’apporter un soutien à l’univers du cinéma dans son ensemble », souligne Isabelle Gervais.

En collaboration avec Piaget, les Spirit Awards, tout de glamour enveloppés, récompensent les meilleurs films du cinéma indépendant.
Piaget et Chaumet avec Les uns et les autres

Il n’y a pas que les festivals, les salles obscures, les tapis rouges et les dîners de gala. Il y a aussi les awards, les cérémonies d’ouverture et autres grand-messes incontournables du 7e art. Parmi ces dernières, on citera les Révélations des césars présentées, depuis 11 ans par Chaumet, partenaire officiel de l’Académie des arts et techniques du cinéma. On citera également les Spirit Awards, qui, tout de glamour enveloppés, récompensent les meilleurs films du cinéma indépendant, en collaboration avec Piaget.

Rolex avec Le Mentor

Un mentor, son protégé et, pour tisser le fil de leur relation, Rolex. Au registre des arts soutenus par la marque à la couronne dans son programme de mentorat artistique initié en 2002, Rolex n’a bien évidemment pas oublié le septième. Le principe est simple : réunir des grands maîtres dans leur discipline et des jeunes artistes prometteurs pour une année de collaboration créatrice. Après Martin Scorcese, Stephen Frears, Mira Nair ou Zhang Yimou, c’est Alejandro Gonzalez Inarritu qui a accepté de devenir mentor en 2015. Le principe est semblable à la tradition du partage des savoirs en horlogerie : accompagner et transmettre.

Swatch avec Le Retour du Jedi

Au tournant du millénaire, Swatch avait brièvement apporté son soutien au Festival del film de Locarno. Le groupe horloger a de nouveau occupé le haut de l’affiche en 2015 en signant un partenariat avec ce festival historique. Objectif annoncé : renforcer son implication dans la promotion des nouveaux talents du 7e art. L’horloger a décerné le Swatch First Feature Award à un jeune réalisateur, trophée dûment accompagné d’un prize monney. Le jury a également accordé une mention spéciale sous la forme d’une invitation à Shanghai pour une résidence d’artiste au Swatch Art Peace Hotel. En parallèle, Swatch contribue à l’organisation de la Locarno Summer Academy, qui permet à des jeunes du monde entier de participer à divers programmes abordant l’art de la réalisation cinématographique.

Haut de page