>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Concours de l’Institut Horlogerie Cartier 2013 : huit...
Actualités

Concours de l’Institut Horlogerie Cartier 2013 : huit lauréats primés

mardi, 04 juin 2013
Par Janine Vuilleumier
fermer
Janine Vuilleumier

Lire plus

CLOSE
4 min de lecture

Le 25 mai dernier s’est tenue, au Théâtre de l’Heure bleue à La Chaux-de-Fonds, la remise des prix du Concours de l’institut Horlogerie Cartier. Huit travaux ont été récompensés.

Créé en 1993, l’Institut Horlogerie Cartier (IHC) a pour but de perpétuer l’art de la haute horlogerie. Cette institution forme des apprentis dans des domaines aussi variés que l’horlogerie, le polissage et la micromécanique. Parallèlement, l’IHC met à disposition des artisans confirmés un choix de formations permettant de parfaire leurs connaissances et de les mettre à jour. Cette institution vise également à valoriser les savoir-faire des apprentis horlogers en général en proposant, à toutes personnes âgées de minimum 18 ans, un concours qui leur est dédiées, leur permettant ainsi d’exprimer leurs talents techniques et artistiques.

Ouvert à tous les élèves de troisième année des Ecoles d’horlogerie et Centres d’apprentissage de l’industrie horlogère suisse, ainsi qu’aux élèves de Lange Uhren GmbH et à ceux qui font leur apprentissage dans des ateliers privés, le Concours de l’Institut Cartier, 19e du nom, avait pour thème: réalisation d’un cadran avec la mise en valeur des initiales (prénom, nom, deux lettres) avec affichage des heures et des minutes à l’aide des aiguilles mises à disposition. Six écoles d’horlogerie, onze centres d’apprentissage et deux ateliers privés ont répondu favorablement à l’invitation. 97 travaux ont été pris en considération par le jury.

Composé de cinq membres, le jury, qui se veut neutre et externe à l’Institut, appartient au monde horloger et des arts suisses. En font partie: Estelle Fallet, conservatrice en chef du Musée d’art et d’histoire de Genève, Carole Béatrice Perret, artiste peintre à Corserey, Yves Piller, horloger, pendulier à Neuchâtel, Giulio Papi, directeur technique d’Audemars Piguet (Renaud & Papi) au Locle et Jean-Marc Matthey, formateur horloger à Evilard.

Huit prix ont été décernés, le 25 mai dernier au Théâtre de l’Heure bleue de La Chaux-de-Fonds, selon les critères suivants: originalité de la création, qualité de l’exécution, fonctionnalité du système d’arrêt et propreté du mouvement. Julie Suter (Ecole technique de la Vallée de Joux) a remporté le premier prix. Elle s’est vue offrir un séjour d’une semaine à New York. Suivent ensuite du deuxième au septième prix: Marcella Corbetti (Zeit Zentrum, Granges), Robin Delisle (CFPT Ecole d’horlogerie de Genève), Jakob Kupke (Lange Uhren GmbH), Raffael Haefeli (Beyer Chronométrie, Atelier Beyer Zürich), Nadia Cestele (Ecole des métiers techniques à Porrentruy) et Fabian Moelders (Gübelin à Lucerne). Le prix de l’originalité a été remis à Sandra Flueck (Zeit Zentrum, Granges). Chaque lauréat a reçu une montre Cartier. Chaque participant au concours s’est vu remettre un livre Cartier.

Rappelons encore que le concours est ouvert aux jeunes apprentis avec une limite d’âge fixée à 25 ans. La durée des travaux est de 32 heures réparties sur deux semaines (nettoyage et remontage du mouvement pas compris dans ce laps de temps). Pour la réalisation du système aux niveaux esthétique et fonctionnel, seuls les composants horlogers propres au mouvement 6497-1 sont autorisés. Tout autre composant doit être réalisé par le participant. L’encombrement du mouvement et du cadran ne doit en aucun cas dépasser un diamètre de 60 mm (la tige du remontoir n’étant pas comprise dans ces dimensions). La hauteur maximale totale du mouvement et des travaux ne doit pas dépasser 15 mm. Le choix des matériaux pour la réalisation du cadran est libre. Et bien sûr, le mouvement doit fonctionner et être suffisamment solide pour supporter le transport par voie postale.

Article paru dans la Revue FH

Haut de page