>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Corum ouvre Shanghai
Economie

Corum ouvre Shanghai

vendredi, 28 mai 2010
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
4 min de lecture

Après l’ouverture de son premier «flagship» à Hong Kong le jour de Noel 2009, Corum poursuit l’expansion de son réseau. La Maison a choisi Shanghai et son Exposition universelle pour sa deuxième boutique. Inauguration en juin.

Antonio Calce est homme de conviction. Depuis cinq ans, il le dit et le répète à l’envi, la stratégie de Corum est basé sur un seul et unique leitmotiv : «la cohérence, la cohérence et encore la cohérence ». Précisément celle qui s’était perdue en chemin, au fil de collections Bubble complètement déroutantes tant pour les revendeurs que pour les clients. Qu’à cela ne tiennent. Depuis qu’Antonio Calce a repris les rênes de la Maison, tous les efforts ont porté sur le redressement d’une marque autour de ses valeurs fondatrices basées sur quatre collections – Artisans, Admiral’s Cup, Corum Bridges, Romvlvs – au sein d’une stratégie devant la mener au rang de manufacture.

Fortes entrées de commandes à Baselworld

La présence de Corum sur le plan d’eau du Lac Léman est une très bonne illustration du nouveau visage que présente la marque. Co-sponsor du Bol d’or Mirabaud (la plus importante compétition internationale sur plan d’eau fermé), parrain de l’équipe Okalys-Corum incluant son ambassadeur Loïck Peyron qui prend part aux régates du Challenges Julius Baer dont la dernière course n’est autre que le Grand Prix Corum, la Maison entend marquer la saison vélique d’une présence de tous les instants. «Quand on y va, on y va à fond», résume Antonio Calce. «Mais pourquoi autant d’efforts pour un sport qui ne déplace pas les foules ? Tout simplement parce que nous sommes une marque avec une légitimité en complète reconstruction. Or la voile fait clairement partie des fondements de Corum.»

Loïck Peyron © Corum/photo: Jess Hoffman
Loïck Peyron © Corum/photo: Jess Hoffman

Mais cette présence ne se limite de loin pas au seul territoire helvétique. L’an dernier déjà, Corum reprenait le marché mexicain en direct et rachetait les activités de la marque aux Etats-Unis. «Deux destinations où nous avions de réels problèmes depuis plusieurs années», poursuit Antonio Calce. «Ces décisions se sont avérées les bonnes comme nous l’ont démontré les entrées de commandes à Baselworld. Personnellement, je tablais sur une progression de 18%. Nous avons fait +30% par rapport à 2009.» Fort de ces premiers résultats, Corum prévoit déjà un exercice 2010 profitable tout en augmentant de manière conséquente ses budgets marketing. Ceux-ci seront ainsi mis à contribution pour consolider la présence en Chine via une boutique à l’enseigne de la marque, la deuxième du genre. Après Hong Kong, Shanghai. La Maison inaugurera ainsi en juin un nouveau point de ventes Corum dans la ville qui attend 70 millions de visiteurs à son Exposition Universelle.

Des auspices favorables

«Cette année, nous avons clairement l’intention de nous concentrer sur une renforcement de la présence Corum sur les marchés internationaux», commente Antonio Calce. «Et cela en complet autofinancement. Il est évidement qu’une telle démarche est lourde à supporter financièrement mais nous avons pris du retard. Notre phase de construction doit se poursuivre dans une perspective à long terme. Et cette année 2010, qui marque un double anniversaire pour Corum avec les 50 ans de l’Admiral’s Cup et les 30 ans de la Golden Bridge, va certainement y contribuer.»

En ce sens, les auspices sont des plus favorables : les modèles commémoratifs s’arrachent. La T-Bridge Tourbillon volant prévue au nombre de 133 exemplaires pour la version titane et de 66 pour celle en noir dépasse déjà les 200 et 100 pièces vendues, respectivement. Idem pour l’Admiral’s Cup Deep Hull : la série initiale de 555 pièces atteint aujourd’hui les 2’000 pièces écoulées. Quant à la Golden Bridge Tourbillon, il s’en est déjà vendu 75 contre 33 originellement prévu. «Je pense que les détaillants ont compris notre message», résume sobrement Antonio Calce.

Haut de page