>

Restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2017 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Course contre la montre
Histoires de montres

Course contre la montre

lundi, 12 juin 2017
Fermer
Editor Image
Mathilde Binetruy
Journaliste indépendante

“Et pourtant, elle tourne.”

Galilée

Le premier événement auquel elle a assisté, c’était la Coupe du Monde de football en 1998. Depuis, c’est le SIHH et Baselworld qu’elle vit de l’intérieur. Là aussi, on y joue la montre.

Lire plus

CLOSE
7 min de lecture

Le coup d’envoi de la 35e Coupe de l’America a été donné aux Bermudes. Du 26 mai au 27 juin, cinq Challengers vont tenter de ravir la coupe au Defender Oracle Team USA. Et devinez quel instrument s’est invité à bord pour chronométrer ces duels nautiques… La montre de régate !

C’est une petite île perdue au milieu de l’Atlantique. Un territoire britannique d’outre-mer situé à un millier de kilomètres des côtes américaines. Une sorte de confetti paradisiaque : 54 km2, 65 000 habitants, des plages coralliennes. Le choix des Américains s’est porté sur ce plan d’eau fermé par un lagon pour deux raisons : l’archipel baigne dans un climat doux avec des extrêmes peu marqués et les lieux sont adaptés à des bateaux très rapides.

Du 26 mai au 27 juin, les Bermudes ne seront plus célèbres seulement pour leur fameux triangle maudit ou pour les bermudas portés traditionnellement par ses policiers, mais pour être l’hôte de la plus ancienne compétition sportive au monde : la Coupe de l’America. Pour sa 35e édition, l’événement réunit six équipages. En lice, un Defender Oracle Team USA et cinq prétendants : Artemis Racing (SUE), Ben Anslie Racing (GB), Emirates Team New Zealand (NZ), Groupama Team France (FR) et SoftBank Team Japan (JAP). La prestigieuse épreuve de voile créée en 1851 accueille aussi tous les sponsors de la course. Et, sur l’eau, la bataille fait rage.

Omega Seamaster Planet Ocean « Deep Black » GMT 35th America’s Cup ETNZ
Omega Seamaster Planet Ocean « Deep Black » GMT 35th America’s Cup ETNZ
La F1 des mers

Performance, technicité, panache : les valeurs véhiculées par la Coupe de l’America séduisent naturellement les horlogers. Tous aimeraient revivre le succès rencontré par Audemars Piguet en 2003, alors soutien du bateau suisse Alinghi. L’équipage helvétique emmené par Ernesto Bertarelli disputait pour la première fois cette course à la voile. Audemars Piguet, présent sur la bôme et les maillots de l’équipage, avait accepté d’être l’un de ses partenaires. Pour un coup d’essai, ce fut un coup de maître ! Le bateau remporta l’épreuve et conserva même son trophée en 2007 en devançant Team New Zealand d’une seconde dans la dernière régate.

À la suite de ces victoires, le milliardaire suisse Ernesto Bertarelli décidait de faire de la Coupe un véritable événement international. Initiative reprise par Russell Coutts, vainqueur à cinq reprises de l’épreuve avant d’être promu à la tête de l’organisation. En conséquence, le format des courses est revu : plus court, afin d’attirer les télévisions. Les sponsors suivent, attirés par une visibilité à hauteur de leurs investissements colossaux. Pari tenu : les changements opérés transforment la régate élitiste en compétition grand public. D’où l’intérêt pour les horlogers de se positionner plus que jamais au premier plan. D’une part, ces derniers ont toute légitimité à le faire pour être à l’origine des premières horloges marines créées au XVIIIe siècle. Ils étaient également aux poignets des explorateurs au siècle suivant, leur permettant de calculer leur position en mer. Par la suite, ils ont su développer des instruments de bord utiles aux marins, comme les montres de régate équipées d’un compte à rebours avec affichage des dernières minutes précédant le début d’une compétition nautique. Et leur histoire personnelle trouve parfois un écho sinon des synergies avec le monde nautique. C’est le cas de Louis Vuitton, Zenith, Panerai, Ulysse Nardin, Omega ou encore cette jeune marque française MATWatches, tous engagés dans la Coupe de l’America aux Bermudes.

MATWatches Regate Timer Groupama France
MATWatches Regate Timer Groupama France
Hissez haut les montres officielles

C’est un sacré coup de projecteur pour ces Maisons. Partenaire de l’épreuve depuis trois décennies, Louis Vuitton lance un chronographe Tambour Navy aux couleurs de la course.
MATWatches a décroché le titre de « Timer officiel » du Team France. Fabrice Pougez, son CEO, voit de nouveaux horizons s’ouvrir devant lui avec son édition limitée à 300 exemplaires – la Timer Regate Groupama Team France – qui porte le patronyme du catamaran français. Son boîtier de 44 mm abrite un calibre quartz et hisse haut les couleurs de la France : cadran (bleu), aiguilles (blanc) et aiguille des secondes (rouge). Zenith est quant à lui chronométreur officiel de l’équipage Land Rover BAR. Le team de sir Ben Ainslie porte ainsi le chronographe automatique El Primero Sport Land Rover BAR Team, série limitée de 250 exemplaires.

Zenith El Primero Sport Land Rover BAR Team
Zenith El Primero Sport Land Rover BAR Team

De son côté, Omega soutient Emirates Team New Zealand. Un partenariat qui date de 1995 avec la conquête de la Coupe de l’America par sir Peter Blake. Omega en a tiré une montre, réplique exacte du modèle porté à bord par l’équipage : la Speedmaster X-33 Regatta ETNZ Édition Limitée qui possède un affichage à la fois analogique et digital. La montre comprend une fonction régate qui permet de suivre le compte à rebours crucial des 5 minutes précédant le départ de la course. Au cours de la régate, la X-33 peut être utilisée pour mesurer la progression du bateau. Une seconde montre, la Seamaster Planet Ocean ETNZ « Deep Black » Master Chronometer, est dédiée aux supporteurs. Elle arbore une lunette en céramique avec une échelle de plongée qui met en évidence le compte à rebours de 15 minutes précédant la course : en caoutchouc bleu et rouge (les couleurs du drapeau néozélandais) pour les 10 premières minutes et « START » pour les 5 dernières.

Omega Speedmaster X-33 Regatta 35th America’s Cup ETNZ, Limited Edition 2017
Omega Speedmaster X-33 Regatta 35th America’s Cup ETNZ, Limited Edition 2017

Quant à Ulysse Nardin, partenaire de l’équipe suédoise Artemis Racing, la Maison locloise embarque un compte à rebours avec inverseur, concept original et intuitif qui fait l’objet d’un dépôt de brevet. Son chrono Regatta a été mis au point avec le concours des marins Loïck Peyron et Alain Percy, tous deux ambassadeurs de la marque et membres d’Artemis Racing ; Panerai, enfin, vogue sur l’épreuve avec cinq modèles. La Luminor Marina 1950 America’s Cup 3 Days Automatic est la « Montre officielle » de l’épreuve. Trois pièces équipent le Defender Oracle Team USA, mené par James Spithill : la Luminor 1950 Regatta Oracle Team USA 3 Days Chrono Flyback Automatic, la Luminor 1950 Oracle Team USA 3 Days Chrono Flyback Automatic et la Luminor Marina Oracle Team USA 8 Days. Ferme le ban, l’édition spéciale SoftBank Team Japan, qui célèbre le retour dans la compétition de l’équipage nippon après 15 ans d’absence.

Panerai Luminor Marina 1950 Softbank Team Japan 3 Days Automatic
Panerai Luminor Marina 1950 Softbank Team Japan 3 Days Automatic

Qui de ces marques horlogères décrochera le graal des régatiers et pourra en tirer les bénéfices pour les années à venir ? Réponse dans la baie de Great Sound fin juin avec le vainqueur de l’édition 2017… et son (heureux) sponsor.

Haut de page
Panerai
Histoires de montres
Panerai vogue aux Bermudes
mardi, 07 mars 2017
9 min de lecture
8
HYT H1 Colorblock
Regards de connaisseurs
HYT, quid du temps liquide
lundi, 26 juin 2017
Luc Debraine
7 min de lecture
4
GeorgeClooney
Histoires de montres
George Clooney, ses montres, ses motos, ses amours …
mercredi, 02 mars 2016
Frank Rousseau
11 min de lecture
Histoire & Pièces d'exception
La Rolex « Paul Newman » ou l’inestimable cool horloger
lundi, 07 décembre 2015
Louis Nardin
6 min de lecture
5