>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2022 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

de Grisogono, d’avenir en avenir
Baselworld

de Grisogono, d’avenir en avenir

vendredi, 16 mars 2012
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
5 min de lecture

Après 24 mois de recherche, de Grisogono, qui fêtera son 20e anniversaire l’an prochain, est en négociations avancées avec des investisseurs. Sur une base désormais assainie, la Maison prépare son avenir, notamment en présentant un tourbillon féminin et un modèle dont le boîtier est réalisé dans un matériau luminescent inédit à base de fibre de verre.

Cela fait deux ans que Gérald Roden a repris la direction de de Grisogono, après avoir œuvré au redressement des maisons Daniel Roth et Gérald Genta. Une nouvelle mission qui, finalement, reposait sur des bases fort similaires à la précédente dans la mesure où de Grisogono nécessitait également une reprise en main à la suite des fluctuations de son actionnariat, sans parler des problèmes de liquidités. Avec son franc- parler, Gérald Roden n’a jamais fait de mystère quant à la situation, tendue, certes, mais jamais désespérée. Rencontré à Baselworld 2012, il ne cache cette fois plus sa satisfaction.

Cela nous conforte dans cette idée que nous avions déjà: de Grisogono est une belle marque!
Gérald Roden

« Notre fameux investisseur fantôme, comme j’aime à l’appeler, a cette fois répondu à l’appel, explique-t-il. Après 24 mois de recherche, nous sommes en discussions avancées avec un fonds d’investissement. Une rencontre a d’ailleurs eu lieu lors de ce Salon. La suite se passera prochainement à Genève. Nous parlons donc là d’un apport en capital relativement important prévu sur trois ans. C’est précisément cette vision à long terme qui est intéressante tout comme le fait que les actionnaires minoritaires ainsi que le fondateur de la société Fawaz Gruosi restent plus que jamais partie prenante dans l’entreprise. Cela nous conforte dans cette idée que nous avions déjà: de Grisogono est une belle marque! »

Hymne à la femme

Il aura toutefois dû batailler ferme pour que l’horizon se dégage. Gérald Roden explique : « Pour compliquer les choses, cette phase difficile de la société est intervenue dans une période de crise pour le secteur horloger. Inévitablement, nous avons dû serrer les boulons, mais nous avons passé le cap sans dommage majeur de sorte que de Grisogono est arrivé à s’en sortir et à stabiliser ses assises pour mieux démarrer. Une situation de bon augure, car l’an prochain la Maison fêtera ses 20 ans d’existence. En fin de compte, nous ne nous sommes pas trop mal débrouillés. »

Une « débrouille » qui, cette année, prend la forme notamment de deux nouveaux garde-temps. La Tondo Tourbillon Gioiello d’abord, soit le premier tourbillon de Grisogono qui vient équiper un modèle dédié à la gent féminine, sensible à l’univers de l’horlogerie mécanique que rehausse un sertissage décliné en une trilogie composée de réalisations aux diamants noirs, bruns ou blancs. Design audacieux, développement poussé, style baroque, touche contemporaine, du pur de Grisogono, selon les termes de la Maison. « Avec cette pièce, nous avons voulu offrir un modèle destiné à une clientèle plus jeune, commente Gérald Roden. Le tourbillon est le fruit d’un développement interne. La platine est réalisée par nos soins. Les composants viennent toutefois de nos fournisseurs, car le temps imparti était trop court pour se lancer dans un tel processus de production. Notre prochain tourbillon sera certainement beaucoup plus élaboré à l’interne. »

Nique au numérique

Deuxième nouveauté, des plus originales, la collection Tondo by Night, dotée d’un mouvement Sellita revisité pour positionner la masse oscillante côté cadran. Masse oscillante sertie, ainsi que la lunette, de différentes pierres selon les coloris du modèle décliné en blanc, jaune, rose, vert, violet et orangé. Mais là où de Grisogono fait fort tient au matériau utilisé pour le boîtier et la boucle, soit le Pearly photoluminescent composite fiberglass, une fibre de verre qui dispose des mêmes propriétés que le Super-Luminova, consistant à emmagasiner la lumière le jour pour mieux l’irradier dans l’obscurité venue. Là également, de Grisogono entend sensibiliser un public féminin avec une montre d’entrée de gamme qui, encore une fois, sait se jouer des codes établis pour mieux imposer ce côté ludique et souvent indispensable à nombre de garde-temps contemporains menacés par le diktat du numérique.

Tondo By Night verte © de Grisogono

Autant dire que ces nouveautés ont conforté la société dans les options prises, d’autant que, à Baselworld, l’horlogerie vient désormais jouer à parts égales avec la joaillerie en termes de ventes. « Nous sommes satisfaits, conclut Gérald Roden. Nous allons ainsi lancer la production avec une petite croissance par rapport à 2011. Et je suis persuadé que nous allons y parvenir. Cela dit, comme nous ne sommes pas présents en Asie hors Japon, cela représente une difficulté supplémentaire. Raison pour laquelle les négociations avec les investisseurs intéressés à la société prennent tout leur sens. Ces fonds nous permettrons de renforcer notre production, notre communication et notre réseau de distribution via de nouvelles boutiques. Notre objectif est d’ouvrir très rapidement Hong Kong, Pékin et Shanghai. » Question de préparer ce 20e anniversaire de Grisogono, qui devrait sceller son avenir.

Haut de page