>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

De la connaissance à la réflexion
Economie

De la connaissance à la réflexion

mardi, 21 septembre 2010
Par David Chang
fermer
David Chang

Lire plus

CLOSE
7 min de lecture

L’Exposition Universelle n’est pas seulement une excellente occasion pour les Chinois d’appréhender la culture et les techniques de chaque pays, c’est aussi une plate-forme d’échanges qui met les Chinois sur un pied d’égalité avec les peuples des différentes nations.

Si les Jeux Olympiques de 2008 à Pékin étaient une grande manifestation sportive présentée au monde par la Chine, l’Exposition Universelle de Shanghai de 2010 est quant à elle une réception internationale organisée par le monde en Chine. Bien que toutes deux se tiennent dans le même pays, leurs différences sont manifestes. La première avait pour spectateurs les peuples du monde entier, tandis que le public de la seconde est davantage composé de Chinois.

Le parc industriel de l’Exposition Universelle brillera jour et nuit sur une surface de 5,28 km².

Comparée aux Jeux Olympiques de 2008 à Pékin, l’Exposition Universelle de Shanghai se déroule sur une période bien plus longue. Inaugurée officiellement le 30 avril, elle prendra fin le 30 octobre, soit une durée totale de 184 jours continus. De plus, le parc industriel de l’Exposition Universelle brillera jour et nuit sur une surface de 5,28 km² et ce jusqu’au 1er septembre. Le nombre de visiteurs de l’Exposition Universelle dépasse déjà les 47 millions de personnes. Une si grande superficie dédiée à une exposition internationale et un nombre si conséquent de visiteurs possèdent une signification importante pour notre pays et sa population.

Une plate-forme pour connaître le monde

On trouve la phrase suivante sur les billets d’entrée de l’Expo : « Découvrez le monde sans voyager ». L’Exposition Universelle n’est ainsi pas seulement une excellente occasion pour les Chinois d’appréhender la culture et les techniques de chaque pays, c’est aussi une plate-forme d’échanges qui met les Chinois sur un pied d’égalité avec les peuples des différentes nations. Elle constitue également une excellente destination pour les touristes venus des nombreuses régions de la Chine. Au cours des trois derniers mois, le nombre d’entrées les jours impairs a atteint un pic de 580’000 visiteurs et un record a même été battu avec une file d’attente de 9 heures pour entrer dans le pavillon de l’Arabie Saoudite. Autant dire que par près de 40 °C et sous une pluie battante, le nombre de personnes entrant dans le site n’a pas diminué. Pourquoi les Chinois manifestent-ils un si grand intérêt pour l’Exposition Universelle ? Hormis le soutien à leur pays et l’influence des médias, l’Exposition Universelle possède assurément un irrésistible attrait pour les Chinois.

L’histoire de l’Exposition Universelle est longue. Elle stimule et donne carte blanche à la créativité des hommes, encourage leur participation, les incite davantage à combiner sciences et sentiments, présente au monde toutes sortes de nouveaux concepts utiles au développement humain, de nouveaux points de vue ainsi que des techniques et des arts innovants. Déjà, lors de l’Exposition Universelle de Londres en 1851, les Chinois avaient participé en exposant leurs soieries typiques. 159 ans plus tard, alors que cette même Chine est l’organisatrice de l’Exposition, davantage encore de Chinois garderont gravée dans leur mémoire cette période de l’histoire. Malgré l’évolution des générations, ce sont les technologies de pointe, les techniques les plus récentes et la culture moderne qui attirent toujours autant, surtout que cette Exposition Universelle place les Chinois au centre du public.

Avec pour thème principal « Meilleure ville, meilleure vie » et des mots-clés qui en découlent dans les domaines de l’économie des ressources énergétiques – économie d’énergie, baisse du carbone ou recyclage –, cette Exposition propose un maximum de débats humains. En outre, ces différents concepts s’incarnent parfaitement dans l’aspect extérieur des constructions de chacun des pavillons, faisant de l’Expo un lieu clé lors d’une visite en Chine. C’est néanmoins ce qui se trouve exposé à l’intérieur qui demeure le principal centre d’attraction. Exemples : les peintures et sculptures célèbres du pavillon français, les bébés géants du pavillon espagnol… Sans oublier tout ce qui a trait à la technique et à la culture, des concepts de mieux en mieux compris par les spectateurs chinois.

Une occasion de réfléchir sur les transformations

Cette année, je me suis rendu à plusieurs reprises en Suisse. Alors que j’étais invité chez un ami à la Chaux-de-Fonds, nous avons discuté du développement économique de la Chine. Mon ami a déclaré que les Chinois commençaient vraiment à s’enrichir mais que leur qualité de vie n’était pas encore en adéquation. J’approuve ce genre de point de vue et je suis de plus persuadé que la richesse de la Chine implique davantage de transformations. L’Exposition Universelle de Shanghai constitue justement une plate-forme d’étude pour la Chine. Avec pour cadre « Meilleur ville, meilleure vie », nous réfléchissons sérieusement à la qualité et à l’environnement de nos existences. Par exemple : l’architecture, l’automobile, les appareils électriques, l’éclairage, les déchets, tous ces éléments de la vie urbaine, qu’on ne sait encore vraiment comment traiter, trouvent une réponse à travers des exemples concrets dans cette Exposition.

 

Une interaction saine entre ville et campagne s’avère absolument nécessaire.
Manuel Salchli

Offrir une vie meilleure me ramène à la Suisse. Contrairement à la Chine, en Suisse, nombreux sont ceux qui travaillent dans les villes mais vivent à la campagne, tandis qu’en Chine, les gens ne cessent de se presser dans les villes pour y travailler et y vivre. Ces réalités différentes nous amènent à reconsidérer les modèles de développement. Comme l’a dit le directeur du pavillon suisse Manuel Salchli : « Il ne faut pas seulement une meilleure communication entre ville et campagne, il faut encore concilier leur culture et leur environnement. Ce n’est que par ce moyen que l’on parviendra à réaliser une urbanisation harmonieuse. C’est pourquoi une interaction saine entre ville et campagne s’avère absolument nécessaire. Seul un développement commun permettra d’offrir une qualité de vie et un niveau de développement économique corrects.

Le célèbre économiste chinois, M. Fan Gang, a émis le jugement suivant à propos de l’Exposition Universelle : « L’Exposition Universelle est un excellent lieu pour étudier et tirer des leçons de l’apprentissage et de l’expérience de l’urbanisation et de l’expansion des villes des autres nations. Bien que ces problèmes et ces difficultés existent dans le processus d’urbanisation de chaque pays, « espérer une meilleure qualité de vie » est ce qui anime les hommes dans leur poursuite de l’urbanisation, c’est un fait nécessaire et certain. Par conséquent, on peut dire de l’Exposition Universelle qu’elle est une occasion d’adresser un message fort vers l’extérieur. »

tags
Haut de page