>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2020 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

De Grisogono habille les poignets féminins
Nouveautés

De Grisogono habille les poignets féminins

mercredi, 28 mai 2014
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
3 min de lecture

Avec ses nouveautés de l’année, Allegra et Grappoli, de Grisogono renouvelle ses collections avec des montres bijoux qui font honneur aux origines joaillières de la marque.

On connaît l’univers horloger masculin de Grisogono avec ses Instrumento, Occhio et autre Otturatore, soit autant de modèles décalés aux formes aussi puissantes qu’imposantes. Cette année, la Maison a toutefois opté pour une démarche nettement plus aérienne. Certes, la Meccanico dG Reloaded, caractéristique avec son double affichage analogique et mécanique digital donnant l’heure dans deux fuseaux horaires, se pare d’un nouveau boîtier en fibres de carbone surmoulées capables d’emmagasiner la lumière, tout comme les Tonda by Night, mais l’essentiel n’est pas là. C’est en effet du côté de la femme qu’il faut chercher les véritables nouveautés 2014 de la Maison.

À commencer par une petite prouesse technique dans les métiers d’art. La Tondo Tourbillon Gioiello en version sertie et mouvement squelette se voit équipée d’une platine bicolore émaillée des deux côtés. En sachant ce qu’implique l’émaillage en termes de multiples passages au four, il est en effet difficile d’imaginer comment stabiliser la couche côté verso alors que l’on travaille sur celle côté recto. Même sous la contrainte, Michel Nieto, nouveau directeur produits chez de Grisogono, ne dévoilera pas l’astuce de cette édition limitée à 30 pièces déjà en partance sur les marchés.

Un rapprochement entre horlogerie et joaillerie.
Michel Nieto
Les raisins de la… joie

De Grisogono ne s’est toutefois pas contenté de revisiter ses collections existantes et propose, comme le dit Michel Nieto, « un rapprochement entre horlogerie et joaillerie ». Rapprochement qui prend d’abord le nom de Grappoli, une collection qui se singularise par ses pierres précieuses de taille briolette, chacune dotée d’une coiffe d’or percée de part en part permettant l’attache au boîtier de telle manière que cette « corolle » ondule au gré des mouvements du porteur. Cadran et lunette sertis neige des mêmes pierres, saphirs orange ou bleus, émeraudes ou d’améthystes, prolongent l’effet visuel où les contrastes se font uniquement par les volumes et non par la couleur. « Nous voulions présenter quelque chose de surprenant, pas forcément dans la tradition joaillière de Grisogono », commente Michel Nieto. Pari tenu avec ces montres où l’heure devient un prétexte futile, anecdotique presque mais néanmoins indispensable à l’exaltation de l’empierrage.

Allegra

Deuxième « vraie nouveauté », la gamme Allegra, du nom de la fille de Fawaz Gruosi, fondateur de la Maison en 1993, d’abord collection joaillière au sein de la marque. « Fawaz Gruosi y travaillait depuis trois ans afin de compléter les bijoux avec des montres, poursuit Michel Nieto. Personnellement, je voyais ces modèles plutôt fins, mais j’avoue m’être complètement trompé lorsque nous avons pu visualiser les premiers prototypes. Résultat : nous proposons quelque chose qui n’existe pas sur le marché, une constante chez de Grisogono, quelque chose de fort qui se prête à de multiples interprétations. Nous avons d’ailleurs déjà des demandes pour personnaliser les bracelets. » De fait, ces Allegra, également des montres bijoux qui donnent l’heure, se posent d’abord et avant tout en bracelets, soit 20 liens de cuir entrelacés, dans l’esprit des bracelets-montres des années 1930 quand les stars portaient leurs garde-temps les plus précieux attachés par des cordons. Pour de Grisogono, cette nouvelle collection, incluant des versions serties au niveau du boîtier comme du bracelet, évoque la dolce vita, une époque faite d’insouciance et, pourquoi pas, d’un luxe éphémère.

Haut de page