>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2020 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Enchères genevoises : 1’048 garde-temps adjugés pour 45...
Culture

Enchères genevoises : 1’048 garde-temps adjugés pour 45 millions de francs

vendredi, 18 novembre 2011
Par Danièle Chambas
fermer
Danièle Chambas

Lire plus

CLOSE
11 min de lecture

Les trois grandes ventes des 13 et 14 novembre ont fait vibrer les collectionneurs et amateurs de Haute Horlogerie du monde entier. Au final, Christie’s confirme sa suprématie avec un total de CHF 26 millions. Patek Philippe demeure le leader incontesté suivi par Rolex.

Lundi 14 novembre dès 9h30, le grand salon de l’Hôtel des Bergues à Genève était plein à craquer. Durant presque neuf heures, Aurel Bacs, directeur international du département Montres chez Christie’s, tel un chef d’orchestre, a donné le tempo et tenu son public sous le charme. Il faut dire que la partition était particulièrement riche : 427 lots parmi lesquels 129 Patek Philippe dont plusieurs pièces uniques et 55 Rolex. De quoi faire rêver les quelque mille enchérisseurs de trente-neuf pays qui participaient à la vente dans la salle, au téléphone ou en line. Seuls 222 d’entre eux ont réussi à concrétiser leurs espoirs les plus fous ! Douze lots n’ont pas trouvé preneurs.

Superstar, la réf. 3448

Parmi le  » top ten  » et comme en 2010, on trouve neuf Patek Philippe, dont cinq adjugées à plus d’un million, et une Rolex. Superstar de la vente, la Patek Philippe version or rose de la mythique réf. 3448 de 1968 avec calendrier perpétuel, phases de lune et portant la signature  » Freccero  » sur son cadran. En l’occurrence, un exemplaire unique découvert cette année chez un particulier. En trois secondes, elle atteint déjà CHF 1 million. Quelques instants plus tard, les enchères grimpent à 1,6 million. Il s’agit d’une affaire entre Italiens et c’est finalement l’un d’eux qui l’emporte sous les applaudissements du public pour CHF 2,099 millions (USD 2,34 / EUR 1,7), signant un record mondial pour cette référence qui quadruple son estimation la plus basse. Autre record mondial : le très beau chrono en platine Patek Philippe réf.1579 de 1946, un  » trophée  » selon Aurel Bacs, dont il n’existe que trois exemplaires. Estimé entre CHF 1 et 1,5 million, il a été adjugé au téléphone pour CHF 1,98 million (USD 2,2 / EUR 1,6).

La symphonie se poursuit avec le lot 89, une montre de poche tourbillon Patek Philippe en platine, pièce unique fabriquée en 1932 pour Henry Graves Jr, vendue pour CHF 1,14 million (USD 1,2 / EUR 0,92). Les deux Patek Philippe suivantes ont également dépassé le million de franc. Il s’agit de la réf. 3449 or jaune de 1961, adjugée pour CHF 1,427 million (USD 1,5 / EUR 1,15) à un collectionneur européen et le chrono réf. 2499 de 1951 vendu pour CHF 1,02 million (USD 1,1 / EUR 0,82).

Record mondial pour une Rolex

Quant à la Rolex appartenant aux dix meilleures ventes signant, elle aussi, un record mondial, il s’agit de la célèbre réf. 8382 en or jaune de 1953 dont le cadran en émail cloisonné polychrome représente  » Neptune « . Après une bataille acharnée, elle part au Moyen-Orient pour CHF 609’000.- (USD 678.426.- / EUR 493.290.-), quintuplant son estimation la plus basse. Une mention spéciale pour la montre de James Bond, la Rolex  » Oyster Perpetual Submariner  » que Roger Moore portait au poignet dans le film  » Vivre et laisser mourir  » tourné en 1973. Une  » légende  » équipée d’un champ magnétique surpuissant et d’une petite scie circulaire. Elle sera adjugée au téléphone pour CHF 219’000 (USD 243’966.- / EUR 177’390.-) sur la base d’une estimation comprise entre CHF 200’000.- et 300’000.-. Belle prestation également pour les montres de poche qui prennent une place toujours plus importante chez Christie’s.

Au final, cette vente, qualifiée d’  » historique  » par Aurel Bacs, totalise CHF 26,2 millions (USD 29,2 / EUR 21,2).  » Les collectionneurs sont de plus en plus informés et exigeants, conclut-il. Il faut donc leur présenter une sélection très variée comprenant un maximum de pièces rarissimes, si possible encore jamais vues aux enchères, dans un état parfait et à des estimations justes. La provenance et l’historique sont indispensables, raison pour laquelle le catalogue doit être extrêmement bien documenté « . Quant à l’avenir, Aurel Bacs se dit optimiste car  » les collectionneurs sont des passionnés ayant les moyens financiers leur permettant d’acquérir les pièces dont ils rêvent. Nombreux sont ceux qui les considèrent comme des valeurs refuges « . La vente du 14 novembre vient ainsi confirmer la suprématie de la Maison Christie’s et de la marque Patek Philippe suivie par Rolex et, loin derrière, par Vacheron Constantin, Audemars Piguet et Cartier.

Rolex réf 8382 « Neptune »© Christie's
Rolex réf 8382 « Neptune »© Christie's
On attendait Sotheby's mais c'est Antiquorum qui a pris la deuxième place. Le dimanche 13 novembre s'est révélé être très contrasté.

Une salle pleine et des enchérisseurs du monde entier venus de Chine, de Hong Kong, Taiwan, de la Russie, du Japon, des Etats-Unis et d’Italie. On n’avait pas vu une telle affluence depuis bien longtemps chez Antiquorum ! Il faut dire que la sélection très éclectique des 603 lots du catalogue, dont plusieurs pièces dans un parfait état et jamais apparues lors de ventes aux enchères, avait de quoi attirer les collectionneurs.

L’impatience était grandissante en attendant le lot 603, dernier de la journée et star de la vente : la montre de poche Patek Philippe en or rose de 1890, un chronographe à quantième perpétuel, répétition à cinq minutes et cadran spécialement configuré pour sonner les 24 heures. Un exemplaire unique redécouvert tout récemment et qui, après une belle bataille, a été adjugé pour CHF 2,09 millions (USD 2,29 / EUR 1,69) au musée Patek Philippe sur la base d’une estimation comprise entre CHF 200’000.- et 300’000.-.  » Nous aurions été très satisfait avec un montant de 1,5 million. Ce prix est exceptionnel « , commentait Julien Schaerer, directeur du bureau de Genève.

« Le marché est impitoyable pour les lots de moyenne qualité »

Egalement pour la première fois sous le marteau la réf. 885 / 7 (lot 590), une exquise montre de poche Patek Philippe savonnette champlevé et or jaune de 1983 qui est partie pour CHF 50’000.- (USD 54’800.- / EUR 40’400.-). Autre pièce unique Patek Philippe : la pendulette solaire en forme de dôme réf. 1339 de 1990,  » Musique de Chambre Quatuor  » en émail cloisonné polychrome (lot 595) qui a atteint CHF 182’500.- (USD 200’065.- / EUR 147’400.-). A relever également le score du lot 591, une montre de poche squelette Patek Philippe réf. 894 de 1980 qui a quadruplé son estimation la plus haute en partant pour CHF 86’500.- (USD 94’800.- / EUR 69’800.-). Ces trois superbes pièces appartenaient à un Japonais qui a découvert la marque genevoise dans les années 70. La totalité de sa collection (lots 586 à 595) a été adjugée pour CHF 911’000.- (USD 998’700.- / EUR 736’600.-), soit le double de son estimation la plus haute. Une autre Patek Philippe a suscité bien des convoitises : la réf. 1518 (lot 176) first series de 1948 en or jaune, adjugée pour CHF 326’500.- (USD 357’900.- / EUR 263’700.-) pour une estimation comprise entre CHF 200’000.- et 300’000.-.Enfin, la Rolex réf. 6284  » Two Americas  » en or jaune avec cadran cloisonné signé Marguerite Koch a été vendue pour CHF 242’500.- (USD 265’900.- / EUR 195’900.-) sur la base d’une estimation haute de CHF140’000.- et la ravissante bague-montre de l’horloger français Cousin (lot 508) de 1777 est partie en Chine pour CHF 40’000.- (USD 43’800.- / EUR 32’300.-).

Total des enchères : CHF 11,67 millions (USD 12,78 / EUR 9,42) pour 459 pièces adjugées (taux d’invendus : 24%).  » Cet excellent résultat montre que les collectionneurs sont devenus très sélectifs et prêts à mettre des prix colossaux pour des pièces exceptionnelles et en parfait état, conclut Julien Schaerer. Le marché est en revanche impitoyable pour les lots de qualité moyenne « .

Patek Philippe réf. 1518 © Antiquorum
Patek Philippe réf. 1518 © Antiquorum
L'« Evening sale » de Sotheby's

L’Evening sale tenue dès 20 heures au Beau-Rivage de Genève par Geoffroy Ader, directeur du Département de haute horlogerie chez Sotheby’s Europe, était un moment très attendu. Bien évidemment, le public a répondu présent sans toutefois que les  » tifosi  » répondent à l’appel, un public de passionnés considérés comme indispensable à toute vente aux enchères genevoise.

Cent trente cinq lots sur un total de 264 sont passés sous le marteau rigide du commissaire priseur Caroline Lang, dont une pièce hautement historique : la Rolex automatique en or jaune réf. 630 / 1 (lot 132) ayant appartenu au Chancelier de la République fédérale d’Allemagne Konrad Adenauer et vendue par ses descendants accompagnée d’une lettre datée du 16 septembre 1955 de Hans Wildsdorf, fondateur allemand de Rolex. Elle est repartie en Allemagne pour CHF 170’500.- (USD 171’760.-) triplant son estimation la plus basse.

A relever les bons scores de deux pièces contemporaines fabriquées en 2005 : la Richard Mille Tourbillon RM 012 (lot 43) en platine sertie de diamants, adjugée à un collectionneur asiatique pour CHF 362’500.- (USD 365’179.-) et la spectaculaire Greubel Forsey en or blanc (lot 47) double tourbillon, quatre barillets co-axiaux, 120 heures de réserve de marche, partie pour CHF 302’500.- (USD 304’735.-). Autre bon résultat: la très belle montre bracelet vintage Lange & Söhne (lot 34), un rare tourbillon  » Pour le Mérite  » en platine avec cadran rose de1994, adjugée pour CHF 314’500.- (USD 316’824.-) pour une estimation comprise entre CHF 150’000.- et 250’000.-.

Patek Philippe tourbillon référence 3939HP en platine à répétition minutes datant de 1999 © Sotheby’s
Patek Philippe tourbillon référence 3939HP en platine à répétition minutes datant de 1999 © Sotheby’s
Un résultat mitigé

A la reprise du marteau par Geoffroy Ader, l’ambiance n’était pas à la joie. Une partie du public avait déjà quitté la vente, d’autant qu’un des lots-phares, la Rolex Oyster Perpetual en or rose de 1948 (lot 136, est. CHF 200-400’000.-) ayant appartenu au premier président de l’Inde indépendante, le Dr Rajendra Prasad, avait été retirée de la vente à la demande des autorités indiennes. Geoffroy Ader avait beaucoup misé sur les 46 pièces Patek Philippe qu’il présentait en nombre pour la première fois. Des lots très importants, comme le 260, la fameuse  » Clarin Mustad 1518  » de 1944, un exemplaire unique, n’a suscité que peu d’intérêt pour ne pas dépasser la barre des CHF 760’000.- sur la base d’une estimation comprise entre CHF 800’000 et 1,2 million. Idem pour le lot 259, une belle World Time en or rose, réf. 2523 de 1953, pour la première fois aux enchères, qui a été  » ravalée  » sans gloire à CHF 380’000.-(est. CHF 400-800’000.-). Après beaucoup d’efforts, la réf. 3939 HP (lot 267), un rare tourbillon en platine répétition à minutes de 1999, a trouvé preneur en Asie pour CHF 410’500.- (USD 413’534.-).

La séduisante et importante sélection de montres de poche émaillées fabriquées au XIXe siècle pour les marchés chinois, ottoman, indien et hispanique, l’une des spécialités de Geoffroy Ader, a suscité heureusement de belles enchères pour un montant total de CHF 1,69 million (USD 1,7) dépassant ainsi les estimations les plus hautes. Citons un flacon à parfum en or jaune et agate (lot 174) fabriqué en 1770 pour le marché chinois par Jean-Antoine Lépine, adjugé pour CHF 122’500.- (USD 123’405.-) ainsi qu’une très précieuse montre demi savonnette en or jaune et diamants (lot 170) destinée au marché turc et fabriquée en1890 par Louis Audemars, qui a été acquise pour CHF 122’500.- (USD 123’405.-). Total de la vente : CHF 7,17 millions (USD 7,23) pour 180 pièces adjugées (taux d’invendus 31%).

Un résultat qualifié par Geoffroy Ader de  » mitigé « , voire carrément  » décevant  » en ce qui concerne les pièces Patek Philippe.  » Mais ma passion reste intacte, commente-t-il, et je veux continuer à faire plaisir aux collectionneurs en présentant un maximum de pièces dans chaque domaine lors de la prochaine session de mai « .

Haut de page