>

Restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2017 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Et Grand Seiko devint une marque
Regards de connaisseurs

Et Grand Seiko devint une marque

jeudi, 06 avril 2017
Fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
5 min de lecture

Le succès rencontré par la gamme Grand Seiko à l’international a incité la Maison japonaise à lui offrir un nouveau statut en l’érigeant en marque indépendante. Celle-ci va ainsi disposer, outre ses ressources manufacturières, d’un soutien logistique et commercial propre.

Cela fait plusieurs années que Seiko déploie ses ailes à l’international avec sa gamme Grand Seiko comme fer de lance. Dans un premier temps, ce modèle né en 1960 est resté la chasse gardée des Japonais, qui l’ont toujours considéré comme l’incarnation parfaite du savoir-faire manufacturier de la marque. Une montre qui a survécu à la déferlante du quartz – une initiative nippone, faut-il le rappeler ? – en ayant su garder ses attributs mécaniques méritait toutefois mieux que son seul marché domestique. D’autant que le grand retour des garde-temps traditionnels sur le devant de la scène ouvrait clairement la porte des marchés étrangers à ce type de produits haut de gamme, réalisés par une Maison qui peut assurément revendiquer un passé mécanique glorieux en 136 ans d’histoire. Depuis 2010, Grand Seiko connaît ainsi une diffusion internationale dont le succès s’apparente à celui connu dans son pays d’origine. À tel point que les instances dirigeantes de la Maison ont décidé d’aller un pas plus loin dans leur stratégie de conquête : faire de Grand Seiko une marque à part entière, comme l’annonçait Shinji Hattori, président et CEO du Groupe, lors du grand rassemblement de Baselworld.

Montre de plongée Grand Seiko Hi-Beat 36000 Professional 600 m
Montre de plongée Grand Seiko Hi-Beat 36000 Professional 600 m

« Notre but principal est d’améliorer la valeur de Seiko », déclarait-il dans un récent entretien en faisant référence à une perception de la marque fort différente selon que le client se trouve en Europe et aux États-Unis ou alors au Japon. Au pays du Soleil levant, Seiko jouit en effet d’une réputation de fleuron horloger, comme en atteste le prix moyen de ses montres deux fois plus élevé qu’à l’étranger, où Seiko est considéré surtout comme un fabricant de montres à quartz. Sur une production de 7 millions de pièces par an, les garde-temps mécaniques sont certes toujours en minorité, mais le rapport est lentement en train de s’inverser. « Nous sommes l’une des rares manufactures complètement intégrées de l’industrie, car nous produisons tout de A à Z, poursuivait Shinji Hattori. Des aiguilles, des cadrans et même des spiraux. Toutes les marques suisses ne peuvent pas en dire autant. Mais à qualité identique, notre problème, c’est notre image. » À n’en pas douter, Grand Seiko doit contribuer à la changer auprès du grand public.

La première Grand Seiko datant de 1960
La première Grand Seiko datant de 1960
Trois collections tirées au cordeau

Pour ce faire, Seiko a particulièrement soigné le lancement de sa nouvelle marque, qui se présente cette année en trois collections. La première est un hommage appuyé au modèle d’origine, qui prend la forme de trois éditions limitées en or, platine et acier esthétiquement fidèles à la montre de 1960 dont le diamètre a été porté à 38 mm. En complément, une version titane de 40,5 mm, limitée également, au design plus contemporain. Côté motorisation, Seiko a aussi soigné son lancement puisque les calibres 9S64 et 9S68 qui équipent ces modèles font preuve d’une précision remarquable, contrôlée dans une plage quotidienne de – 3 à + 5 secondes/jour, soit des valeurs plus exigeantes que celles du COSC (– 4/+ 6 secondes/jour). Les 136 exemplaires de l’édition platine ont d’ailleurs été particulièrement soignés puisque, après un réglage fin, la marge de tolérance passe de – 1 seconde/jour à + 5 secondes/jour. Un autre argument de poids vient lester la nouvelle enseigne, qui s’enrichit d’une gamme Céramique noire équipée de la fameuse technologie Spring Drive, en l’occurrence un calibre chronographe GMT qui fête ses 10 ans en affichant une précision de ± 1 seconde/jour.

Grand Seiko en titane équipé du calibre 9S68, un réinterprétation moderne du modèle d'origine
Grand Seiko en titane équipé du calibre 9S68, un réinterprétation moderne du modèle d'origine

Pour conclure en beauté, la Grand Seiko investit le domaine du sport en se parant de tous les attributs des meilleures plongeuses avec une Hi-Beat Professional : mouvement automatique 9S85 à haute fréquence avec ses 36 000 alternances/heure pour une précision journalière de – 3 à + 5 secondes, une étanchéité à 600 m avec un boîtier qui bénéficie de la technologie Helium Gas Resistance sans valve propre à Seiko et un cadran d’une grande lisibilité réalisé en fer pour contribuer aux propriétés antimagnétiques exemplaires de la montre. À n’en pas douter, Grand Seiko affiche d’ores et déjà une grande maturité dans sa prime jeunesse.

Seiko Presage Automatic Chronograph cadran émail, Calibre 8R48
Au cœur des marchés
Le rêve de mécanique de l’horlogerie nipponne
lundi, 13 mars 2017
5 min de lecture
6
Avis de l'expert
Temps et durée ne partagent pas le même cadran
mardi, 25 avril 2017
Luc Debraine
6 min de lecture
GeorgeClooney
Histoires de montres
George Clooney, ses montres, ses motos, ses amours …
mercredi, 02 mars 2016
Frank Rousseau
11 min de lecture
Masterpieces
La Rolex « Paul Newman » ou l’inestimable cool horloger
lundi, 07 décembre 2015
Louis Nardin
6 min de lecture
5