>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

« Everywhere » de Krayon, une montre à complication insolite
Histoire & Pièces d'exception

« Everywhere » de Krayon, une montre à complication insolite

lundi, 11 décembre 2017
fermer
Editor Image
Timm Delfs
Journaliste indépendante

“À l’inverse d’une montre, un cadran solaire ne s’arrête jamais.”

Journaliste indépendant basé à Bâle, Timm Delfs gère la Zeitzentrale, un magasin qui vend toute sorte d’instruments de mesure du temps. Son amour « horloger » : les cadrans solaires.

Lire plus

CLOSE
6 min de lecture

Le créateur de montres neuchâtelois Rémi Maillat a inventé un mouvement capable d’indiquer les heures de coucher et de lever de soleil n’importe où dans le monde. Une raison suffisante pour le lancement d’une nouvelle marque.

Dans le monde horloger, il n’est pas rare d’entendre que tout ce qui peut être créé mécaniquement a déjà été inventé. C’est sans compter quelques exceptions. Un parfait exemple vient de la montre « Everywhere », créée par la toute nouvelle marque Krayon, basée à Neuchâtel. En considérant le fait que son mouvement intègre quelque 600 composants, cette montre d’une élégance certaine ne fait étonnamment que 11,7 mm d’épaisseur. Très peu d’éléments trahissent la complexité interne de la montre. Le cadran est conçu de manière symétrique, dans un style épuré. Quant aux multiples fonctions, elles peuvent être réglées simplement via la couronne et un bouton-poussoir rectangulaire situé à 8 h.

« Everywhere », Krayon © Anders Modig
« Everywhere », Krayon © Anders Modig
Latitude, longitude, date et fuseau horaire à choix

La différence principale avec tous les autres cadrans tient à l’ouverture pratiquée sur la circonférence qui expose une partie claire et une partie sombre, représentant chacune le jour et la nuit. Ces parties sont mobiles, elles peuvent donc augmenter ou diminuer selon la durée du jour et de la nuit, qui évolue tout au long de l’année. Les deux frontières entre chacune des parties représentent l’heure de lever et de coucher du soleil. Cet affichage circulaire composé de disques en saphir ultra-fins dévoile encore une autre indication sous la forme d’une indication horaire 24 heures. Si tous les paramètres de la montre sont réglés sur le lieu où l’on se trouve, l’indicateur triangulaire, toujours positionné en périphérie, dévoile la position du soleil soit au-dessus de l’horizon soit en dessous. Le moment où cet indicateur traverse la ligne frontière séparant le jour et la nuit correspond au fait que le soleil est en train soit de se coucher soit de se lever. Dans l’hémisphère Nord, en hiver, la partie claire sera de plus petite dimension alors qu’en été sa taille aura augmenté. À partir du 21 décembre, elle s’agrandit en effet pour atteindre son maximum le 21 juin.

La montre peut indiquer les heures de coucher et de lever du soleil à Sydney, même si elle se trouve à Genève.

Le plus intéressant est encore à venir. L’affichage ainsi que les mécanismes internes au mouvement peuvent être réglés selon les données associées à n’importe quel lieu dans le monde, du moment qu’il se situe entre 60° nord et 60° sud. N’importe quels latitude, longitude, date et fuseau horaire peuvent ainsi être choisis. Il suffit de sélectionner la fonction à l’aide du bouton-poussoir situé sur la partie gauche pour ensuite ajuster les valeurs à l’aide de la couronne. La petite aiguille rétrograde située à 3 h indique quelle valeur est en train d’être ajustée. L’aiguille rétrograde en vis-à-vis pointe la latitude choisie. Les aiguilles coaxiales situées à 6 h indiquent la date et le mois, qui peuvent être sélectionnés librement. Les aiguilles coaxiales situées à 12 h sont utilisées afin de choisir la longitude et le fuseau horaire de la localisation voulue. De fait, la montre peut indiquer les heures de coucher et de lever du soleil à Sydney, même si elle se trouve à Genève. Elle permet d’afficher soit l’heure locale, soit l’heure du lieu de résidence. De plus, une échelle située dans la partie claire de l’affichage indique la durée du jour de la destination choisie.

Rémi Maillat © Anders Modig
Rémi Maillat © Anders Modig
Pas plus de cinq pièces par année

Qui peut bien être l’auteur d’une telle sorcellerie mécanique et comment a-t-il pu accomplir une telle prouesse sans avoir fait parler de lui auparavant ? Rémi Maillat, né en 1984, est diplômé en microtechnologie depuis 2007. Sitôt son diplôme obtenu au Locle en poche, il est engagé par Cartier dans son département de recherche et développement. Rémi Maillat était en charge des mouvements de Haute Horlogerie de la Maison comme de ceux frappés du Poinçon de Genève au sein de l’équipe de Carole Forestier. En 2013, il quitte son poste afin de créer son propre bureau de développement indépendant à Neuchâtel, baptisé Krayon, car, selon lui, le crayon reste un élément crucial à tout développement. Grâce à son travail anonyme pour les grands noms de l’horlogerie, il parvient à financer son propre projet, qui germait dans son esprit depuis déjà bien longtemps. Discret de nature, Rémi Maillat n’est pas homme à se glorifier de ses accomplissements. Sa montre parle pour lui.

En retournant la pièce, on peut en effet admirer un mouvement d’une rare beauté, en rien comparable à ce qui existe sur le marché.

En retournant la pièce, on peut en effet admirer un mouvement d’une rare beauté, en rien comparable à ce qui existe sur le marché. Rien d’étonnant si l’on considère qu’il a été créé ex nihilo et conçu comme un calibre complètement intégré. « Nous avons commencé à partir d’une page blanche. Même l’échappement et les vis sont les nôtres », explique Rémi Maillat. Les deux disques qui indiquent la durée du jour et de la nuit sont commandés par deux cames qui contiennent toutes les informations dont une équation du temps. Elles achèvent une rotation en une année, du moment que l’utilisateur ne choisit pas une autre date pour ses informations. Leur excentricité est variable selon la latitude choisie. Afin de pouvoir réunir correctement cette pléthore d’informations et de pouvoir changer les valeurs en avant et en arrière, Maillat utilise quatre minuscules différentiels qui expliquent en grande partie le nombre impressionnant de composants.

Krayon ne sera capable de produire que cinq pièces par année. Le prix de départ est de CHF 600’000.- pour le modèle de base en or blanc. Les futurs clients pourront personnaliser le garde-temps à leurs goûts, un extra qui bien entendu changera le prix du modèle.

www.krayon.ch

Haut de page