>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2020 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Exportations horlogères suisses en 2014
Economie

Exportations horlogères suisses en 2014

mardi, 3 février 2015
Communiqué de presse
fermer
Communiqué de presse
Communiqué de presse

Sed posuere consectetur est at lobortis. Duis mollis, est non commodo luctus, nisi erat porttitor ligula, eget lacinia odio sem nec elit. Vestibulum id ligula porta felis euismod semper. Cum sociis natoque penatibus et magnis dis parturient montes, nascetur ridiculus mus.

Lire plus

CLOSE
4 min de lecture
E

L’année 2014 s’est achevée dans un contexte plus difficile pour l’horlogerie suisse, mais les exportations de la branche ont continué de croître. Le bilan annuel boucle sur une valeur totale de 22,2 milliards de francs, ce qui correspond à une hausse de 1,9% par rapport à 2013. Comme 2013, qui avait enregistré exactement la même croissance, 2014 aura été une année de consolidation à haut niveau. Il faut toutefois relever l’évolution négative de novembre et décembre, liée aux événements de l’automne à Hong Kong et à la baisse du marché chinois.

Les exportations horlogères sont restées positives sur l’année, tout en s’inscrivant en ralentissement régulier. Si le premier semestre a vu sa valeur augmenter de 3,1%, la croissance n’était plus que de 0,8% sur la seconde moitié de l’année. Le quatrième trimestre a même été légèrement négatif, avec -0,3%. Même si cette baisse n’est pas très significative en soi, la tendance esquissée ces derniers mois illustre une situation plus tendue pour les exportations horlogères suisses, sans parler des lourdes conséquences induites par la force du franc.

Dans un environnement qui s’est clairement détérioré, les prévisions ont été révisées. En 2015, les exportations horlogères devraient rester stables par rapport à 2014. L’évolution des taux de change notamment continuera d’être observée de près et les résultats des premiers mois de 2015 seront déterminants dans l’appréciation de la situation générale.

Source : © Fédération de l'industrie horlogère suisse FH
Les produits

L’horlogerie suisse a exporté essentiellement des montres-bracelets. Avec une valeur de 21,0 milliards de francs, elles ont représenté près de 95% des exportations totales. Ce résultat a dépassé de 1,7% celui de 2013. Parallèlement, le nombre de garde-temps exportés a également progressé de 1,7%. Ce sont ainsi 28,6 millions de montres qui ont quitté la Suisse en 2014, soit presque un demi-million de plus qu’en 2013.

La croissance a été portée par les montres mécaniques, qui ont augmenté tant en valeur (+3,4%) qu’en nombre de pièces (+8,8%). Elles ont représenté un peu plus du quart des garde-temps exportés et ont généré près de 80% du chiffre d’affaires. Les montres à quartz ont vu leur nombre de pièces stagner (-0,9%) et leur valeur perdre quelques points (-4,1%).

Les principales matières en valeur ont connu une évolution homogène, très proche de la moyenne de la branche. En nombre de pièces, l’acier, qui a habillé plus d’une montre exportée sur deux, a affiché le même niveau qu’en 2013. Sur l’ensemble de l’année, la catégorie des autres matières a nettement accru ses volumes (+14,7%), tandis que la catégorie des autres métaux enregistrait un recul marqué (-19,4%). Ces tendances contraires se sont compensées pour aboutir à une hausse globale de 1,7%.

La croissance a été généralement au rendez-vous en 2014.

Parmi les différents segments de prix, la croissance a été généralement au rendez-vous en 2014. Les montres de moins de 200 francs (prix export) ont assuré la moitié de la hausse des volumes. La catégorie 200-500 francs a ralenti son rythme de progression mais est restée la plus dynamique de 2014. Les montres entre 500 et 3’000 francs sont restées relativement stables par rapport à 2013. Le segment supérieur a augmenté de 2,7% (en valeur et en nombre de pièces) et a contribué en grande partie à la croissance de la valeur totale.

Le continent américain (+4,5%) a connu une croissance supérieure à la moyenne, grâce principalement aux Etats-Unis (+6,2%), qui ont progressé plus fortement encore. L’Asie s’est inscrite en hausse de 2,8%, mais a affiché des disparités entre ses marchés. Hong Kong (-0,0%) a atteint le même niveau qu’en 2013. Le premier débouché des exportations horlogères suisses a redressé sa situation durant le premier semestre, mais a peu bougé durant la seconde moitié de l’année, avant de flancher en fin de période. Avec plus d’amplitude, la Chine a présenté le même profil, mais le bilan final est négatif (-3,1%). Bien qu’en ralentissement depuis septembre, le Japon (+15,2%) aura finalement connu une excellente année. Les marchés du Moyen-Orient ont également réalisé une forte progression, mais la palme revient à la Corée du Sud (+18,5%) qui a continué sur sa lancée.

Après un premier semestre neutre, l’Europe a bouclé l’année sur une baisse de 1,2%. Tous les marchés n’ont pas suivi le même chemin. L’Italie est restée constante (+0,5%), tandis que l’Allemagne (-6,4%) et la France (-6,0%) ont affiché un recul comparable. Le Royaume-Uni (+2,3%) et l’Espagne (+9,8%) ont fait mieux que la moyenne, alors que la Russie (-1,2%) s’est située légèrement au-dessous de son niveau de 2013.

Haut de page