>

Restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2017 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Fifty Fathoms, l’élite horlogère en tenue de plongée
Points d'histoire

Fifty Fathoms, l’élite horlogère en tenue de plongée

lundi, 22 août 2016
Fermer
Editor Image
Marie Le Berre
Rédactrice indépendante

“Comment le temps fait-il pour tourner rond dans des horloges carrées ? ”

Quino

« Porter à la connaissance du plus grand nombre des informations qui relèvent d’un secteur par trop méconnu. Vulgariser, au sens propre du terme. »

Lire plus

CLOSE
6 min de lecture

Créée pour le corps d’élite des Nageurs de combat de l’armée française, la Fifty Fathoms fut la première montre de plongée digne de ce nom. Son concept était si abouti qu’il s’est imposé comme la référence au niveau mondial. Aujourd’hui, Fifty Fathoms recouvre une collection sportive étendue chez Blancpain.

La montre Fifty Fathoms est née en 1953 de la rencontre entre trois hommes. Jean-Jacques Fiechter, PDG de Blancpain en Suisse, comptait parmi les premiers amateurs de plongée sous-marine de loisir. Un jour qu’il plongeait à 50 mètres de profondeur, il risque l’accident fatal en perdant la notion du temps. Il prend alors conscience de l’importance d’un instrument de mesure adéquat et commence à travailler sur le sujet. En parallèle, le capitaine Robert « Bob » Maloubier et le lieutenant Claude Riffaud créent en France l’unité des Nageurs de combat. Après avoir recherché sans succès une montre qui pouvait répondre à leurs besoins, ils décident d’en déterminer eux-mêmes les caractéristiques et se mettent en quête d’un fabricant. Ils ne rencontrèrent toutefois guère d’enthousiasme – on estimait qu’un tel produit n’avait pas d’avenir – jusqu’à ce que Jean Vilarem, qui dirigeait Spirotechnique, leur fournisseur en équipement de plongée, les mette en contact avec Jean-Jacques Fiechter.

Blancpain Fifty Fathoms
La montre Blancpain Fifty Fathoms historique de 1953.

Les Français et le Suisse étaient faits pour s’entendre vu qu’ils étaient arrivés aux mêmes conclusions. Ensemble, ils décident donc de créer leur propre instrument de mesure que Bob Maloubier décrit comme « une montre avec un cadran noir, de grands chiffres et des indications claires sous la forme de triangles, cercles et carrés ainsi qu’une lunette extérieure tournante qui reprend les repères du cadran », cette dernière permettant de visualiser le temps de plongée restant. Il fut également décidé que cette montre serait plus grande que la normale à l’époque (41 mm de diamètre), dotée d’aiguilles et index luminescents pour une parfaite lisibilité dans l’obscurité, d’un mouvement automatique qui solliciterait moins l’usage de la couronne, d’une cage intérieure qui la protégerait des champs magnétiques et, naturellement, d’un boîtier étanche. La création bénéficia de trois brevets déposés par Jean-Jacques Fiechter : couronne doublement verrouillée, fond vissé par un système de joints toriques et lunette munie d’un mécanisme de blocage. Au final, il s’est révélé que cette montre de plongée de 1953 réunissait la quasi-totalité des caractéristiques de la norme NIHS 92-11 (ISO 6425) établie en 1996 pour les montres de plongée, quelque quarante ans plus tard !

On retrouve la Fifty Fathoms au poignet du Commandant Cousteau dans le film Le Monde du silence.
Les Fifty Fathoms historiques

Cette création d’avant-garde a été baptisée Fifty Fathoms (50 brasses), mesure britannique correspondant à environ 91,5 mètres que l’on considérait alors comme la profondeur maximale atteignable par des plongeurs. Jean-Jacques Fiechter a d’emblée été séduit par le terme Fathom figurant dans le chant d’Ariel rédigé par Shakespeare dans La Tempête : « Full fathom five thy father lies, Of his bones are coral made » (« Par cinq brasses ton père gît, De ses os le corail est fait »). Créée pour les militaires français, la Fifty Fathoms a ensuite été adoptée par de nombreux corps d’armée à travers le monde. Mais en raison des législations locales, elle a dû prendre des noms différents. Ainsi, en France, elle a pris celui d’une marque de la société Spirotechnique, Aqua Lung, et aux États-Unis celui de Tornek-Rayville – Tornek, nom du distributeur américain, et Rayville, anagramme phonétique de Villeret, le village de Blancpain –, complété par la mention Milspec pour les spécifications militaires.

Blancpain Fifty Fathoms automatique
La montre Blancpain Fifty Fathoms automatique a été lancée en 2007.

Parallèlement, la Fifty Fathoms a fait l’objet d’éditions destinées aux plongeurs civils. Elle a notamment connu un remarquable succès pour avoir été adoptée sous le nom d’Aqua Lung par le commandant Jacques-Yves Cousteau, immortalisée lors des plongées qui ont servi de matériaux au film Le Monde du silence, Palme d’or à Cannes en 1956 et récompensé d’un oscar à Hollywood un an plus tard.

La Blancpain 500 Fathoms fut présentée en 2009.

Durant la trentaine d’années que Jean-Jacques Fiechter a passées à la tête de Blancpain, la Fifty Fathoms a connu de multiples variations et l’adjonction de quelques particularités. Très rapidement, on a vu des modèles dotés d’un indicateur d’humidité à pastille, passant du bleu au rose pour signaler la pénétration d’eau. Dans les années 1950, on a également distingué les modèles civils des modèles militaires. Les premiers, contrairement aux seconds, ne contenaient pas de matière radioactive et portaient de ce fait le pictogramme de la radioactivité barré sur le cadran. Plus tard, Jean-Jacques Fiechter hésita à ajouter un guichet dateur qu’il savait sans importance pour les plongeurs mais qu’il jugea finalement pratique hors de l’eau. Une telle question ne se pose plus depuis que les montres de plongée sont aussi des montres sportives que l’on porte en toutes circonstances.

Le modèle X Fathoms présenté en 2011.
Les Fifty Fathoms du XXIe siècle

La collection Fifty Fathoms a été renouvelée en 2007. Blancpain a alors présenté les trois modèles contemporains que sont l’automatique à quantième dotée de 5 jours de réserve de marche, le chronographe flyback utilisable en plongée et le tourbillon volant dont l’autonomie atteint 8 jours. Les boîtiers de 45 mm de diamètre sont étanches à 300 mètres – ils l’étaient déjà systématiquement depuis 2003 – et munis de protège-couronnes. En 2009, la 500 Fathoms équipée d’une valve de décompression à hélium a porté l’étanchéité à 1 000 mètres et, en 2011, la X Fathoms a intégré, en première mondiale, un profondimètre mécanique ultra-performant. Par ailleurs, la collection Fifty Fathoms s’est enrichie de modèles féminins à compter de 2008 et d’une pièce d’exception, le chronographe flyback à quantième complet et phases de lune, en 2010. Enfin, une ligne complémentaire déclinée au masculin et au féminin a vu le jour en 2013. Plus urbaine, la Fifty Fathoms Bathyscaphe reprend le nom et les caractéristiques d’un modèle de 1956 qui faisait référence au submersible conçu par le Suisse Auguste Piccard.

Fifty Fathoms Bathyscaphe
La Fifty Fathoms Bathyscaphe, un modèle lancé en 2013.
Reverso Jaeger-leCoultre
Points d'histoire
Reverso, la réversible de tous les possibles
mardi, 09 août 2016
6 min de lecture
6
Tank Anglaise Cartier
Points d'histoire
Tank : et Cartier créa la montre de forme
mardi, 31 mai 2016
6 min de lecture
6
GeorgeClooney
Histoires de montres
George Clooney, ses montres, ses motos, ses amours …
mercredi, 02 mars 2016
Frank Rousseau
11 min de lecture
Masterpieces
La Rolex « Paul Newman » ou l’inestimable cool horloger
lundi, 07 décembre 2015
Louis Nardin
6 min de lecture
5