>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2018 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Formation d’opérateur/trice en horlogerie option spiraux :...
Economie

Formation d’opérateur/trice en horlogerie option spiraux : un métier très prisé

mardi, 13 décembre 2011
Par Janine Vuilleumier
fermer
Janine Vuilleumier

Lire plus

CLOSE
3 min de lecture

Oubliée dans les années 80, ressuscitée en 1991, l’école de régleur/euse fête aujourd’hui ses vingt ans.

Unique au monde, l’Ecole de réglage, sise à la rue Jaquet-Droz 5, à La Chaux-de-Fonds, a fête ses vingt d’existence. Les représentants des entreprises et des associations horlogères, des institutions de formation et des autorités cantonales s’étaient donné rendez-vous, le 11 novembre dernier, pour marquer cet événement. Ce Centre d’enseignement a pour principale tâche de former des spécialistes capables d’ajuster et de régler le couple balancier-spiral de la montre mécanique.

 

Ecole de réglage de La Chaux-de-Fonds
Ecole de réglage de La Chaux-de-Fonds

Victime de la crise du quartz dans années 70, la formation de régleur/euse s’est petit à petit éteinte. A la fin des années 60, la dernière volée d’apprentis sortant d’une école marque la fin de ce métier oublié. Au printemps 1990, le patron de Nivarox lance un cri d’alarme au monde horloger: «Nous n’avons plus de régleuses, elles sont toutes à la retraite, vous foutez quoi?» Devant cette urgence, un groupe de travail s’est créé composé d’industriels, de représentants des associations horlogères et de la Convention patronale (CP). Août 1991, une première volée de huit opérateurs, triée parmi les 70 candidats annoncés, entre en formation. Cet engouement montre bien que, malgré la disparition momentanée de ce métier, son impact reste fort dans l’esprit de cette industrie.

Pilotée par la CP et essentiellement soutenue par les industries participant au projet, la formation d’opérateur/trice en horlogerie option spiraux – telle qu’elle se prénomme actuellement – se déroule sur deux ans. 24 mois durant lesquels les élèves, au nombre de huit actuellement, passeront la plus grande partie de leur temps au sein de l’école, ponctuée de deux stage d’un mois au cœur des entreprises avec qui ils ont signé un contrat. Ils seront non seulement aptes à maîtriser le réglage, mais également l’assemblage et le posage-emboîtage. Au terme de cette formation, ils ont encore la possibilité de se perfectionner en suivant le module terminal (deux ans en cours d’emploi) et d’obtenir ainsi un CFC d’horloger-praticien.

 

Plus d'une centaine d'opérateurs/trices ont été formés à l'Ecole de réglage.

A ce jour, plus d’une centaine d’opérateurs/trices ont été formés à l’Ecole de réglage, dont presque la majorité sont des femmes. Plus des deux tiers travaillent dans l’horlogerie et le plus souvent dans les entreprises qui les ont engagés comme apprentis. Leur savoir-faire sur le système réglant de la montre mécanique, souvent plus poussé que celui d’un horloger, est très prisé au sein des ateliers des grandes manufactures.

Actuellement, cinq entreprises font partie du pool formateur: Breitling Chronométrie à La Chaux-de-Fonds, Rolex à Bienne, Nivarox-FAR au Locle, Sowind Group à La Chaux-de-Fonds et Ulysse Nardin au Locle. Représentant plus de 70% de la valeur totale des exportations, les montres mécaniques ont un bel avenir devant elles et les élèves de l’Ecole de réglage également.

Article paru dans la Revue FH du 8 décembre 2011

Haut de page