>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

François-Paul Journe rend hommage à l’horlogerie...
Histoire & Pièces d'exception

François-Paul Journe rend hommage à l’horlogerie française

vendredi, 30 janvier 2009
Par Florence Noël
fermer
Florence Noël

Lire plus

CLOSE
4 min de lecture

Passionné par l’histoire du temps, l’horloger expose au sein de sa manufacture douze pendules exceptionnelles datant du XVIII et XIXe siècles.

La couleur avait été annoncée il y a quelques mois. Réussissant l’exploit de mettre une répétition à minutes dans une montre extra-plate en avril dernier, François-Paul Journe renonçait à dévoiler un nouvel exploit horloger en marge du SIHH 2009, à 9 mois à peine de la dernière session du salon international horloger. « Je préfère me consacrer à la production de ce garde-temps », avait-il déclaré à l’époque. On le comprend : pour réaliser cette petite merveille, l’horloger peut se targuer d’avoir tout simplement réinventé le mécanisme de la répétition à minutes pour l’amincir à 4 mm d’épaisseur et le doter de l’un des sons les plus cristallins au monde. Un travail de titan, donc. Pas étonnant que le multiple vainqueur du Grand Prix de l’Horlogerie de Genève choisisse de passer son tour pour cette édition du SIHH quelque peu chamboulée.

Reste que F.P. Journe ne dit jamais son dernier mot. S’il ne présente pas de nouveautés, ce passionné d’horlogerie continue de surprendre en honorant le passé. Réputé pour ses expositions uniques – on se souvient de cette incroyable collection de montres en acier dévoilée en 2007 –, le patron de la manufacture genevoise réitère l’expérience en rendant cette fois-ci un hommage bien mérité à la haute horlogerie française.

Installée au cœur de la manufacture, cette exposition possède un caractère bien exclusif : issues de la collection privée Ausano Musa-Milan, 12 pendules réalisées entre le XVIIIe et le XIXe siècles ont été sélectionnées par F.P. Journe pour leur importance dans l’histoire de la mesure du temps. « Elles nous permettent de mieux comprendre l’histoire de l’horlogerie authentique. Ces pièces témoignent de l’importance des travaux horlogers réalisés en France à cette époque », explique-t-il.

Patrimoine méconnu

Autant d’emblèmes d’un patrimoine immense, mais méconnu. Conçues par des grands-maîtres horlogers pour d’illustres personnages ayant pour la plupart marqué l’Histoire de France, ces pendules ont permis à la science de l’époque de progresser. A l’instar du régulateur astronomique, conçu vers 1813 par Jean-Antoine Lépine, « Horloger du Roi », qui anime cette pendule reconnaissable par sa forme en Y renversé donnant, en plus de l’heure, des minutes et des secondes, une foule d’informations telles que l’équation du temps, les phases de lune, le calendrier perpétuel ou encore les signes du zodiaque.

Des complications qui se trouvaient déjà sur la pendule astronomique favorite de Louis XVI, réalisée par le Grand-Maître Robert Robin. « Cette pièce était exposée dans la chambre à coucher du Roi à Versailles », explique François-Paul Journe. Qui expose également un régulateur astronomique à complications et à pendule compensé, créé par Louis Constantin Detouche en 1849 pour l’Exposition universelle de Londres et médaillé d’or, la plus haute de toutes les distinctions.

Louis Constantin Detouche - Régulateur astronomique à complication et à pendule compensé © FP Journe
Louis Constantin Detouche - Régulateur astronomique à complication et à pendule compensé © FP Journe

Autant de chefs-d’œuvre qui ont marqué leur temps et continuent d’influencer le nôtre. Sans oublier celui de l’horloger français qui puise son inspiration contemporaine dans ces merveilles du passé. Preuve en est l’extraordinaire pendule astronomique de trois mètres de haut trônant depuis plusieurs années au centre de l’espace d’exposition de la manufacture. Produite en 1855 par les ateliers de la maison Detouche à Paris pour l’Exposition Universelle, cette pièce, propriété de François-Paul Journe, ne cesse de l’émerveiller et le guide dans la création de montres symbolisant l’histoire du temps vrai, scientifique, sans compromis. La démarche authentique des Grands-Maîtres horlogers.

Haut de page