>

Restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2017 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Freak, l’innovation pour concept
Histoire & Pièces d'exception

Freak, l’innovation pour concept

mercredi, 15 mars 2017
Fermer
Editor Image
Marie Le Berre
Rédactrice indépendante

“Comment le temps fait-il pour tourner rond dans des horloges carrées ? ”

Quino

« Porter à la connaissance du plus grand nombre des informations qui relèvent d’un secteur par trop méconnu. Vulgariser, au sens propre du terme. »

Lire plus

CLOSE
6 min de lecture

Montre pionnière depuis son lancement en 2001, la Freak ne cesse d’apporter son concours à l’édifice d’une horlogerie mécanique qui tend à éliminer des obstacles longtemps jugés insurmontables. Ulysse Nardin met tout en œuvre pour pallier l’obsolescence annoncée du 12e art.

Lancée sur le chemin du futur depuis les années 1980, à la sortie de la crise du quartz, Ulysse Nardin participe brillamment au renouvellement de l’horlogerie mécanique. Rolf W. Schnyder, propriétaire visionnaire aux commandes de 1983 à 2011, et Ludwig Oeshlin, homme de sciences, directeur du Musée international d’Horlogerie (MIH) de La Chaux-de-Fonds de 2001 à 2014, ont permis à la marque de prendre une longueur d’avance à plusieurs égards. Au nombre de leurs réalisations figure la Freak, « un morceau de poésie dans le monde de l’horlogerie mécanique » selon Rolf Schnyder.

Ulysse Nardin Freak 2001
The first Ulysse Nardin Freak, presented in 2001

Création phare présentée en 2001, la Freak a réduit la montre à une expression remarquablement elliptique : pas d’aiguilles, pas de cadran et pas de couronne. L’affichage est assuré en direct par le mouvement contenu dans une coque avec verres saphir au-dessus et au-dessous. Pour remplacer les aiguilles et le cadran, deux ponts munis de flèches tournent respectivement en une heure et douze heures, en pointant des chiffres inscrits sur une plaque interne. Le boîtier principal entre en interaction avec le mouvement pour jouer le rôle de la couronne. La lunette supérieure, que l’on libère par un cliquet à 6 h, sert à la mise à l’heure alors que son pendant, placé sur le fond, assure le remontage du long ressort de barillet. Comme son nom anglais l’indique, cette Freak est un phénomène – ou une curiosité –, mais au sens noble du terme. Aucune extravagance dans cette création qui recèle des avancées technologiques de premier ordre.

Tout a commencé par un double échappement en silicium.
Concentré d’innovation

Le pont-aiguille des minutes ajouré entraîne dans sa rotation la plupart des composants du mouvement et, en particulier, un système de régulation révolutionnaire, d’une simplicité déconcertante, qui ne nécessite aucune lubrification. D’où une fiabilité à long terme et des révisions considérablement espacées. Tout a commencé par un double échappement en silicium. Ulysse Nardin a été la première Maison horlogère à tirer profit des propriétés hors du commun de ce matériau dans le cœur d’une montre. Par la suite, elle a apporté des améliorations tant à l’échappement qu’au balancier-spiral en explorant les possibilités offertes par des matériaux comme le diamant et, surtout, en mettant au point de nouvelles configurations et méthodes de fabrication. En 2007, l’InnoVision 1 a marqué une étape importante en concentrant 10 innovations représentatives de la vision d’Ulysse Nardin quant à l’avenir de l’horlogerie mécanique.
Par ailleurs, la Freak est une montre « comme les autres » qui a évolué à travers des variations esthétiques et des fonctions additionnelles. Avec son architecture originale, elle offre un terrain de jeu qui a de quoi stimuler l’imagination des designers.

Ulysse Nardin Freak Blue Phantom 2008
Ulysse Nardin Freak Blue Phantom, presented in 2008

En 2008, la Freak Blue Phantom prend complètement la couleur de la marque avec un design légèrement modifié et des composants traités par bombardement ionique d’un alliage de titane bleu.

Ulysse Nardin Freak Diavolo
Ulysse Nardin Freak Diavolo, presented in 2010

En 2010, la Freak Diavolo est le premier modèle de la collection à afficher les secondes grâce à l’intégration d’un tourbillon volant à flèche et d’une graduation en demi-cercle. Elle tire son nom d’une fonction supplémentaire visible au verso, une réserve de marche «diabolique » affichée par des cornes rouges sur fond noir.

Ulysse Nardin Freak Cruiser
Ulysse Nardin Freak Cruiser, presented in 2013

En 2013, la Freak Cruiser remonte aux origines de la marque et rend hommage à l’univers maritime qui a largement forgé son identité. Complètement redessinée, cette Freak arbore des ponts-aiguilles inspirés par les ancres de marine et les voiles de bateau ainsi qu’une lunette de mise à l’heure composée de vagues.

Ulysse Nardin FreakLab
Ulysse Nardin FreakLab, presented in 2015

En 2015, la FreakLab conserve l’esprit marin mais dans une structure allégée – pont supérieur raccourci, organes resserrés – qui facilite la lecture des heures. En outre, c’est la première à intégrer un affichage de la date.

Ulysse Nardin FreakWing
Ulysse Nardin FreakWing, presented in 2016

Et en 2016, Ulysse Nardin a tout naturellement choisi la Freak pour célébrer son partenariat avec le team Artemis Racing engagé dans la 35e America’s Cup. Construite sur le modèle FreakLab, la FreakWing reprend des caractéristiques du catamaran AC45 utilisé par le défi suédois : le pont supérieur des minutes évoque la structure interne de la voile rigide et la plaque tournante des heures rappelle la texture du filet de corde du multicoque. Quant à la lunette et au fond, ils sont forgés dans du carbone, matériau omniprésent dans les voiliers de compétition

Ulysse Nardin Innovision 2
Ulysse Nardin InnoVision 2, presented in 2017
Nouvelle vision

Parallèlement aux évolutions précédentes, Ulysse Nardin a continué à avancer sur la voie du progrès technique. Dix ans après son aînée, l’InnoVision 2 vient marquer d’une nouvelle pierre blanche l’histoire de la Freak. À nouveau, la montre fait un bilan des recherches et développements en réunissant 10 innovations majeures en matière de constructions, de matériaux et de techniques de fabrication. Elle comprend notamment un système de remontage automatique appelé «Grinder», en référence au monde de la voile, des utilisations inédites du verre et une surprenante indication de l’heure sur 24 heures : un disque saute dans un sens et dans l’autre pour afficher alternativement les chiffres de 1 à 11 (AM) et de 13 à 23 (PM) dans les guichets adéquats. Des heures sautantes sans en avoir l’air !

Haut de page
Vacheron Constantin Malte Tourbillon 2000 tourbillon
Histoire & Pièces d'exception
Malte, la puissance de la forme tonneau
jeudi, 09 février 2017
5 min de lecture
6
Blancpain Fifty Fathoms
Histoire & Pièces d'exception
Fifty Fathoms, l'élite horlogère en tenue de plongée
lundi, 22 août 2016
6 min de lecture
5
GeorgeClooney
Histoires de montres
George Clooney, ses montres, ses motos, ses amours …
mercredi, 02 mars 2016
Frank Rousseau
11 min de lecture
Histoire & Pièces d'exception
La Rolex « Paul Newman » ou l’inestimable cool horloger
lundi, 07 décembre 2015
Louis Nardin
6 min de lecture
5