>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2020 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Girard-Perregaux anime sa collection 1966
Nouveautés

Girard-Perregaux anime sa collection 1966

mardi, 24 avril 2018
Par La rédaction
fermer
La rédaction

Lire plus

CLOSE
3 min de lecture

La manufacture présente deux nouveaux modèles dans sa collection 1966 qui rend hommage à l’une de ses périodes les plus fécondes. Ces deux nouvelles versions avec boîtier en acier extraplat de 40 et 36 mm intègrent un cadran gris fumé, caractéristique jusque là réservée aux modèles en or.

« La simplicité est la sophistication suprême », disait Léonard de Vinci. Appréhendée de manière instinctive, une montre classique pourrait évoquer l’immobilisme et l’austérité. C’est tout le contraire avec la Collection 1966 de Girard-Perregaux. Celle-ci plonge ses racines dans l’une des périodes les plus dynamiques de la Manufacture de La Chaux-de-Fonds, qui la vit se doter d’un centre de Recherche & Développement et lancer le premier mouvement à haute fréquence de l’histoire. Girard-Perregaux rend hommage à cette époque en présentant deux nouveaux modèles automatiques, chacun doté d’un cadran fumé et d’un boîtier extra-plat en acier particulièrement élégant : la 1966 40 mm et la 1966 36 mm sertie.

1966 40 mm © Girard-Perregaux
1966 40 mm © Girard-Perregaux

S’il est une période qui a particulièrement compté pour la Manufacture, ce sont les années 1960. Chose rare à l’époque, la Maison dispose de sa propre équipe de R&D. C’est dans ce département que sera développé, dans le plus grand secret, le calibre Gyromatic HF, premier mouvement de l’histoire horlogère à battre à la haute fréquence de 36’000 alternances par heure. Les montres de série qui en sont équipées remportent bientôt des compétitions chronométriques jusque-là réservées à des pièces spécialement préparées, les fameuses « bêtes de courses ». En 1966, Girard-Perregaux se voit ainsi décerner le Prix du Centenaire de l’Observatoire de Neuchâtel, pour l’ensemble de ses travaux en faveur de la précision. L’année suivante, la Marque obtient 662 certificats, soit 73 % de tous les bulletins délivrés par l’instance chronométrique dans la catégorie montres-bracelets classiques.

1966 36 mm © Girard-Perregaux
1966 36 mm © Girard-Perregaux

De cette période particulière est née la Collection 1966. Hommage aux innovations techniques de Girard-Perregaux dans le domaine de la chronométrie, elle s’enrichit de deux nouvelles interprétations en acier : la première de 40 mm de diamètre, la seconde de 36 mm. Fiables et précises, elles sont équipées du calibre de Manufacture à remontage automatique GP03300, qui offre une généreuse réserve de marche de 46 heures. Sa platine et ses ponts sont minutieusement étirés, anglés et décorés Côtes de Genève. Constitué de 218 composants, le mouvement du grand modèle offre les fonctions heures, minutes, secondes et date dans un guichet à 3 h. La version 36 mm, quant à elle, remplace la date par des index en diamant et une lunette sertie. Etanches à 30 m, les deux boitiers arborent un fond transparent.

Haut de page