>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Greubel Forsey Hand Made 1 redéfinit le « fait main » en...
Nouveautés

Greubel Forsey Hand Made 1 redéfinit le « fait main » en horlogerie

vendredi, 15 novembre 2019
fermer
Editor Image
Carol Besler
Journaliste

“Les montres sont un art fonctionnel.”

Carol Besler assure une couverture mondiale de l’horlogerie et la joaillerie.

Lire plus

CLOSE
5 min de lecture

Tenir la Hand Made 1 de Greubel Forsey dans sa main, c’est un peu comme tenir la Mona Lisa. Pour l’instant, il n’en existe qu’un seul exemplaire. Une beauté sublime.

Il a fallu plus de 6’000 heures pour réaliser cette montre, ce qui, selon Stephen Forsey, équivaut à trois ans en heures de travail. Cela veut dire que cette montre a été faite à la main à 95 %. On entre là dans une autre dimension par rapport à ce que la plupart des marques prétendent en termes de « fait main », qui correspond en réalité à des finitions main. Ici, les composants fabriqués à la main incluent notamment le boîtier, le cadran, le spiral, le balancier, la roue d’échappement… En réalité, il est plus facile de répertorier les 5 composants parmi les 308 pièces de la montre (272 pour le mouvement et 36 pour les boîtier, cadran et aiguilles) qui ne sont pas faits à la main, à savoir le ressort de barillet, les rubis, le verre saphir, les joints du boîtier et les barrettes à ressort du bracelet. « Intellectuellement, c’était un projet énorme, porté par toute notre équipe », explique Forsey.

Lorsque vous construisez une montre mécanique à la main, vous lui donnez à la vie.
Stephen Forsey

Mais pourquoi une telle aventure ? La réponse de Stephen Forsey ne se fait pas attendre : « Parce que nous en sommes capables. De toute évidence, il serait plus facile d’acheter un calibre ETA ou un Sistem51, un mouvement formidable produit de manière entièrement automatisée par le Swatch Group sans aucune intervention humaine. En apparence, on pourrait dire que c’est la même chose, alors qu’en réalité rien n’est pareil. Pour la Hand Made 1, tout est question d’expertise, de savoir-faire et des compétences qu’il faut faire vivre et perdurer. Cela fait partie de notre culture. Lorsque vous construisez une montre mécanique à la main, vous lui donnez vie, vous êtes en interaction constante avec elle… C’est fantastique ! Il y a quelques années, on nous a dit qu’il ne serait bientôt plus nécessaire d’apprendre l’écriture manuelle à nos enfants. Une aberration, tout simplement parce que cela fait partie de notre culture. De notre côté, c’est précisément ce que nous cherchons, cette connexion entre la main et l’esprit. »

Des techniques complètement différentes

Deuxième question : pourquoi pas 100 % fait main ? « Il s’agit déjà là d’un projet de très grande envergure, poursuit Stephen Forsey. Prenons les barrettes à ressort du bracelet faites en trois parties. Pour les réaliser à la main, il aurait encore fallu compter quelques mois supplémentaires. Idem pour les joints. Et nous étions sur ce projet depuis déjà si longtemps ! La fabrication à la main d’une cage tourbillon prend 35 fois plus de temps qu’en machine. Pour une roue, on parle de 600 fois. Faire une vis à la machine prend environ 15 secondes. Celles que nous utilisons dans nos collections nous demandent quatre minutes en raison des finitions manuelles. Pour la Hand Made 1, chacune d’entre elles prend huit heures, et encore, si vous êtes très bon. Les techniques à maîtriser sont complètement différentes. »

Le moment est venu de se recentrer sur l’artisanat horloger.
Stephen Forsey

S’il est une manufacture qui a tout ce qu’il faut, y compris le courage, pour réaliser chaque composant d’une montre, c’est bien Greubel Forsey. Robert Greubel, Stephen Forsey et leur petite équipe ont toujours fabriqué des composants à la main et ce, dès les débuts de CompliTime en 2001, puis de Greubel Forsey en 2004, principalement à des fins de restauration ou de remplacement de pièces. « Dès que nous avons commencé à fabriquer des tourbillons inclinés, nous avons réalisé que nous avions besoin d’une certaine quantité de composants et nous avons pris la décision consciente de les usiner sur des machines modernes, explique Stephen Forsey. Mais nous n’avons jamais perdu notre expertise, car nos montres sont faites main à 45 %. Nous combinons des pièces usinées avec le plus haut niveau possible de finitions manuelles. »

Une production très limitée

Pourquoi un tel projet ? Pour Stephen Forsey, le moment est venu de se recentrer sur le savoir-faire horloger. « Quand nous avons démarré nos activités il y a 15 ans, même les collectionneurs les plus férus n’avaient pas le niveau de connaissances d’aujourd’hui, dit-il. Actuellement, les passionnés ont un savoir beaucoup plus poussé, de l’horlogerie en général et des finitions en particulier, notamment grâce à Internet et à la croissance de la communauté horlogère. »

Hand Made 1 © Greubel Forsey
Hand Made 1 © Greubel Forsey

Tout comme H. Moser s’était rebellé contre la « clémence » du nouveau « Swiss Made » avec sa montre Swiss Mad, Greubel Forsey pourrait montrer le chemin dans le but de renforcer la définition de « Hand Made ». Mais dans ce cas, seule une poignée de montres pourrait y prétendre… Sans surprise, la Hand Made 1, qui devrait se vendre entre CHF 650’000 et 1 million, suscite un vif intérêt. Mais pour quelle production annuelle ? Stephen Forsey : « Deux, peut-être trois, cinq au grand maximum ! »

Haut de page