>

Restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2017 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Hajime Asaoka : l’horloger de Tokyo
Visite guidée

Hajime Asaoka : l’horloger de Tokyo

mercredi, 03 octobre 2012
Par Louis Nardin
Fermer
Editor Image
Louis Nardin
Journaliste et consultant

“De l’audace, toujours de l’audace.”

Georges Jacques Danton

« Une montre de qualité concentre de la créativité, des compétences techniques et scientifiques rares, des gestes anciens. Elle touche au désir d’être unique, de se distinguer, d’afficher un savoir, une puissance, un goût. Une montre raconte plusieurs histoires à la fois, dont les détails et les secrets font la saveur. »

Lire plus

CLOSE
5 min de lecture

Avec ses propres machines, en toute indépendance, Hajime Asaoka a réalisé deux tourbillons et un chronomètre. Autodidacte et forte tête, cet ancien designer postule aujourd’hui pour devenir membre de l’Académie horlogère des créateurs indépendants.

L’atelier d’Hajime Asaoka se rapproche d’une tanière bondée de posters futuristes, de mobilier contemporain où se cache aussi d’un nid de cannes à pêche. En plus s’y trouvent des machines-outils et une CNC, celles qu’il a utilisées pour fabriquer en toute discrétion et par lui-même ses premiers calibres et montres. Aujourd’hui, il compte à son actif un tourbillon et un chronomètre réalisés essentiellement à l’aide du livre Watchmaking, de Georges Daniels, et de vidéos vues sur Youtube.

Sensible aux vibrations de la mécanique dès l’âge de 10 ans, époque à laquelle il désosse et remonte un réveil, Hajime Asaoka s’est ainsi mis en tête, au passage de l’an 2000, d’inventer des calibres uniques et inédits. C’est chose faite, et ces derniers deviendront certainement son sésame pour entrer dans le club restreint de l’Académie horlogère des créateurs indépendants – l’AHCI.

Hors circuit

Derrière l’allure juvénile et la présence tranquille d’Hajime Asaoka se devinent une force et une détermination exceptionnelles. Son parcours le confirme. Diplômé de la Tokyo National University of Fine Arts and Music en 1990 – il a alors 25 ans -, le jeune créateur refuse de subir la loi des firmes japonaises « où l’on n’apprécie guère ceux qui sortent du rang ». Il se met à son compte. « La conjoncture économique le permettait ; j’ai dessiné des meubles, des appareils électroniques et aussi des montres avant de réaliser, entre autres, des mises en pages pour des magazines de luxe et de mode. » Il scénarise avec goût et finesse des Rolex, des Bulgari, ou encore des Dunhill. Sa connaissance du style horloger se renforce. Surtout, cette activité finance ses premiers essais.

Hajime Asaoka pointant le livre « Watchmaking » de Georges Daniels qui lui a servi de guide pour réaliser ses montres © Louis Nardin
Pas à pas

Hajime Asaoka a choisi la voie la plus difficile pour apprendre le métier puisqu’il lit l’anglais sans le parler et qu’aucun maître horloger n’est directement accessible. Dès 2002, il s’équipe en outils et machines dans des centres de bricolage. Au besoin, il fabrique lui-même des appareils et profite d’enchères sur le Web pour obtenir, par exemple, un lot de glaces. En 2005, il emboîte un calibre chronographe Citizen dans son premier boîtier maison, « l’occasion d’apprendre la précision et d’opérer à très petite échelle ». En 2007, un premier tourbillon expérimental avec cage à 9 heures et double barillet requiert huit mois de labeur. Il en produira trois « pour faire mes propres recherches ». Déjà les finitions sont maîtrisées, le poli-bloqué du pont de tourbillon étincelant, l’équilibre de la pièce respecté. Le « Tourbillon 1 », destiné, lui, à la vente, suivra en mars 2011. Un second est déjà en préparation, « mais il nécessite des études de forces et de physique spéciales ». Entre-temps, il développe un chronomètre avec roue de balancier en titane, bientôt disponible.

Rythme nocturne

Perfectionniste et solitaire, l’horloger vit la nuit. Sa journée débute vers 15 heures pour se finir à 7 heures du matin. La semaine, il retrouve sa femme et sa fille au petit déjeuner. Ses idées lui viennent souvent à l’occasion de – rares – parties de pêche dans la région de Yokohama, où il a grandi. « Cela me permet de me vider l’esprit et de trouver l’inspiration nécessaire. » D’ailleurs, déçu par la qualité ou la forme de certaines pièces de ses moulinets, il les a refaites.

Le Tourbillon 1 est un reflet de l’esprit flamboyant propre aux coupés français des années 1930 comme les Delage ou les Delahaye.
Hajime Asaoka

Hajime Asaoka détonne d’autant plus qu’il vient du graphisme et de la création d’objets. Ce passé créatif lui confère un goût sûr, quasi visionnaire et parfaitement maîtrisé. « Le style Arts déco m’inspire beaucoup pour l’élégance qu’il véhicule, commente-t-il. Le Tourbillon 1 est un reflet de l’esprit flamboyant propre aux coupés français des années 1930 comme les Delage ou les Delahaye. » En horlogerie, le travail d’Albert Potter (1836-1908), horloger américain émigré à Genève, lui sert de modèle au niveau des concepts et de l’esprit d’une montre. Pour les questions techniques et pratiques, il se réfère à Georges Daniels. Un maître anglais qui aurait certainement été très flatté d’apprendre que son manuel aura permis à une vocation d’éclore. Un guide dont Hajime Asaoka est proche puisqu’il entend aussi prouver que « l’horlogerie peut s’apprendre en dehors des écoles ». Une nouvelle horlogerie buissonnière, donc, à ne pas perdre de vue, même au Japon.

L
Au cœur des marchés
Le Japon horloger aujourd’hui, aperçu
mercredi, 03 octobre 2012
Louis Nardin
2 min de lecture
Points d'histoire
Le quartz japonais n’a pas tué l’horlogerie suisse
mercredi, 03 octobre 2012
Louis Nardin
5 min de lecture
GeorgeClooney
Histoires de montres
George Clooney, ses montres, ses motos, ses amours …
mercredi, 02 mars 2016
Frank Rousseau
11 min de lecture
Masterpieces
La Rolex « Paul Newman » ou l’inestimable cool horloger
lundi, 07 décembre 2015
Louis Nardin
6 min de lecture
5