>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2021 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Jaeger-LeCoultre, architecte du son
Nouveautés

Jaeger-LeCoultre, architecte du son

mardi, 4 août 2020
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
6 min de lecture

Les montres à sonnerie, que l’on parle de répétition minutes, de grande sonnerie ou encore d’alarme, sont ancrées dans les gènes de la Maison depuis des temps immémoriaux. Cette année, la manufacture du sentier perpétue la tradition avec sa classe coutumière.

Chez les Combiers, à savoir les habitants de la vallée de Joux, berceau de l’horlogerie compliquée, le silence est d’or. À tel point que les seules « perturbations » admissibles sont les sonneries qui battent la mesure du temps, logées dans des montres volontiers considérées comme de véritables instruments de musique miniatures, la complexité mécanique en prime. « La conception de telles montres exige d’avoir une oreille musicale d’une grande finesse et de faire preuve d’une ingéniosité absolue », explique Jaeger-LeCoultre. Prononcée par une des manufactures qui a fait des montres à sonnerie un exercice d’excellence, une telle assertion donne toute la mesure de la tâche. D’autant que la Grande Maison du Sentier peut se targuer d’avoir produit, depuis la création de sa première répétition minutes en 1870, pas moins de 200 calibres de carillons différents, dont une centaine de répétitions minutes réalisées avant 1900. Nombre d’horlogers ont d’ailleurs profité du savoir-faire de la manufacture qui a pendant longtemps été pourvoyeuse de mouvements de qualité à des tiers.

Innovations majeures

De nos jours, ce savoir-faire est toutefois entièrement dédié aux produits maison, qui, dans le registre des montres à sonnerie, ont trouvé un nouveau terrain d’expression. « Depuis le milieu des années 1990, Jaeger-LeCoultre revisite son héritage en y intégrant les possibilités offertes par les nouveaux matériaux et les technologies de pointe en matière d’usinage », précisait Stéphane Belmont, Directeur du Patrimoine de la Maison, lors d’une récente présentation en ligne des nouveautés 2020. Pour améliorer l’intensité et la qualité du son, cela s’est notamment traduit par le développement de timbres de section carrée ou de timbres « cristal » directement soudés sur le verre saphir du fond de boîte, sans oublier les timbres « en duplex » enroulés sur deux étages autour du calibre ou encore les marteaux à trébuchet fonctionnant sur le principe de la catapulte pour une transmission d’énergie maximale lors de la frappe. Autre innovation, la réduction des temps morts entre les sonneries, couplée au régulateur silencieux inventé en 1895 qui élimine tout bruit de fond caractéristique des mécanismes à sonnerie. On l’aura compris, Jaeger-LeCoultre a clairement son mot à dire lorsqu’il s’agit de faire « chanter » ses montres, montres-réveils compris, à l’instar de la Memovox de l’année.

Master Grande Tradition Gyrotourbillon Westminster Perpetuel © Jaeger-LeCoultre
Master Grande Tradition Gyrotourbillon Westminster Perpetuel © Jaeger-LeCoultre

Il y a une décennie, Jaeger-LeCoultre présentait par exemple la magistrale Duomètre à Grande Sonnerie, qui intègre, outre les grande et petite sonneries, un tourbillon volant et un calendrier perpétuel instantané. Particularité supplémentaire en guise de première mondiale : la montre est équipée du carillon Westminster à la mélodie la plus longue jamais réalisée. La démonstration de cette science horlogère s’est évidemment poursuivie au fil des ans et notamment en 2019 avec la Master Grande Tradition Gyrotourbillon Westminster Perpétuel. Ce garde-temps offre trois des complications parmi les plus emblématiques de l’art horloger : un Gyrotourbillon bi-axial doté d’une force constante, double gage de précision, une répétition minutes avec carillon Westminster qui reproduit les quatre mélodies de Big Ben, et un calendrier perpétuel réglable dans les deux sens. En parallèle, la manufacture dévoilait également une Master Grande Tradition Répétition Minutes Perpétuelle, reprenant le même concept, sans tourbillon cette fois mais avec les fameux timbres en duplex du calibre 950.

Un ciel en trois dimensions

Après le développement de telles montres d’exception, la manufacture aurait certainement pu bénéficier de quelque répit. Il n’en est rien puisque la Maison revient cette année avec une Master Grande Tradition Grande Complication qui intègre cette fois une répétition minutes associée à des fonctions astronomiques au sein du calibre automatique 945. Avec ce modèle, Jaeger-LeCoultre n’en est certes pas à son coup d’essai pour avoir déjà réuni en 2010 les innovations techniques réalisées sur ses répétitions minutes de nouvelle génération à un affichage astronomique. Une prouesse réitérée en 2015, avant l’interprétation de cette année. Comme le rappelle la Maison, le modèle d’origine introduisait déjà un tourbillon orbital 60 secondes dont la particularité est d’effectuer un tour de cadran dans le sens antihoraire en l’espace d’une journée sidérale. Calculée en fonction de la rotation de la Terre par rapport à une étoile fixe, sans tenir compte de sa révolution autour du soleil, une journée sidérale est donc plus courte de quelque 4 minutes par rapport à une journée « civile » ou solaire.

Master Grande Tradition Grande Complication or rose © Jaeger-LeCoultre
Master Grande Tradition Grande Complication or rose © Jaeger-LeCoultre

Là ne s’arrête toutefois pas l’animation du cadran dont le disque central convexe, reproduisant le ciel nocturne de l’hémisphère Nord avec ses constellations, effectue la même rotation que le tourbillon orbital. Pour ajouter à l’effet tridimensionnel, Jaeger-LeCoultre fait reposer cette voûte céleste sur une structure rappelant des liaisons atomiques, usinée d’un seul tenant en forme de dôme dans une plaque métallique. Le « mouvement » des étoiles en temps réel apparaît ainsi à l’intérieur du cercle blanc figurant l’horizon sidéral. Le disque inférieur du cadran, également constellé d’étoiles, est quant à lui porteur en périphérie des indications des jours, mois et signes du zodiaque qui apparaissent sous un pointeur en forme de soleil effectuant lui-même un tour de cadran en 24 heures pour l’affichage jour/nuit. Le différentiel entre journée solaire et journée sidérale agit ainsi sur le calendrier. Jaeger-LeCoultre produira huit exemplaires en or rose et huit exemplaires en or blanc sertis de sa Master Grande Tradition Grande Complication. Le carnet des réservations se remplit déjà.

Haut de page