>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Jaeger-LeCoultre, vocation cinéma
Histoires de montres

Jaeger-LeCoultre, vocation cinéma

lundi, 07 septembre 2015
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
5 min de lecture

L’actuelle 72e édition du Festival international du Film de Venise voit Brian De Palma couronné du prix Glory to the Filmmaker, décerné par Jaeger-LeCoultre. L’occasion de revenir sur la complicité que partage la Maison horlogère avec le septième art depuis de nombreuses années.

Depuis quelques années, le placement de produit au cinéma est devenu un sport à part entière qui voit les horlogers rivaliser avec une belle ardeur pour jouer en première ligue. De cette intrusion sur grand écran découle tout naturellement la volonté des Maisons d’accueillir les acteurs les plus en vue au sein de leur « famille » respective, question d’occuper le terrain médiatique. Daniel Craig, alias James Bond, était cet été en visite au sein des ateliers Omega pour suivre l’assemblage de sa montre portée lors du dernier opus de la saga, prévu cet automne. Pour le lancement fin 2014 de la nouvelle gamme féminine de sa collection Portofino, IWC a fait appel à Peter Lindbergh pour mettre en scène Cate Blanchett, Emily Blunt, Zhou Xun, Ewan McGregor et Christoph Waltz, tous réunis dans le petit village italien éponyme pour une mise en situation des plus « léchées » des produits de la marque. Sylvester Stallone, un inconditionnel de Panerai, qui a d’ailleurs doté toute l’équipe de Expendables II d’une Luminor Submersible 1950 3 Days Automatic Bronzo 47 mm, s’est toutefois permis une infidélité en arborant une Richard Mille lors d’une version ultérieure de la série. Quant à Montblanc, c’est Hugh Jackman, alias Wolverine, qui incarne depuis l’an dernier les pièces horlogères de la Maison trônant actuellement à son poignet sur les publicités géantes des aéroports.

Les Chaplin à l’honneur

Inutile de multiplier les exemples, entre horlogers et vedettes cinématographiques, le flirt est consommé. Jaeger-LeCoultre voit toutefois les choses autrement. Comme le souligne Daniel Riedo, CEO de la Maison, « la Haute Horlogerie et le cinéma partagent des valeurs communes : nous donnons vie aux rêves et nous émerveillons les autres grâce à notre maîtrise esthétique et technique. La manufacture Jaeger-LeCoultre s’inspire du talent de ses nombreux artisans pour créer des montres exceptionnelles, à l’instar des talentueux scénaristes, réalisateurs, acteurs et techniciens qui s’unissent pour réaliser les chefs-d’œuvre du septième art. Les deux mondes portent en eux une véritable ingéniosité créative ». Alors oui les actrices et acteurs font partie des « personnages principaux » de l’histoire de la marque, personnages au rang desquels figurent Diane Kruger, Clive Owen ou encore Sarah Gadon et Zhao Wei. Mais l’essentiel du message tient davantage à la complicité que la Maison veut développer avec ce monde de l’imaginaire.

Jaeger-LeCoultre Reverso "Glory to the filmmaker" 2015

Une complicité désormais protéiforme avec un premier événement marquant qui remonte à 1953. C’est à cette date précisément que Charlie Chaplin se vit offrir par les autorités du canton de Vaud une Jaeger-LeCoultre Memovox en guise de cadeau de bienvenue en Suisse sur les rives du lac Léman. La Grande Maison de la Vallée ne pouvait évidemment laisser sans suite pareil hommage, d’autant que la montre en question fait partie du patrimoine familial des Chaplin. On retrouve ainsi Carmen Chaplin, actrice et réalisatrice anglaise, petite-fille de Charlot, dans la toute nouvelle campagne promotionnelle de la marque « Open a whole new world » ainsi que derrière la caméra pour un court métrage baptisé A Time For Everything, réflexion sur le temps qui démarre sur « la » Memovox familiale. Charlie Chaplin est d’ailleurs à l’honneur d’un autre événement prestigieux auquel Jaeger-LeCoultre s’est associé : le gala annuel du Chaplin Award, tenu par la Film Society of Lincoln Center, qui récompensait pour sa première édition en 1972 le célèbre cinéaste sorti de son exil pour l’occasion afin de recevoir son prix aux États-Unis. Cette année, c’est le travail de Robert Redford qui se voyait récompensé par l’institution avec laquelle Jaeger-LeCoultre partage d’ailleurs un autre projet, celui de Filmmaker in Residence, offrant temps et espace nécessaires à de nouvelles créations au sein de la communauté cinématographique new-yorkaise. Lauréate de l’année : Athina Rachel Tsangari, réalisatrice de Chevalier, présenté en avant-première au dernier Festival du Film de Locarno.

Sur tous les continents

De festivals, il en est également beaucoup question chez Jaeger-LeCoultre, que l’on retrouve comme partenaire de nombreuses manifestations dédiées au septième art, à New York, Toronto, Los Angeles, San Sebastian ou encore Shanghai. Précision de la Maison : « Partenaire du Festival international du Film de Shanghai, l’horloger suisse Jaeger-LeCoultre soutient financièrement la production cinématographique en Chine ainsi que la restauration de plusieurs grands classiques du cinéma chinois en organisant un gala et une vente de charité. »

Le temps est mon seul ennemi.
Charlie Chaplin

Dans ce même registre, on ne saurait oublier la prestigieuse Mostra de Venise, dont la 72e édition se déroule en ce début septembre 2015 et qui doit voir Brian De Palma recevoir le prix Glory to the Filmmaker, décerné conjointement par l’horloger et le Festival international du Film de Venise. Avant lui, James Franco, Spike Lee, Al Pacino ou encore Mani Ratnam et Sylvester Stallone avaient reçu pareille distinction pour leur contribution au développement du cinéma contemporain. Venise, ville mythique, a d’ailleurs suffisamment tapé dans l’œil de Jaeger-LeCoultre pour que la marque devienne mécène de la Confrérie Scuola Grande di San Rocco dans le but de restaurer cette « école » magique abritant des peintures du Tintoret. Mais, pour rester dans l’univers du cinéma, cher à la marque, rappelons les mots de Charlie Chaplin, qui avait coutume de dire : « Le temps est mon seul ennemi. » De son côté, Jaeger-LeCoultre a su s’en faire un allié.

Haut de page