>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Jaquet Droz – Chatoiements asiatiques
Nouveautés

Jaquet Droz – Chatoiements asiatiques

jeudi, 14 juillet 2016
Par La rédaction
fermer
La rédaction

Lire plus

CLOSE
2 min de lecture

En imaginant la Petite Heure Minute, dont le compteur est décentré à douze heures, les artisans de Jaquet Droz ont ressuscité l’esprit Pierre Jaquet-Droz, infusé de la richesse du Siècle des Lumières.

Le temps n’est plus seulement utilitaire, il devient aussi poétique, laissant la créativité des artistes s’exprimer sur l’espace libéré du cadran. Véritable toile de maître, la Petite Heure Minute a ainsi vu s’épanouir les plus beaux savoir-faire des Ateliers d’Art de Jaquet Droz, de l’émaillage à la peinture miniature en passant par d’éblouissants sertissages et des sculptures et gravures étonnantes de réalisme.

Les artisans de la Marque aux deux étoiles se sont penchés sur une technique asiatique ancestrale pour imaginer une version enchanteresse de la Petite Heure Minute. Un paysage de fleurs aux couleurs chatoyantes a été inspiré de la méthode du « Najeon Chilgi », un travail de laque incrustée de nacre ayant connu son âge d’or sous la dynastie Koryeo (Xe-XIVe siècles), lorsque les femmes de l’aristocratie commandaient de somptueuses boîtes à bijoux exigeant plusieurs mois de travail. Avec la Petite Heure Minute Lumières de Mille Ans, c’est au sein d’un boîtier de 35 ou 39 mm de diamètre que s’offre au regard un bouquet champêtre. La nacre est d’abord laquée puis soigneusement polie. Les artisans graveurs vont ensuite faire apparaître d’infimes volumes peints à la main, offrant à ces tableaux végétaux leur incomparable éclat et l’effet miroir de la lumière glissant dessus. Réinterprétée par Jaquet Droz, cette technique ancestrale valorise comme jamais la brillance et les scintillements du cadran, valant ainsi à cette pièce exceptionnelle son nom de « Lumières de Mille Ans ».

Haut de page