>SHOP

Restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2018 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

La famille Arnault met le pied chez TAG Heuer
Economie

La famille Arnault met le pied chez TAG Heuer

lundi, 08 octobre 2018
Fermer
Editor Image
Fabrice Eschmann
Journaliste indépendant

“Il faut se méfier des citations sur Internet !”

« Une grande histoire aux multiples auteurs : ainsi en est-il de la vie. Ainsi en va-t-il aussi de l’horlogerie. Sans rencontres, point d’histoire. »

Lire plus

CLOSE
6 min de lecture

La démission récente de Jean-Claude Biver, responsable du pôle horloger de LVMH, a précipité la nomination de Frédéric Arnault au poste de Directeur Stratégie et Digital chez TAG Heuer. Un remaniement qui marque l’arrivée du quatrième enfant de Bernard Arnault à un poste à responsabilité.

Le 21 septembre, LVMH annonçait le retrait de Jean-Claude Biver en tant que Directeur opérationnel de son pôle horloger, un poste qu’il occupait depuis 2014. L’emblématique patron, qui conserve la fonction de Président non exécutif, sera remplacé dès le 1er novembre par Stéphane Bianchi, qui a passé l’essentiel de sa carrière chez Yves Rocher. Un changement qui s’accompagne, semblerait-il, d’un remaniement complet de l’état-major de TAG Heuer. À commencer par une discrète nomination, celle de Frédéric Arnault, 23 ans, au poste de Directeur Stratégie et Digital. Diplômé de l’École polytechnique de Paris, le fils de Bernard Arnault, propriétaire de LVMH, avait intégré l’entreprise il y a un an comme Responsable des technologies connectées. Cette annonce met clairement en lumière la stratégie familiale de Bernard Arnault, dont trois autres enfants occupent déjà des positions dirigeantes dans l’une ou l’autre des marques du Groupe. Et ce n’est pas terminé.

Avec 42,6 milliards d’euros de chiffre d’affaires, LVMH est un mastodonte que son propriétaire, Bernard Arnault, 69 ans, gère à la manière d’une entreprise familiale.
Les Arnault, de jeunes administrateurs

Issu du rapprochement en 1987 de Louis Vuitton et Moët Hennessy, LVMH compte aujourd’hui plus de 70 Maisons – parmi lesquelles Hublot, Zenith, TAG Heuer et Bulgari, dans l’horlogerie haut de gamme – pour un chiffre d’affaires 2017 de EUR 42,6 milliards. Ce mastodonte, Bernard Arnault, 69 ans, le gère pourtant à la manière d’une entreprise familiale. Sa fille aînée, Delphine, 43 ans, est ainsi entrée dans le Groupe en 2000. Trois ans plus tard, elle intègre le Conseil d’administration et devient donc la première femme à occuper un tel poste (elle est de loin la plus jeune avec ses 28 ans). Pendant quelques années, elle va s’occuper de plusieurs sociétés du Groupe en tant qu’administratrice, parmi lesquelles Céline, Loewe ou Pucci, avant d’être nommée en 2008 Directrice générale adjointe de Christian Dior Couture. Une position qu’elle quitte en 2013 pour rejoindre Louis Vuitton, également comme Directrice générale adjointe. Delphine Arnault est aujourd’hui l’une des plus grosses fortunes françaises avec un capital estimé à EUR 4 milliards.

Marque en relation
TAG Heuer
Fondée à Saint-Imier en 1860 par Édouard Heuer, la marque s’illustre en étant à l’origine d’inventions retentissantes. En 1911, elle met au point le premier chronographe destiné aux tableaux de bord des avions et des voitures. À partir de 1914, c’est la naissance des chronomètres. En 1985, ses chronomètres sportifs affichent une précision au 100e de seconde. Au sein du groupe LVMH, TAG Heuer repousse sans cesse les limites du possible.
Lire plus

Comme sa sœur, de deux ans son aînée, Antoine fait son entrée au Conseil d’administration de LVMH à l’âge de 28 ans, en 2005. Deux ans plus tard, il est nommé Directeur de la communication de Louis Vuitton, un poste qu’il occupera jusqu’en 2011, date à laquelle il devient Directeur général du chausseur Berluti. Depuis 2013, il assume parallèlement la présidence de la maison de cachemire Loro Piana, couplée depuis peu avec la responsabilité de la communication et de l’image de LVMH. C’est à lui que l’on doit la création des Journées Particulières, permettant à tout un chacun de découvrir les entreprises et métiers du Groupe. Les 12, 13 et 14 octobre prochain, celles-ci vont ouvrir au public l’accès à 77 sites dans 14 pays sur 4 continents.

La succession reste ouverte

Né d’un second mariage, Alexandre Arnault, 26 ans, a eu, quant à lui, un parcours à peine plus ardu : diplômé de Télécom ParisTech et de l’École polytechnique, il a fait entrer le terme « digital » dans le vocabulaire de son père. À seulement 24 ans, il menait les négociations en vue du rachat par LVMH de la société allemande Rimowa, fabricant des célèbres bagages ultralégers et résistants en aluminium et en polycarbonate. Après une année de tractation, le groupe de luxe a déposé EUR 640 millions sur la table pour une prise de participation de 80 %. Alexandre Arnault en est immédiatement devenu le co-CEO, aux côtés de Dieter Morszeck (64 ans), petit-fils du fondateur de Rimowa. C’était la première fois que le numéro 1 mondial du luxe prenait position en Allemagne. Basée à Cologne, l’entreprise emploie 3’000 personnes et distribue ses produits dans 65 pays pour un chiffre d’affaires de EUR 400 millions.

La nomination de Frédéric Arnault chez TAG Heuer marque l’arrivée à un poste de cadre du quatrième enfant de Bernard, 1re fortune d’Europe.

La nomination de Frédéric Arnault chez TAG Heuer marque ainsi l’arrivée à un poste à responsabilité du quatrième enfant de l’homme le plus fortuné d’Europe avec EUR 60 milliards d’actifs. Ancien élève de l’École polytechnique comme son père, le jeune cadre est pressenti pour lui succéder à la tête de LVMH. Pressenti seulement, car Jean, le dernier de la famille avec ses 19 ans, n’a pas encore fait ses premiers pas au sein du Groupe. Sans oublier qu’à ce jour Bernard Arnault n’a manifesté aucune volonté de passer la main. Sa façon méthodique de placer ses héritiers tranche cependant nettement avec le choix de certains milliardaires, qui ont préféré écarter leur progéniture. À l’image de Bill Gates, 2e fortune mondiale (USD 90 milliards selon Forbes), qui ne laissera que 7 « petits » millions à chacun de ses trois enfants. Chez les Arnault, le mystère sur la succession reste entier.

Haut de page