>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

La haute horlogerie se dessine à plusieurs
Actualités

La haute horlogerie se dessine à plusieurs

mardi, 22 juillet 2008
Par Florence Noël
fermer
Florence Noël

Lire plus

CLOSE
6 min de lecture

Forte d’un concept ultra-novateur, la marque HD3 Complication fait un tabac auprès des collectionneurs qui voient en l’horlogerie une forme d’art à part entière. Portrait.

S’il y a bien une chose dont Jorg Hysek peut se targuer, c’est de bousculer les conventions. Horlogères s’entend. Né en 1953, diplômé de la Central School of Art de Londres, étudiant la sculpture mais passionné par ce qui sort de l’ordinaire, ce célèbre designer n’aime visiblement pas se fondre dans la masse. Après avoir passé seulement 4 ans au département design de Rolex, le créateur lance à la fin des années 90 sa propre agence baptisée Hysek Styling, bientôt suivi d’une marque horlogère éponyme, puis d’une collection de stylos haut de gamme.

Pas étonnant que Jorg Hysek soit dès lors connu dans le secteur horloger comme le loup blanc. Breguet, Tag Heuer, Ebel, autant de Maisons célèbres pour lequel le designer a imaginé des garde-temps qui, sous une apparence foncièrement différente, renferment tous le même esprit contemporain.

Un esprit en constante évolution, c’est là tout le génie de Hysek, designer convoité mais pourtant peu égocentrique. Son travail, s’est-il souvent plu à le rappeler, est le fruit d’une équipe. Des créatifs fidèles – deux au total –, guidés par le même objectif : faire d’une montre une œuvre d’art dont l’essence se dégage à travers l’union de la sophistication technique et de la créativité.

Complémentarité

Il n’en fallait pas plus aux 3 mousquetaires de l’horlogerie pour oser sortir de l’ombre. La chose fût réalisée en 2004 avec la création de HD3 Complication, une marque ultra confidentielle devenue en très peu de temps l’une des plus belles références sur le marché de l’horlogerie du futur. « Valérie Ursenbacher et Fabrice Gonet m’accompagnent depuis 15 ans dans chacune de mes créations. À force de travailler en symbiose, nous savons exactement où nous allons », déclarait Jorg Hysek au lancement de sa nouvelle marque. Une marque à trois têtes, voilà un concept d’entreprise bien original… Encore faut-il posséder une véritable complémentarité pour dessiner la Haute Horlogerie à plusieurs.

Un défi que HD3 semble avoir bel et bien relevé. Il faut dire que les deux associés de Jorg Hysek n’ont pas à rougir de leur passé. Passionnée des Beaux-arts, Valérie Ursenbacher s’est vue confié à 24 ans la responsabilité du département de création de Hysek Styling. Fabrice Gonet, lui, n’a que 17 ans lorsqu’il se fait remarquer par Jorg Hysek. Doués, les deux artistes témoignent rapidement d’une même ténacité avant-gardiste que leur mentor, doublée d’un profond respect pour le savoir-faire artisanal horloger.

A philosophie originale, stratégie non conventionnelle.
Aller plus loin

Dépasser les contraintes de l’horlogerie pour l’intégrer dans un univers artistique, telle est la liberté d’expression qu’emploie HD3 Complication. A philosophie originale, stratégie non conventionnelle. Rebondissant sur le symbole du chiffre « 3 », les fondateurs de la marque choisissent de laisser leur créativité voguer au gré de réalisations horlogères entièrement propres (calibre compris), chaque modèle issu d’un des trois designers étant limité à un maximum de 33 pièces.

C’est ainsi qu’est née Capture, une montre intégrant un régulateur à tourbillon imaginée par Valérie Ursenbacher, concept androgyne à mi-chemin entre le monde viril de l’automobile et la féminité vaporeuse affichée par les courbes rondes d’un boitier futuriste. Puis Raptor, sorti tout droit de l’imaginaire de Fabrice Gonet, féru de science fiction. Un garde-temps très audacieux qui, sous l’apparence relativement classique d’un tourbillon, cache un affichage numérique que l’on découvre en soulevant le premier boîtier. Et enfin Idalgo, première pièce HD3 conçue par Jorg Hysek qui aura nécessité plus de 2000 heures de travail. Normal, la montre – ou plutôt l’œuvre – comporte deux cadrans pour un seul mouvement mécanique dans un même boîtier, l’un permettant de lire les heures sautantes et les minutes rétrogrades, l’autre affichant la date et le second fuseau horaire sous une masse oscillante apparente retravaillée.

Antipodes marketing

Autant de visions « horologiques » qui traduisent un même désir d’aller toujours plus loin comme en témoigne Three Minds, une pièce présentée en 2007, élaborée en fusion par les trois designers. Cette émulation, depuis, ne se dément pas pour évoluer vers des créations toujours plus sophistiquées. A l’image de la Vulcania, un incroyable garde-temps de Fabrice Gonet qui puise son inspiration dans le monde de Jules Verne.

Créer des objets uniques, aux antipodes du marketing horloger de masse, dont l’apparente simplicité cache une technicité et un savoir-faire de haut vol, ce défi du trio HD3 est remis en question de façon permanente. Derniers trésors dévoilés par la marque, Capture II et Raptor II, des garde-temps qui se révèlent de petits bijoux technologiques tant la recherche y est ici poussée à ses extrêmes. Conservant l’esprit de son premier modèle, Valérie Ursenbacher a travaillé le mouvement chronographe en profondeur, choisissant délibérément de le laisser apparent du côté du cadran et d’intégrer à la cage du tourbillon un disque indicateur, permettant d’afficher une seconde supplémentaire.

Capture II, chronographe tourbillon, titane et or blanc © HD3
Capture II, chronographe tourbillon, titane et or blanc © HD3

De son côté, Fabrice Gonet s’est laissé emporter par la voile pour concevoir son deuxième concept Raptor, un chronographe intégrant et modernisant tous les codes du monde nautique, non sans ajouter au mouvement un compte à rebours sur disque « régate 15 minutes » destiné aux compétitions. Le résultat ? Beau. Ce qu’on attend d’une œuvre d’art, finalement.

Haut de page