>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

La quatrième Dubai Watch Week ouvre ses portes
Evénements

La quatrième Dubai Watch Week ouvre ses portes

jeudi, 21 novembre 2019
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
4 min de lecture

Devenu un événement bisannuel, la Dubai Watch Week a fait le plein pour sa 4e édition : pas moins de 44 exposants sont venus en terre émiratie pour célébrer la culture horlogère. Au menu : ateliers, forums, expositions et stands des marques qui animent ce salon sans objectif commercial.

La communauté horlogère peut tirer son chapeau à Ahmed Seddiqi & Sons, l’un des détaillants horlogers les plus importants du Moyen-Orient fondé en 1950 avec, à son actif, la représentation d’une soixantaine de marques dans ses 51 points de vente. C’est à son initiative, en effet, que la Dubai Watch Week a vu le jour en 2015, selon une formule qui a fait sa place en ces temps de grandes remises en question des « salons » horlogers. Que l’on en juge : pour la 4e édition d’un événement qui a désormais pris un rythme bisannuel, ce ne sont pas moins de 44 marques qui ont fait le déplacement sur le sol émirati, d’accord pour participer à un événement non commercial dont le but est d’abord et avant tout de célébrer la culture horlogère et de sensibiliser le grand public à la belle horlogerie.

Les Émirats arabes unis représentent une destination de tout premier plan pour les Maisons de la branche.

Certes, le calendrier de cette « semaine » placée en fin d’année permet aux Maisons de jouer pleinement le jeu – sans pensées directement mercantiles – d’une manifestation dédiée à « l’éducation du public quant aux savoir-faire et aux connaissances propres à l’horlogerie mécanique, tout en le sensibilisant aux grands enjeux de la profession ». C’est que les Émirats arabes unis représentent une destination de tout premier plan pour les Maisons helvétiques de la branche. Au 10e rang des marchés d’exportation horlogers suisses avec un montant de CHF 910 millions (+ 1,7 %) en 2018, les Émirats ont connu une croissance fort enviable de 6,1 % sur les neuf premiers mois de l’année, deux fois supérieure à celle de l’ensemble de l’industrie en matière de commerce extérieur. Si cette progression se poursuit, elle devrait permettre aux Émirats de garder leur 10e place, actuellement disputée par la Corée du Sud.

Rolex de la partie

Dès lors, les grands noms du secteur sont au rendez-vous, que l’on parle de ténors comme Bulgari, IWC, Ulysse Nardin ou Vacheron Constantin, de Maisons indépendantes comme Bovet, De Bethune, Greubel Forsey ou H. Moser & Cie, sans oublier les créateurs que sont, notamment, MB&F, Singer Reimagined, Fiona Krüger ou Antoine Preziuso, liste bien évidemment non exhaustive. On notera également une première présence de Chopard, venu présenter sa dernière collection Alpine Eagle, de Grand Seiko ou encore de Rolex et Tudor. Comme le relève la Dubai Watch Week, c’est la toute première fois que Rolex participe à un événement au Moyen-Orient. Et pour ce faire, la marque a vu les choses en grand avec la présentation d’une exposition entièrement dédiée à l’univers de son Oyster Perpetual Submariner, à la base une montre de plongée dévoilée en 1953. À relever également, la présence de Christie’s et de ses experts, tout comme de Watch Box, qui apporte son expertise des marchés de seconde main en plein essor.

La Dubai Watch Week a souligné toute l’importance de créer une plateforme de partage des connaissances.
Philippe Dufour

Autant pour les participants qui vont animer toute une série d’ateliers horlogers ou d’artisanat d’art, de rencontres « créatives », de forums et de conférences dans une ambiance « bon enfant » évidemment agrémentée des stands des marques et d’expositions, parmi lesquelles celles consacrées aux pièces gagnantes du dernier Grand Prix d’Horlogerie de Genève. Comme le relève fort justement Philippe Dufour, participant de la première heure à l’événement : « La Dubai Watch Week a souligné toute l’importance de créer une plateforme de partage des connaissances. » Une plateforme où l’on regarde de la belle horlogerie, où l’on parle de belle horlogerie, où l’on peut rencontrer sans détour ceux qui la font et ceux qui la créent pour, peut-être, mieux en rêver.

Haut de page