>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

La révolution numérique
Points de vue

La révolution numérique

lundi, 12 mai 2014
fermer
Editor Image
Franco Cologni
Président du Comité Culturel de la FHH

“Le talent nécessite toujours de l’effort, de l’engagement, des heures passées à perfectionner un geste qui devient, jour après jour, un don.”

Entrepreneur dans l’âme, Franco Cologni, pourtant homme de lettres, s’est rapidement lancé dans les affaires pour devenir un personnage clé du groupe Richemont.

Lire plus

CLOSE
2 min de lecture

Des montres qui se muent en mini-ordinateurs, des montres qui s’interconnectent, des montres qui se modifient grâce aux révolutions numériques : on en voit de toutes les couleurs !

Je me souviens de l’admiration suscitée par Tissot quand la marque avait introduit toute une série de fonctions activables à l’aide de la technologie « touch » : une innovation significative, notamment parce qu’elle était liée aux besoins spécifiques du sport. C’était bien fait, ce fut très apprécié. Les inventions naissent en effet des exigences, sans quoi on court le risque que les vogues, loin de constituer des expérimentations conduisant à de nouvelles visions, ne forment que l’antichambre du gadget.

 

En acquérant une pièce de Haute Horlogerie, on accomplit un geste important.
Franco Cologni

Si je me dis que le cadran d’une montre devient un dispositif pour lire ma messagerie, pour mettre à jour mon statut sur les réseaux sociaux, pour prendre des photos et pour interagir, je me demande franchement pourquoi ne pas opter plutôt pour un bon téléphone de la dernière génération ! Après tout, l’espace sur un cadran horloger est bien congru, y lire et y écrire est donc malcommode. Dans la Haute Horlogerie, il serait peut-être bien d’accueillir celles de ces innovations qui ne dénaturent pas la symbolique et la fascination d’un garde-temps : non parce que nous voulons être rétro, mais parce que nous voulons être cohérents. En acquérant une pièce de Haute Horlogerie, on accomplit un geste important : on achète une montre qui durera toujours, qui restera toujours belle, que l’on pourra transmettre aux générations à venir. Rien à voir, par conséquent, avec un univers qui se révolutionne tous les trois mois.

La durée dans le temps devient la mesure du temps : la Haute Horlogerie a ses propres règles. Les révolutions technologiques et numériques en suivent d’autres. Les confronter ne signifie pas forcément sacrifier à tout prix le beau, l’utile, le bien fait sur l’autel du nouveau.

Haut de page