>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

La Route de l’horlogerie : un parcours de découvertes...
Economie

La Route de l’horlogerie : un parcours de découvertes horlogères

mardi, 19 juin 2012
Par Janine Vuilleumier
fermer
Janine Vuilleumier

Lire plus

CLOSE
3 min de lecture

Initiative du magazine GMT, la Route de l’horlogerie permet de découvrir l’industrie horlogère genevoise au travers de boutiques et monuments historiques.

Créée dans le but de sensibiliser les touristes générant à Genève trois millions de nuitées par an, la Route de l’horlogerie a été inaugurée début juin. Le projet, réalisé et financé par le magazine GMT, bénéficie du soutien de l’Office du tourisme. Son ambition est de mettre en valeur le patrimoine horloger du centre de Genève à travers un parcours réalisable en une demi-journée ou une journée, à pied ou en vélo. Le trajet ne s’étend donc pas à la périphérie de la ville où sont implantées les grandes manufactures (Meyrin ou Plan-les-Ouates). Par contre, ces maisons sont représentées par des boutiques devant lesquelles passe la Route de l’horlogerie. Qu’elles soient basées au Locle ou à la Chaux-de-Fonds, au Sentier ou à Schaffhouse, au Brassus ou à Neuchâtel, à l’Abbaye ou à l’Auberson, voire à Nyon ou Saint-Imier, ces marques ont pignon sur rue à Genève. En intégrant une cinquantaine de boutiques monomarques et autant de détaillants multimarques, la Route de l’horlogerie donne une vue d’ensemble du panorama horloger suisse tout en visitant les quartiers les plus symboliques de Genève: celui de la gare et de l’office de tourisme pour commencer, puis le quartier commerçant du centre, la vieille ville avec ses galeries d’art et de décoration, le quartier des banques et des institutions culturelles, ainsi que le quartier de l’art moderne qui s’étend du Musée Patek Philippe à la manufacture F.P. Journe.

Et pour ceux que les boutiques intéressent moins, le parcours fait une large place à l’histoire relatant la naissance de l’industrie horlogère genevoise au milieu du 16ème siècle lorsque Jean Calvin promulgua, en 1541, l’interdiction d’arborer à Genève des signes de richesses, obligeant alors les joailliers et les orfèvres à orienter leur savoir-faire vers la création horlogère. Au 18ème siècle, quelque 4’000 cabinotiers – appelés ainsi car ils travaillent dans des cabinets, pièces des leurs maisons orientées vers la lumière du Nord – étaient installés sur les rives du Rhône afin d’en utiliser la force motrice. L’eau, pressurisée, permettait de mécaniser un grand nombre d’opérations dans la fabrication des mouvements et des boîtes de montres. L’architecture d’anciens bâtiment témoigne encore de ce passé, comme le siège historique de Vacheron Constantin situé au Quai de l’Ile et occupé par la marque depuis 1875.

Sur ce parcours, quelques “points horlogers” incontournables: le Patek Philippe Museum, qui présente d’importantes collection d’horlogerie et d’émaillerie allant du 16e au 20e siècle. L’Horloge fleurie, composée de 6’500 fleurs, et qui possède l’aiguille des secondes la plus longue du monde (2,5 mètres). Autre record mondial, l’horloge mécanique de l’Hôtel Cornavin, la plus haute du monde, avec 30,02 mètres qui séparent le mouvement de son pendule, soit neuf étages. Bien d’autres curiosités historiques étoffent encore ce parcours comme le Pont de la Machine, l’horloge du passage Malbuisson, le Musée Rath, etc.

Afin de permettre aux futurs visiteurs de Genève de préparer leur venue, un site Internet a été mis à leur disposition (www.routedelhorlogerie.com), ainsi qu’une application iPhone à télécharger gratuitement.

Article paru dans la Revue FH

Haut de page