>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

La saga Tank de Cartier se poursuit
Nouveautés

La saga Tank de Cartier se poursuit

Monday, 10 June 2013
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
3 min de lecture

Après la Tank Crash et la Tank Anglaise lancées l’an dernier, voici la Tank MC, résolument masculine, dotée du mouvement 1904 déjà présent dans la Calibre. La version squelette en palladium est quant à elle équipée du mouvement breveté 9611 qui équipe la Santos 100.

La Tank est une saga horlogère qui colle à la peau de Cartier depuis 1917, année de son lancement. Pour la petite histoire, le premier prototype de la Tank aurait été réalisé à l’intention de John Pershing, le général américain qui commandait les forces armées de son pays en Europe dès son entrée en guerre contre l’Allemagne cette même année. Depuis, le modèle figure dans la légende Cartier, décliné en de multiples versions en près d’un siècle d’existence : Tank Cintrée (1921), Tank Chinoise (1922), à guichet (1928), étanche (1931), Basculante (1932), Asymétrique (1936), Must (1977), Américaine (1989), Française (1996), à vis (1999) Divan (2002), Solo (2004)… L’an dernier, la Maison faisait d’ailleurs grand bruit autour de ses deux nouvelles interprétations, soit la Tank Anglaise et la Tank Crash, offrant à la Maison l’occasion de rappeler l’histoire de cette pièce iconique, notamment lors d’une exposition tenue au Salon international de la Haute Horlogerie 2012 à Genève.

Il faut toutefois croire que la Tank reste une source d’inspiration inépuisable pour la Maison, qui lance cet été une nouvelle interprétation de cette collection intitulée « MC » pour « Manufacture Cartier ». De fait, cette nouvelle Tank, dans ses versions or rose, acier et Haute Joaillerie entièrement serti baguette, est équipée du premier mouvement manufacture qu’a produit Cartier, le 1904 MC, qui équipe déjà la Calibre et le grand modèle de la Tank Anglaise.

La Tank au masculin

« Il s’agit d’un calibre de base, conçu pour être doté d’un chronographe ou recevoir des complications tel un quantième perpétuel dans les collections Haute Horlogerie pour l’occasion décoré main », précisait Carole Forestier-Kasapi, responsable de la Création et du Développement de Haute Horlogerie de Cartier, lors de la présentation du modèle. Doté de deux barillets montés en série avec roulements à bille en céramique, le 1904 MC à remontage à double sens et mécanisme stop seconde bat à une fréquence de 28 800 alternances/heure. Pour la version squelette en palladium, c’est le mouvement 9611 MC qui a été retenu, mouvement présenté en 2009 que l’on retrouve dans la Santos 100 et qui fait l’objet d’un dépôt de brevet sur les découpes de la platine en forme de chiffres romains.

Cette Tank MC se veut résolument masculine, précise Cartier, avec son boîtier de 44 x 34,3 mm, tout en respectant les codes immuables de la collection : cadran guilloché, chemin de fer graphique, chiffres romains… « Avec cette nouvelle Tank MC, nous poursuivons l’histoire d’une montre qui fait partie du patrimoine de la Maison, concluait Guillaume Alix, patron de Cartier Suisse. Une continuité culturelle qui nous tient particulièrement à cœur. »

Haut de page