>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2020 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

La vocation manufacturière de Montblanc
Nouveautés

La vocation manufacturière de Montblanc

mardi, 26 janvier 2010
fermer
Editor Image
Marie Le Berre
Rédactrice indépendante

“Comment le temps fait-il pour tourner rond dans des horloges carrées ?”

Quino

« Porter à la connaissance du plus grand nombre des informations qui relèvent d’un secteur par trop méconnu. Vulgariser, au sens propre du terme. »

Lire plus

CLOSE
5 min de lecture
L

Chronographe avec échappement en silicium dans la collection Nicolas Rieussec, Chronographe ExoTourbillon dans la collection Villeret 1858 et première réalisation TimeWriter, la Metamorphosis : au SIHH 2010, Montblanc affirme haut et fort sa vocation à intégrer le cercle prestigieux des manufactures horlogères.

En matière d’écriture, Montblanc s’est forgé une réputation mondiale en créant de stylos hautement techniques et qualitatifs. Au cours des dernières décennies, elle est en outre devenue une marque de prestige à travers une production exclusive de pièces fabriquées à la main. Ses séries limitées déclinées sur différents thèmes sont désormais extrêmement prisées. « Nous entendons opérer une montée en gamme comparable dans le domaine horloger », déclare Jean-Marc Pontroué, Executive Vice President au sein de Montblanc International. Fondée en 1997 au Locle, Montblanc Montres a commencé par proposer des montres de qualité suisse dans un style qui évoque les fameux stylos Meisterstück. Forte d’une remarquable notoriété acquise en l’espace d’une décennie, elle a entrepris de gagner ses lettres de noblesse au plus haut niveau et de devenir manufacture, dans le but de porter ses montres au niveau d’excellence de ses instruments d’écriture. La démarche s’articule selon deux axes.

Manufacure Le Locle

D’une part, Montblanc Montres s’est lancée dans le développement de ses propres mouvements. Le modèle inaugural, présenté en 2008, s’inspire du premier chronographe de l’histoire, celui de Nicolas Rieussec qui déposait de l’encre sur des compteurs. Une écriture du temps qui convient à merveille à l’identité de Montblanc. Le chronographe Montblanc Nicolas Rieussec reprend la configuration d’origine à travers des aiguilles fixes indiquant les secondes et minutes de chronographe sur des disques tournants.

Le matériau est particulièrement dur, amagnétique et extrêmement léger.

Le calibre de construction résolument moderne, qui apparaît partiellement à travers le cadran, est aujourd’hui doté d’un échappement (ancre et roue d’ancre) en silicium. Le matériau est particulièrement dur, amagnétique et extrêmement léger. Ainsi, la précision de marche est accrue, la fiabilité prolongée dans le temps et l’énergie économisée au profit de la stabilisation du balancier et l’augmentation de la réserve de marche.

Manufacture Villeret

D’autre part, en 2007, Montblanc rachetait Minerva, une manufacture datant de plus de 150 ans établie à Villeret. Renommée Institut Minerva de Recherche en Haute Horlogerie en 2008, elle produit des mouvements de facture classique, dans la lignée de ses créations historiques, intégrés à la collection Montblanc Villeret 1858. La nouveauté 2010 est un chronographe avec double fuseau, doté d’un tourbillon 4 minutes inédit. Le balancier placé hors de la cage tournante pivote à un niveau supérieur.

Avec une telle architecture, on a pu préserver la taille traditionnellement importante du balancier et désentraver la cage qui se trouve sensiblement allégée. Le balancier est en outre libéré de l’inertie de la cage. A la clé : une réduction des dépenses en énergie et une précision accrue. Comme tous les chronographes Montblanc Villeret 1858, le Chronographe ExoTourbillon est édité en séries limitées, en l’occurrence huit pièces en or blanc, huit en or rouge et une seule en platine.

TimeWriter

L’Institut Minerva de recherche en Horlogerie est par ailleurs chargé d’encourager de jeunes talents et de soutenir leurs projets novateurs. Le concept TimeWriter prévoit de présenter une création tous les deux ans. La première est la surprenante Metamorphosis. Il s’agit là d’une montre à deux visages : un premier cadran affiche l’heure en chiffres romains à 12h, des minutes rétrogrades, la seconde au centre et un quantième à aiguille à 6h, le deuxième l’heure en chiffres arabes à 12h, la seconde de chronographe au centre et le compteur des minutes à 6h, grâce à un mécanisme inspiré de la construction des automates. Les changements de fonctions et de décor s’effectuent sous la commande d’une targette qui actionne l’ouverture ou la fermeture de volets ainsi que l’élévation ou l’abaissement du compteur de chronographe.

Il faut reconnaître que l’intégration au groupe Richemont et la participation au SIHH ont été de formidables accélérateurs.
Jean-Marc Pontroué

Du jamais vu, qui a de quoi susciter l’admiration. La Metamorphosis reste propriété intellectuelle des inventeurs Johnny Girardin et Franck Orny qui ont récemment créé l’entreprise Télôs Watch. Montblanc a assuré le financement du projet et mis à disposition les ressources et compétences de l’Institut Minerva. Elle se charge également de la production et de la commercialisation de la série limitée à 28 exemplaires dans un boîtier en or blanc de forme goutte.Montblanc Montres est entrée dans le cercle de la Haute Horlogerie authentique avec brio et dans des délais particulièrement courts. « Il faut reconnaître que l’intégration au groupe Richemont et la participation au SIHH ont été de formidables accélérateurs », souligne Jean-Marc Pontroué. Parallèlement, la production de montres à quartz tend à se réduire. A moyen terme, elle devrait être marginalisée, voire abandonnée.

Haut de page