>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2019 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Le Grand Prix d’Horlogerie de Genève 2011 consacre le...
Evénements

Le Grand Prix d’Horlogerie de Genève 2011 consacre le travail de De Bethune

lundi, 21 novembre 2011
fermer
Editor Image
Christophe Roulet
Rédacteur en chef, HH Journal

“Vouloir est la clé du savoir.”

« Une trentaine d’années passées dans les travées du journalisme, voilà un puissant stimulant pour en découvrir toujours davantage. »

Lire plus

CLOSE
8 min de lecture

Belle moisson de prix pour cette onzième édition du GPHG qui attribue la récompense suprême à De Bethune pour sa DB28 caractéristique de la Maison avec sa platine en forme delta, balancier en silicium, phases de lune, réserve de marche et indicateur de performance. Excellente surprise : Vianney Halter est consacré meilleur concepteur horloger.

Désormais incontournable dans le calendrier horloger Genevois, le Grand Prix d’Horlogerie de Genève (GPHG) a tenu sa 11e soirée de remise des prix cette fin de semaine dans les murs du Grand Théâtre de la cité en présence de Micheline Calmy-Rey, présidente de la Confédération suisse. « La branche horlogère mérite bien qu’on lui décerne ces distinctions pour le prestige qu’elle incarne et les retombées économiques qu’elle apporte à notre pays, exposait en préambule Carlo Lamprecht, président du conseil de la Fondation du GPHG. L’horlogerie serait-elle d’ailleurs notre douzième art, le chiffre « douze » étant, comme vous le savez, d’invention babylonienne dans le rythme du temps et aujourd’hui encore de notre quotidien. »

Genève et l’horlogerie, la symbiose

« Ce Grand Prix montre tout l’attachement de Genève pour l’horlogerie, poursuivait Pierre Maudet, maire de la ville. Grâce à elle, nous vivons un petit miracle. D’autant qu’à nos yeux, l’univers de la mesure du temps renvoie aux valeurs fondamentales genevoises que sont la créativité, l’excellence et la pérennité. En effet, les montres se projettent et nous projettent dans l’avenir. » « Tout en représentant le meilleur rempart à la crise, renchérissait Pierre-François Unger, conseiller d’Etat en charge de l’économie et de la santé. La preuve, selon les statistiques de la branche, cette année 2011 sera un exercice record pour l’horlogerie suisse »
Après ces éloges génériques, les récompenses individuelles pouvaient prendre le relais avec un premier Prix, celui du public, décerné à Audemars Piguet pour sa Millenary 4101 qui affiche sur le cadran ce qui est généralement caché au dos du calibre. « Cette récompense est pour nous la meilleure preuve que l’art du design, associé à la Haute Horlogerie, fait partie de l’ADN de notre Maison », commentait Philippe Merck, directeur de la marque. Le Prix de la petite aiguille, pour la catégorie de montres au prix public inférieur à CHF 5’000.-, est ensuite allé à Montblanc pour sa Star Worldtime GMT Automatic en acier, « la démonstration pour nous que Montblanc est désormais tout à fait crédible en horlogerie », selon les représentants de la Maison. L’OVNI Horloger qu’est la Urwerk UR-110, à affichage de l’heure satellitaire via trois « torpilles », soit trois modules rotatifs pour l’indication des heures, eux-mêmes fixés sur un support rotatif qui permet l’indication des minutes sur un arc de cercle positionné sur le côté droit du cadran, s’est vu ensuite adjugé le Prix de la montre design. « Un garde-temps représentatif de l’horlogerie du XXIe siècle façon Urwerk qui promet des produits encore plus fous à l’avenir », déclarait Félix Baumgartner, cofondateur de la société.

Prix de la montre design : Urwerk UR-110, titane © Urwerk
Prix de la montre design : Urwerk UR-110, titane © Urwerk
La poésie du temps séduit

Les Prix montre dame et montre joaillière sont venus récompenser deux Maisons passées maîtres dans cet exercice de style qui intègre les métiers d’art les plus pointus au sein même de la mesure du temps. Boucheron, dans la première catégorie, avec sa Crazy Jungle Hathi en or blanc et Van Cleef & Arpels, dans la seconde, avec sa Lady Arpels Paysage Polaire également en or blanc sont des pièces qui permettent en effet de mesure toute l’étendue de ces savoir-faire, la finesse du doigté et le travail inouï réalisé sur des cadrans qui offrent cette part de rêve et d’émotion dont les horlogers parlent tant. « Le temps est précieux et les moins que l’on puisse faire est d’en offrir une interprétation artistique », exposait le représentant de Van Cleef & Arpels.

Seuls deux horlogers au sein de la manufacture sont capables d’assembler une telle complication.
Jean-Frédéric Dufour

L’univers masculin a ensuite pris le relais avec un Prix de la montre homme décerné à Hermès pour son Arceau Le Temps Suspendu, déjà lauréat du Prix Montres Passion 2011. Une pièce développée en collaboration avec Jean-Marc Wiederrecht, fondateur d’Agenhor, qui semble faire l’unanimité depuis sa présentation pour son côté poétique, imaginaire et créatif dans la mesure où elle permet à son porteur de « suspendre » le temps, par pression sur un poussoir, pour mieux goûter aux charmes de la vie, avant qu’une remise à l’heure s’impose par simple pression sur le même poussoir. Prouesse technologique avec son cœur qui bat à 3,6 millions d’alternances/heures pour une mesure du millième de seconde, une première dans l’univers de la montre mécanique, la Mikrotimer Flying 1000 Chronographe de TAG Heuer a remporté le Prix de la montre sport. De son côté, Zenith glanait celui de la montre à complication avec son Academy Christophe Colomb Equation du Temps, une pièce qui se distingue par son échappement à haute fréquence conçu selon les mêmes principes qu’un chronomètre de marine. « Seuls deux horlogers au sein de la manufacture sont capables d’assembler une telle complication », expliquait Jean-Frédéric Dufour qui dirige la Maison depuis deux ans et demi.

Repousser sans cesse les limites du possible

Dans la foulée du Prix spécial du jury attribué au Musée Patek Philippe, ouvert il y a dix ans et véritable patrimoine de la manufacture avec ses garde-temps qui retracent 500 ans d’histoire horlogère, c’était au tour du meilleur concepteur horloger d’être couronné. Excellente surprise : le jury a porté son choix sur Vianney Halter, homme de cœur et de passion. « Avec ce prix, je pense pouvoir dire aujourd’hui qu’il n’est pas nécessaire d’être fou pour apprécier mon travail. Si nous, horlogers indépendants, sommes volontiers considérés comme du poil-à-gratter sur le dos des grandes marques, je tiens à relever le soutien de Nicolas Hayek à mon encontre, comme celui d’autres manufactures qui m’ont aidé à faire mon métier. Ce prix est pour moi d’autant plus important qu’il vient souligner tout l’importance d’une horlogerie du voyage, de l’horloger concepteur, explorateur des limites du possible. »

Clou de la soirée, « L’Aiguille d’Or », récompense suprême, remise cette année par Robert Greubel et Stephen Forsey, lauréats lors de l’édition 2010, est venue récompenser le travail de De Bethune. Depuis 10 ans et avec ses 40 collaborateurs actuels, la Maison pratique une horlogerie aussi contemporaine que référentielle aux grandes percées techniques de l’histoire de la mesure du temps. « L’idée à la base de De Bethune est que l’horlogerie est tout à la fois un art et une science, commentait  David Zanetta, cofondateur avec Denis Flageollet de la Maison en 2002. Pour nous, il s’agit de faire revivre l’horlogerie du passé dans la perspective du futur de l’humanité. Il n’est donc pas question de faire plus mais de faire mieux. » Conclusion de Micheline Calmy-Rey, présidente de la Confédération suisse : « ce soir, nous ont été dévoilés des chefs-d’œuvre d’innovation, d’élégance et de créativité, démontrant cette volonté de tous les instants de repousser les limites du technologiquement possible. Une tâche à laquelle le Conseil fédéral est des plus sensibles et à laquelle il contribue en créant les conditions cadres nécessaires à son développement. »

Grand Prix de « L’aiguille d’or » : De Bethune DB28, titane © De Bethune
Grand Prix de « L’aiguille d’or » : De Bethune DB28, titane © De Bethune
  • Grand Prix de « L’aiguille d’or » : De Bethune DB28, titane
  • Prix spécial du jury : le Musée Patek Philippe
  • Prix de la montre dame : Boucheron Crazy Jungle Hathi, or blanc
  • Prix de la montre homme : Hermès Arceau Le Temps Suspendu, or rose
  • Prix de la montre design : Urwerk UR-110, titane
  • Prix de la montre joaillière et métiers d’art : Van Cleef & Arpels Lady Arpels Paysage Polaire/phoque, or blanc
  • Prix de la grande complication : Zenith Academy Christophe Colomb Equation du Temps, or rose
  • Prix de la montre sport : TAG Heuer Mikrotimer Flying 1000 Chronographe, acier
  • Prix de la petite aiguille : Montblanc Star Worldtime GMT Automatic, acier
  • Prix du meilleur horloger concepteur : Vianney Halter
  • Prix du public : Audemars Piguet Millenary 4101, acier
Haut de page