>

Restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2017 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Le James Bond qui aimait les montres
Interview

Le James Bond qui aimait les montres

lundi, 27 février 2017
Par Frank Rousseau
Fermer
Frank Rousseau

Lire plus

CLOSE
7 min de lecture

Ambassadeur de Speake-Marin, amateur de belle horlogerie, Pierce Brosnan, alias James Bond, est un passionné à l’enthousiasme communicatif.

Perceur de coffre-fort dans After the sunset, voleur amoureux d’œuvre d’art dans L’Affaire Thomas Crown, avez-vous déjà dérobé quelque chose dans la vraie vie ?

Le cœur de ma femme, déjà (la journaliste Keely Shaye Smith, ndlr) ! Plus jeune, lorsque je vivais dans la banlieue sud de Londres, il m’est arrivé de subtiliser des gourmettes en toc chez Woolworth’s. J’avais 13 ans. J’espère que vous me pardonnerez, il y a prescription…

Et aujourd’hui, vous déroberiez quoi ?

Des statuettes de Rodin ! En visitant le musée Rodin à Paris, je suis tombé en pâmoison. Elles étaient si belles que je ne réussissais pas à détacher mon regard. J’étais envoûté ! En guise de souvenir, je me suis contenté d’une série de cartes postales. Mais rien ne dit qu’une nuit je ne passe pas à l’acte ! (Rires.) Si vous avez des infos sur le système d’alarme, faites-moi un topo, je suis preneur. J’aime aussi les montres à la fois belles et robustes. Des montres qui collent à mon mode de vie. Je suis l’ambassadeur de Speake-Marin. Peter et moi, nous nous sommes rencontrés sur le set de Survivor. Comme j’incarnais un horloger anglais plongé dans une sombre histoire d’espionnage international, Peter avait été appelé comme consultant. Très vite nous nous sommes rendu compte que nous partagions la même passion pour l’horlogerie. Du coup, nous nous sommes rapprochés, et lorsque Peter m’a demandé si je voulais être l’ambassadeur de ses créations, je n’ai pas hésité une seule seconde.

Pierce Brosnan
Pierce Brosnan et sa femme, Keely Shaye Smith.
Vous pensez qu’une montre en dit long sur la personne qui la porte ?

C’est une évidence. Dis-moi ce que tu portes au poignet, je te dirai qui tu es. Vous remarquerez d’ailleurs que dans les films les montres que portent les personnages ont une fonction qui dépasse celle de donner l’heure. Elles contribuent au profil du héros. Dans Thomas Crown, par exemple, elle affichait le statut social du personnage et son amour de la précision et de l’efficacité. Dans la saga des James Bond, la montre est un objet vital, car elle permet au Commander de se sortir de situations difficiles. Elle va même parfois jusqu’à lui sauver la vie. Une montre, c’est le reflet de votre caractère, de votre personnalité, et d’une certaine manière elle vous aide à faire passer des messages. Avec une montre, nous sommes en effet dans la communication « non verbale ».

Quelle est la montre que vous chérissez le plus ?

Celle que ma femme m’a offerte : une Blancpain sur laquelle elle avait fait graver « Time travels on love’s wings ». Pour ma part, j’aime offrir à ma femme des bijoux antiques, de vraies pièces de musée. Je pense en particulier à la bague de fiançailles que je lui ai offerte, un vrai roc qui a eu tout son effet. Pendant plusieurs minutes, elle a été incapable de respirer. Une petite anecdote autour des bijoux. Nous étions avec Keely à une cérémonie des oscars. Pour l’occasion, ma femme portait deux millions de dollars de bijoux aux oreilles. Un million à chaque lobe. À un moment donné, j’ai vu Keely se lever soudainement. Je me suis dit : « Tiens, c’est probablement une standing-ovation en l’honneur de Sydney Poitier » ! Même pas. Keely venait juste de s’apercevoir qu’une de ses boucles manquait à l’appel. La panique. Elle a bondi de son fauteuil et s’est mise à hurler : « Oh my god!!! » Dix secondes plus tard, avec l’aide de nos voisins, Donald Trump et sa compagne de l’époque, nous étions à quatre pattes en train de chercher sur la moquette la fameuse boucle. Inoubliable !

Pierce Brosnan
Pierce Brosnan, ambassadeur de Speake-Marin
Rétrospectivement, que vous a apporté Bond ?

Une stature internationale et une certaine sécurité financière. Où que j’aille, quoi que je fasse désormais, pour le commun des mortels, je suis « James Bond for ever ». J’en ai pris mon parti. J’ai beau expliquer à mes fans que ma voiture n’est pas équipée de lance-roquettes, que ma montre ne sert pas de récepteur, que mon stylo n’est pas relié aux satellites géostationnaires ou que ma secrétaire ne s’appelle pas Money Penny, les inconditionnels feront toujours l’amalgame. Amalgame qui a d’ailleurs provoqué parfois des situations tragi-comiques. Une anecdote. Je survolais les Fidji dans un petit avion avec mes enfants quand soudain le pilote se retourne vers moi et me dit le plus naturellement du monde : « À vous de jouer, monsieur Bond, prenez le manche ! » Le type pensait me faire plaisir. Je vous laisse imaginer sa déconvenue lorsque je lui ai révélé que je n’y connaissais strictement rien en matière d’aéronautique. Il me répond : « C’est pourtant bien vous que l’on voit aux commandes d’un avion de chasse. Vous savez, dans la scène d’introduction de Tomorrow Never Dies. » Je lui explique alors que pour les prises de vues aériennes un pilote professionnel était aux commandes. Eh bien, vous savez quoi ? Le mec ne m’a jamais cru ! Il pensait même que je me moquais de lui. Ce qui ne m’empêche pas d’avoir toujours été un grand fan du Commander. J’avais une dizaine d’années lorsque j’ai vu mon premier Bond, en l’occurrence Goldfinger. Je m’en souviens comme si c’était hier, car cette projection coïncide avec mon premier contact avec Londres. Je revois cette fille, Shirley Eaton, recouverte d’or et à demi nue sur un lit. Un grand moment, plein d’émotion et de sous-entendus interdits ! Par la suite, j’ai pas mal fantasmé sur cette scène. Probablement parce que l’actrice en question me rappelait ma prof de géographie. Une femme superbe qui portait minijupes et pulls moulants. Bizarrement, le jour même où je débarquais à Londres, Ian Fleming disparaissait. Faut-il y voir un signe ?

Pierce Brosnan
Pierce Brosnan
Vous êtes un homme et un acteur très occupé. Y a-t-il un endroit au monde où vous réussissez à figer le temps ?

J’aime la nature. Quand j’ai les pieds dans la terre, je me sens connecté à mon environnement. Cela me vient probablement de mes origines irlandaises. La terre, là-bas, c’est celle sur laquelle vous allez construire votre maison mais aussi celle qui va vous nourrir et dans laquelle vous serez probablement enterré ! Je crois qu’il n’y a pas plus grande satisfaction pour un homme que de posséder un lopin de terre.

Tom Ford
Histoires de montres
Tom Ford : « Une montre doit être discrète ! »
lundi, 26 décembre 2016
Frank Rousseau
6 min de lecture
Avis de l'expert
Temps et durée ne partagent pas le même cadran
mardi, 25 avril 2017
Luc Debraine
6 min de lecture
GeorgeClooney
Histoires de montres
George Clooney, ses montres, ses motos, ses amours …
mercredi, 02 mars 2016
Frank Rousseau
11 min de lecture
Masterpieces
La Rolex « Paul Newman » ou l’inestimable cool horloger
lundi, 07 décembre 2015
Louis Nardin
6 min de lecture
5