>SHOP

restez informés

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir des infos et tendances exclusives

Suivez-nous sur toutes nos plateformes

Pour encore plus d'actualités, de tendances et d'inspiration

© 2020 - Copyright Fondation de la Haute Horlogerie Tous droits réservés

Le Japon horloger aujourd’hui, aperçu
Economie

Le Japon horloger aujourd’hui, aperçu

mercredi, 3 octobre 2012
Par Louis Nardin
fermer
Editor Image
Louis Nardin
Journaliste et consultant

“De l’audace, toujours de l’audace.”

Georges Jacques Danton

« Une montre de qualité concentre de la créativité, des compétences techniques et scientifiques rares, des gestes anciens. Elle touche au désir d’être unique, de se distinguer, d’afficher un savoir, une puissance, un goût. Une montre raconte plusieurs histoires à la fois, dont les détails et les secrets font la saveur. »

Lire plus

CLOSE
2 min de lecture
L

Terre d’excellence, le Japon vibre au rythme de l’horlogerie à travers Hajime Asaoka, jeune horloger autodidacte. Mais aussi à travers les recherches de l’historien suisse Pierre-Yves Donzé et la réouverture du musée Seiko.

Littéralement aux antipodes de la Suisse, le Japon vit une actualité horlogère à forte valeur ajoutée. Par exemple, quand un designer formé à la meilleure école du Japon se met en tête de réaliser lui-même ses montres, le résultat est bluffant. C’est le pari audacieux qu’est en phase de réussir Hajime Asaoka, autodidacte tokyoïte qui a appris le métier avec le livre Watchmaking, de Georges Daniels, et des vidéos vues sur Youtube. Il a prévu d’être présent à Baselworld en 2013, peut-être en tant que membre de l’AHCI. Mais en attendant, voici un aperçu de son talent.

Hajime Asaoka : l’horloger de Tokyo

Suisse d’origine et professeur associé à l’université de Kyoto, l’historien Pierre-Yves Donzé remanie quant à lui l’idée d’un quartz japonais pourfendeur de l’industrie horlogère suisse. Ses conclusions sont précises : le tissu industriel helvétique n’était plus performant car trop diversifié et non rationalisé. Un travail qu’effectuera Nicolas Hayek. Et si Rolex n’avait pas connu de « crise du quartz » ?

Le quartz japonais n’a pas tué l’horlogerie suisse

Enfin, la riche histoire de Seiko est à nouveau accessible dans son musée de Tokyo. Refait à neuf, il explique comment un détaillant de la place a su donner naissance à l’un des plus gros groupes industriels du pays. Toutefois, ici, c’est tout son patrimoine de la mesure du temps qui est mis en scène, avec son lot de surprises et de découvertes.

Seiko : nouveau musée tokyoïte

Haut de page